Derniers sujets
» k€k€lAnd PaRaDaïZ
24/7/2017, 22:50 par 

» [Musique] J'écoute...
11/6/2017, 11:21 par 

» Je relance de dix (ans) !
13/10/2016, 14:44 par Dagniir

» [Spoilers] Discu TLO Korra
14/11/2014, 21:39 par Kestrel

» [project] Xmas 2012 gift exchange
2/12/2012, 14:55 par Shu Lien

» [Projet] Fusion avec "Avatar, la leggenda di Aang & Korra"
19/11/2012, 13:07 par Lessie

» Gel du forum
18/11/2012, 15:51 par 

» Défis d'écriture... en musique
14/11/2012, 21:59 par AvatarAang

» BONJOUR
14/11/2012, 13:53 par Kestrel

» Topsites Anonymes
6/11/2012, 19:43 par Kestrel


[Rp Métier] L'Audience

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Rp Métier] L'Audience

Message par Ryūji le 29/2/2012, 04:03

La pièce sentait le musc et la sueur. Des odeurs tenaces qui empoissaient l’atmosphère, poussivement dissimulées sous d’entêtantes fragrances florales. Dans cette forêt d’essences capiteuses, Yashiro décelait la fraîcheur de la menthe, la douceur de la lavande et la suavité discrète du jasmin. Mais franchement, ça puait surtout la transpiration.

On avait parqué les marchands au centre de la salle d’audience, en respectant vaguement leurs préséances respectives. Ainsi, les plus riches d’entres-eux se rengorgeaient en tête de file. C’étaient les plus gras, également – le petit homme avait l’œil pour ce genre de détails -, ceux dont l’ample vêture jurait affreusement, audacieux carnaval de couleurs vives et improbables. Fraise saumon accompagnant un pardessus kaki, pelisse jaune pastel – couleur urine, jaugeait le lige - associé à un chapeau conique framboise… et autres combinaisons inédites : un vrai festival du mauvais goût.

Lascivement, avec des bruits de toux guindées et de raclements de gorge compassés, le troupeau attendait l'arrivée de sa bergère. La précieuse dame Kaguya Genji, à qui ils venaient présenter d’inestimables hommages et de coûteux présents, à l’occasion prochaine de la commémoration du Pacte des Lances Vermeilles. L’Alliance poussiéreuse qui avait transformé une poignée de familles, guerriers démunis et nobliaux ineptes, en cette formidable mécanique que l’on nomme aujourd’hui le Clan Genji.

Mais les détails historiques ennuyaient profondément Yashiro. Tout comme sa situation actuelle, où près du trône vide de sa maîtresse, il lorgnait en chien de faïence le petit attroupement, gonflé d’excitation et bouffi de sa propre importance.

Les Gardes Genji, encadrant le rassemblement, dissimulaient avec bien plus de réussite leurs humeurs moroses. Arme d’hast au poing, le torse cuirassé et puissamment bombé, ils guettaient la masse de négociants avec vigilance. Des fois qu’un importun se serait mêlé à la foule. C’était déjà arrivé, et il n’aurait pas dérangé le lige que cela recommence.
Le dernier assassin à avoir menacé d’une lame le trône de l’héritière du Clan Genji s’était fait fumer avant d’avoir esquissé deux pas. Kaguya n’avait besoin de personne pour régler ses petites affaires.

Adossé à un pilier de marbre pourpre, matelassé d’un canevas de feuilles d’or, Yashiro, comme chacun, prenait son mal en patience. En raison du rictus torve et méprisant qui déformait son visage, les négociants évitaient soigneusement de le regarder, mais les gardes, eux, ne masquaient pas leur réprobation. Insolent, exécrable et résolument arrogant, il n’avait jamais su – ni voulu ! - se faire apprécier des guerriers du clan. Néanmoins, son comportement redeviendrait irréprochable quand s’esquisserait l’ombre de sa maîtresse.


Edit Kess: Survie de février ok.



Can't get enough of that feeling... ♫.
avatar
Ryūji
Chi: 1er Chakra
Chi: 1er Chakra

IRL
Masculin Age : 28
Messages : 342
Dans le RP
PAA : Ryuji, adulte & enfant
Peuple : Expatrié(e)
Métier : Légende Infamante
Situation : disparu

UE : 100
UEM : 200

Compétences :
Shotokan-ryu:
- L'Envol, Air :
> Précéder la Tempête [6]
Patrimoine :
détails:
- Armes
> Angetsu (+7Succès)

http://thelastairbender.forumactif.com/t235-presentation-ryji-le-dragon-conquerant#2398

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rp Métier] L'Audience

Message par MJ le 25/4/2012, 08:32

Isukin se laissa basculer du toit en maintenant fermement son emprise sur son bord. Ses pieds galopèrent d'une tierce rapide sur le mur de terre opposé, et chevauchèrent un instant le vide avant de se rétablir au sol. Son irruption subite au milieu de la rue provoqua des exclamations mi-admiratives, mi-courroucées... Qu'il balaya en saisissant la main d'une jeune femme de bonne famille, la gratifiant d'un baise-main et d'un regard plus qu'évocateur, suivi d'une opulente révérence à la cantonade:

- Mille excuses, nobles gens. Je crains d'avoir trébuché alors que je me trouvais par mégarde sur le toit de la maison de mon oncle. Nous autres, provinciaux, sommes si maladroits...

Plusieurs personnes rirent, ce qui laissa à Isukin le temps de s'adresser à celle dont il tenait encore les doigts délicats, sur un ton bas afin qu'elle seule entende:

- Mademoiselle, vous m'avez troublé. Si l'aventure ne vous effraie point, venez me retrouver sur la place Seinen à l'heure de serate.

La jeune femme porta son main à la bouche pour dissimuler son émoi.

- C... comment...?
- Ne craignez rien... Je reconnaitrais votre beauté entre mille...

Puis il se tourna vers la foule, et plaisanta avec allégresse et assurance:

- Maintenant, je ferais mieux de m'en aller, sans quoi les atouts de vos jeunes femmes risquent encore de me faire tomber dans le caniveau...

Sous l'hilarité des passants, il adressa un dernier regard prometteur à sa conquise, et fendit la foule charmée. Au coin de la rue, il bifurqua brusquement sur la gauche et rabattit son capuchon carmin, révélant une chevelure aussi noire que ses iris avant de plonger dans la pénombre de l'allée étroite.

***************

L'endroit était parfait. Une brise légère faisait bruisser paisiblement les fleurs du tamesui, dont les pétales bleues et blanches s'élevaient dans les airs par volutes gracieuses. Elle s'accroupit cérémonieusement, prenant soin de ne froisser aucun pan de son obebe accordé à ses yeux de glace, et installa son instrument sur ses genoux. Avec lenteur et grâce, Misune retira le peigne d'ivoire qui maintenait ses cheveux auburn, tandis que son regard se posa discrètement sur le garde posté à l'autre bout du jardin, devant une porte dérobée. Celui-ci l'observait, coi, et il fallut une esquisse de sourire pour le faire tressaillir, et détourner le regard précipitamment.
Imperturbable, elle commença à pincer les cordes à l'aide de son peigne. Puis, sa voix s'éleva, mélancolique et crescendo.
Le jeune garde ne tarda à se laisser captiver. Il regarda à plusieurs reprises alentours, et trépigna plusieurs fois, interrompu par les voix qui résonnaient non loin. Il fallut l'encourager de signes discrets pour qu'il se décide enfin à approcher, tremblant comme une feuille. Il était jeune. Moins de vingt hiver. Misune termina sa prestation sous ses yeux hypnotisés, puis se releva, et s'avança vers lui. Elle passa lentement une main vers sa nuque, lui souriant.

- Quel est... votre nom? demanda-t-il, d'une voix tremblotante.
- Nakari...
- Qu'est-ce q...

Les paupières du garde vacillèrent. Misune retira sa main, et referma le clapet sur la petite aiguille de sa bague. Elle soutint le jeune homme titubant:

- Tout va bien? Tu es tout pâle... Laisse-moi te mener à une herboristerie...

*******************

- Dame Kaguya! Je vous en prie, ne marchez pas aussi vite, votre manche...

La maîtresse de cérémonie tira son bras en signe de protestation, irritée par l'incessant perfectionnisme de la chef-couturière du clan Omi et de ses assistantes zélées. Non pas qu'elles fissent mal leur travail, mais la tension générée par le retard à cause d'un erreur du maître tailleur, l'importance de la cérémonie et le rôle que l'héritière Genji s'apprêtait à remplir rendait toute approche humaine intenable.

- Halzan, n'insiste pas, je ne porterai pas d'armure, lâcha-t-elle à l'intention du guerrier qui les devançait avec une mine soucieuse. Il a fallu la moitié de la journée pour que j'enfile tout ça, et j'ai déjà l'impression de porter bien trop d'étoffes. Aïe! Faites attention!
- Pardon, Dame Kaguya...
- Si tu t'inquiètes pour ma sécurité, va plutôt t'assurer que tous les gardes sont à leurs postes et prêts à intervenir.

Tandis que la tension montait d'un cran entre la couturière, le garde et le coeur de la procession, l'une des costumières se détacha du peloton au détour d'un croisement, et entra dans une pièce en faisant coulisser la porte. Dans la pénombre environnante, elle enleva prestement - mais sans précipitation - son kimono, révélant les formes rigides d'armes serrées près de son corps. Avec une agilité indéniable, elle courut vers le mur, y prit appui d'un pied et saisit une poutre, se hissant dans les méandres des combles. Son corps gracile se faufila entre les pièces de bois à l'instar d'un écureuil entre des branches. L'intruse poussa un soupirail de lattes entrecroisées, et posa pied dans un mince conduit. Elle le suivit sur plusieurs mètres, avant qu'une lueur vive ne provienne de sa droite, ainsi que la lourde odeur de sueurs mélangées. Un rictus se dessina sur ses lèvres sanguines tandis qu'elle rejoignait la charpente qui dominait la salle de cérémonie. Bientôt, un gong cérémoniel retentit, et les voix des gardes de la grand-porte clamèrent:

- Dame Kaguya de l'honorable clan Genji!

A ces mots, un silence total se fit dans la salle, et toutes les têtes se tournèrent vers l'entrée, sauf celle perchées dans les hauteur, qui scrutait l'homme adossé au pilier du fond. Ses yeux se plissèrent dans la pénombre lorsque celui-ci se redressa à l'annonce de l'arrivée de l'héritière...

*******************

Dans l'ambiance électrique, la maîtresse de cérémonie s'avança solennellement, puis s'arrêta à l'emplacement prévu, dominant un peu la foule, afin que chacun puisse la contempler. Tout, de sa coiffure à ses extrémités, avait été pensé avec simplicité et noblesse réunies. Ses vêtements, taillés à la perfection, arboraient les traditionnelles déclinaisons de couleurs de l'astre souverain, marqué de feuilles de bambous brodées sur le côté gauche. Sa chevelure de jais était retenue par un peigne taillé à même un jeune arbre, sans aucune autre fioriture superflue. Sa tenue, bien que sublimement adaptée à son corps, ne dérogeait pas aux règles de son modèle masculin, plus impressif que sophistiqué. Elle sortit lentement sa main droite plongée dans le rabat au dessus de sa ceinture comme le voulait la coutume, afin de signifier symboliquement qu'elle lâchait les armes et allait procéder pour la paix. Dès qu'elle eut achevé son geste, l'assemblée fit de même, et s'inclina sur le passage de sa procession.

Dame Kaguya salua un à un les étendards de soie des différents clans, mouillant respectueusement le bas de l'étoffe à l'aide d'une gouttière de bambou dans laquelle elle avait versé une eau parfumée. Ensuite, elle allumait un encens sur l'autel, et passait au suivant.
Dans la salle, les discussions avaient repris, mais à voix basse. Chacun commentait à son bon vouloir les rituels présents et à venir.

Enfin, lorsque la digne héritière s'installa à sa place d'offrande, tous les paravents de la salle s'ouvrirent, libérant une brise salvatrice. Dans une cacophonie de pas pressés et de soupirs de soulagements, l'assemblée de dignitaires s'assit enfin, tandis qu'une foule de serviteurs jaillissaient des corridors, portant dans leurs bras plus d'attirail que de raison. Aussitôt, les gardes tournèrent d'un quart à droite, faisant claquer leurs lances sur le sol. Bientôt, les courants d'air frais des jardins et les senteurs exotiques des encens libérèrent la salle de ses effluves moites. Rapidement, les maîtres de thés firent passer des plaques de bois percées, dans lesquels de petits ramequins raffinés, généralement par cinq, laissaient exhaler leur douce vapeur fruitée.

Dame Kaguya but la première gorgée, et déclara:

- Puissantes Lances Vermeilles... Aujourd'hui, comme autrefois, le Pacte sera honoré, ou rompu. Avancez et clamez votre serment, ou brisez-le par le sang!

Les chefs de clans répondirent par une clameur unie, puis le héraut des Genji appela la première délégation:

- Héritiers du clan Mori, Détenteurs et Maîtres des Lances d'Amaranthe, que présentez-vous: le manche, ou la pointe?

Une silhouette se leva, la main posée sur l'épaule de sa compagne. Celle-ci portait un enfant dans ses bras.

- Nos lances défendent et seront toujours fidèles aux Genji, répondit l'homme, en adressant un signe de respect à Dame Kaguya.

Sous la bannière marquée de ses armoiries, deux serviteurs s'empressèrent d’apporter les présents aux pieds de l'héritière.

Dans la marée de tête, une jeune femme à la chevelure auburn se tourna vers la passerelle des gardes, se dissimulant derrière son éventail. Elle croisa le regard de l'un d'eux, lui adressant aussitôt un sourire sans équivoque... que ce dernier lui rendit volontiers, avant de s'éloigner furtivement de son poste. Dans les combles, une ombre se glissa furtivement vers l'exacte verticale du coeur de la cérémonie...


Spoiler:
Yey... 5 posts en 1, comme d'hab T_T
J'espère que c'est convenable, et que je n'ai pas fait d'erreur en essayant de reprendre des éléments de Phénix et Dragon. =)
3 "intrus" dans la cérémonie... Qui sont-ils, que veulent-ils... That's the question!
A vous les commandes... Peut-être que le Chi Do vous aidera à démêler la situation...
Voilà, j'espère que ça aura plu! \o


Auteur: Wù


Ce compte est géré par les MJ et les Coordinateurs du forum. Ne pas envoyer de MP.
Pour en savoir plus sur son fonctionnement, consultez le tuto "Interventions MJ" du Synopsis.
Si vous ne souhaitez pas que que "MJ" intervienne dans vos RP, signalez-le comme indiqué dans le tuto.
Le MJ qui vient de poster ce post a signé son message en bas à droite.
avatar
MJ
Yang Tao Chi
Yang Tao Chi

IRL
Messages : 25
Dans le RP
Situation : voyage

UE : 854312541
UEM : 0

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum