Derniers sujets
» k€k€lAnd PaRaDaïZ
19/6/2017, 15:28 par Ryūji

» [Musique] J'écoute...
11/6/2017, 11:21 par 

» Je relance de dix (ans) !
13/10/2016, 14:44 par Dagniir

» [Spoilers] Discu TLO Korra
14/11/2014, 21:39 par Kestrel

» [project] Xmas 2012 gift exchange
2/12/2012, 14:55 par Shu Lien

» [Projet] Fusion avec "Avatar, la leggenda di Aang & Korra"
19/11/2012, 13:07 par Lessie

» Gel du forum
18/11/2012, 15:51 par 

» Défis d'écriture... en musique
14/11/2012, 21:59 par AvatarAang

» BONJOUR
14/11/2012, 13:53 par Kestrel

» Topsites Anonymes
6/11/2012, 19:43 par Kestrel


[RP OFFICIEL] Chute des Origines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[RP OFFICIEL] Chute des Origines

Message par MJ le 11/2/2012, 00:38

[Baie de Nian'Qin, partie nord-est des territoires de Bôfû (en violet sur la carte).]


La voûte céleste scintillait paisiblement dans la nuit froide. On entendait au loin quelques cris d'animaux nocturnes, et le vent faisait bruisser doucement les feuilles des arbres, avant de plonger sur les vagues brisées de la Baie de Nian'Qin. En contrebas, sur la plage, des tentes avaient été dressées. L'une d'elles, éclairée de l'intérieur, laissait échapper les voix étouffées d'hommes ivres. Bientôt, deux d'entre eux sortirent en écartant la toile, riant aux éclats. Tous deux titubèrent dans une direction plutôt vague, avant d'embarquer leur compère de garde dans leurs jeux. Fugace, une ombre se redressa entre les branches d'un to'hun, profitant de la distraction. Son corps svelte prit le chemin du col à vive allure, foulant l'herbe parfois recouverte de neige gelée avec un silence et une dextérité experte. Elle s'arrêta un instant, inspectant le sol, puis humant l'air. Un sifflement retentit non loin de là. Elle se dirigea vers le son, et bientôt, une autre silhouette émergea de la végétation.

- J'ai bien cru qu'il allait rester là toute la nuit... Vite, Naunen nous attend!
- C'est pas moi qui me suis fait piéger en étant imprudent.

La femme fit une moue pour tenter de dissimuler sa réaction, puis enchaina:

- As-tu vu s'il y en avait au sud?
- Non, aucun. Mais il en viendra d'autres.
- Allons-y.

Ils filèrent vers le passage en col, à moindre allure. Ce fut le jeune homme qui reprit la parole:

- Dis, tu crois vraiment qu'y a une crypte?

- Si Naunen prend toutes ces précautions, il y a de fortes chances. Les rumeurs veulent qu'il y ait des vestiges sur Bôfû. Mais nul ne sait où précisément.
- Et y compte faire comment pour la trouver? Tu sais, toi?
- Non, je n'en sais rien, Qien'ô! s'emporta-t-elle sans pour autant élever la voix. Maintenant, et jusqu'à ce qu'on retrouve les autres, tais-toi!

Le jeune homme baissa la tête d'un air piteux, réduit au silence. Ils débouchèrent bientôt sur le passage entre les deux pics. Ils descendirent la faible pente jusqu'à des buissons, d'où ils dégagèrent une pirogue. Le jeune homme s'installa à l'avant, et la femme poussa le rivage avec sa longue canne. Dans un doux glissement liquide, le lac intérieur les avala dans sa brume...






A vous de jouer (sous spoiler):
L'intrigue officielle commence à s'étoffer...
Une rumeur semble indiquer qu'un des 13 fragments du pouvoir absolu se trouve sur les territoires de Bôfû. (voir carte en début de post))
Des gens d'un peu partout vont venir pour essayer de trouver les vestiges où serait dissimulé le fragment. Je ne vous cache pas que ça risque d'être tendu =D Sans compter la nature environnante, qui ne va pas spécialement se montrer tendre...
Libre à vous d'être sur place, ou d'arriver, de chercher les vestige, d'affronter vos concurrents, ou de raconter vos actions en lien avec cette découverte (même si vous êtes à un autre endroit du Sekai) => la rumeur parvient à vos oreilles, ce que vous choisissez de faire (y aller, envoyer des alliés, profiter de l'occasion pour comploter...). Bref, impliquez-vous dans l'avenir du Sekai, si tel est votre désir \o/
Pour l'instant, le maximum que vous pouvez faire, c'est trouver les vestiges et commencer à chercher une entrée secrète. J'interviendrai pour raconter la découverte d'une éventuelle crypte, si découverte il y a.
N'hésitez pas à demander conseil aux MJ ou aux Coordinateurs par MP, ou mieux, via le topic de suivi de l'intrigue.

Concernant les territoires de Bôfû...
Pour vous donner une idée, c'est une sorte d'immense archipel, qui ressemble un peu à la Baie d'Ha Long (exemples Google: , , et ), et les montagnes sacrées chinoises, qui font penser à de grands piliers plutôt fins qui montent dans les nuages =). Au sol, la végétation est dense, il y a beaucoup d'eau. Parfois c'est la mer, sinon ce sont de grandes lacs ou marais piégés au pied des montagnes. Il fait assez froid en cette période, et il y du vent.
Pour l'anecdote, Bôfû est une divinité des tempêtes et des vents furieux, (représenté souvent mi-poisson, mi oiseau). Il n'est donc pas rare qu'il y en ait beaucoup dans cette région. On dit même qu'on entend les lamentations des âmes prises par Bôfû lorsque le vent passe entre les nombreuses montagnes...


Auteur du post: Wú


Ce compte est géré par les MJ et les Coordinateurs du forum. Ne pas envoyer de MP.
Pour en savoir plus sur son fonctionnement, consultez le tuto "Interventions MJ" du Synopsis.
Si vous ne souhaitez pas que que "MJ" intervienne dans vos RP, signalez-le comme indiqué dans le tuto.
Le MJ qui vient de poster ce post a signé son message en bas à droite.
avatar
MJ
Yang Tao Chi
Yang Tao Chi

IRL
Messages : 25
Dans le RP
Situation : voyage

UE : 854312541
UEM : 0

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP OFFICIEL] Chute des Origines

Message par Ryūji le 13/2/2012, 21:34

[Promontoire des Banes d'Asharuu, mitan des territoires de Bôfû.]



Nos chants aguichaient les tempêtes.

Ils louvoyaient dans les brumes et caressaient le vent. Quinze cent voix dont les chœurs battaient à l’unisson, offertes au ciel, ébranlant la terre. La mélopée des gens d’Asharuu honorait le Père des Tempêtes. Guidait ses fils jusqu’à notre humble promontoire de pierre, battu et décoloré par les rafales salines. Nous implorions alors comme nous l’avions fait des siècles durant, chantant, inlassables, pour que le Père nous enveloppe une fois encore de son ombre protectrice, sous son aile d’écailles.

Mais cette fois-ci, ni mes lèvres ni mon cœur ne chantaient. Car c’était ma main qui tenait le kriss.

J’ai marché jusqu’au bord de la falaise, le torse-nu, sept fois baigné dans les entrailles de la Raie d’Emeraude. Les regards extatiques de mes pairs glissaient sur ma peau. Le tambour du tonnerre soulignait mes pas sur la mousse gavée de pluie.

La Baneresse m’attendait sur l’autel matelassé d’algues azurées, ses yeux vides plongeaient vers le ciel tourmenté, sa bouche était ointe de poussière, sa peau pâle et nue. J’ai prié pour la venue du nouveau Bane d’Asharuu. La main qui tenait le poignard n’a pas tremblée.

Ses cris ont éteint le feu qui cinglait le ciel, devant eux, les vents de fureur se sont tus. Ma main glissait sur la poignée rouge du poignard, l’odeur du fer écrasa l’âpre parfum des embruns. Trempé jusqu’aux coudes, j’ai essuyé la sueur à mon front, avant qu’elle ne gagne mes yeux et ne me dérange dans ma tâche.

Malgré ce que murmureront les miens, j’aime à croire que j’ai bien œuvré. Que la catastrophe qui nous frappait n’était pas de mon fait. Fier de ma découpe, j’ai tendu vers les eaux brumeuses le rubis écarlate de la Baneresse. Dans le silence humide et glacé des monts Bôfû, mon peuple et moi avons posé le genou à terre et retenu notre souffle.

Avec les bruits envoûtants de l’écume qui se meurt sur le sable, une ombre est montée depuis la mer. Sa silhouette formidable a empli le brouillard opaque, portée par de vastes ailes qui ne chevauchaient pas le vent. Une gueule ciselée d’écailles de jade a émergé, et l’espace d’un battement de cœur, j’ai vu se poser sur moi un regard de la couleur de l’argent.

Avec un mugissement douloureux, le fils des Tempêtes détourna ses crocs, refusa l’offrande, et s’immergea à nouveau dans le nimbe blafard du brouillard.

Un vent de panique emporta les gens d’Asharuu. Les prêtres courroucés ordonnèrent le retour au village, et je restais seul sur le promontoire ensanglanté. Un cœur au poing, et à mes pieds, une dépouille exsangue dont les lèvres s’étaient figées dans un rictus torve.

Solitaire devant la tempête renouvelée, je consommais l’offrande de notre Bane dédaigneux.

Entrée en scène:

Début d'intégration au scénario principal, en y mixant de nouveaux éléments.
Le protagoniste de ce fragment d'histoire n'est pas Ryuji, bien que celui-ci aura sa place dans la trame, sans en être le personnage principal.
La scène se déroule au sein des monts Bôfû, et devrait permettre de rejoindre la Quête, en y ajoutant toutefois un objectif second, propre à ce protagoniste particulier.



Can't get enough of that feeling... ♫.
avatar
Ryūji
Chi: 1er Chakra
Chi: 1er Chakra

IRL
Masculin Age : 27
Messages : 342
Dans le RP
PAA : Ryuji, adulte & enfant
Peuple : Expatrié(e)
Métier : Légende Infamante
Situation : disparu

UE : 100
UEM : 200

Compétences :
Shotokan-ryu:
- L'Envol, Air :
> Précéder la Tempête [6]
Patrimoine :
détails:
- Armes
> Angetsu (+7Succès)

http://thelastairbender.forumactif.com/t235-presentation-ryji-le-dragon-conquerant#2398

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP OFFICIEL] Chute des Origines

Message par MJ le 15/3/2012, 00:14

Le sable demeurait dur et froid, balayé de temps à autres par le ressac doucereux qui formait de longues lames rasantes. Les conches d'Asharuu ne livraient guère plus que les plaintes lancinantes des onmu planant au raz des eaux opaques. Les bourrasques de vent cinglant glissaient à l'horizontale, sans jamais toutefois s'en tourner vers les terres. Le temps était comme suspendu. Ni tempête, ni soleil demain. La pêche serait difficile, et les voiles rebelles. Nulles voix ou lueurs de feux ne berçaient les berges. Pourtant, dans la semi-oscurité hésitante, des formes bougeaient au gré des falaises escarpées. Sur les passerelles tremblotantes, les pieds experts se succédaient les uns aux autres dans une torpeur latente, presque poisseuse. Ceux qui s'arrêtaient pour parler n'élevaient guère le timbre, et mettaient vite fin à la discussion, des mines inquiètes sur les visages. En contrebas, immiscées dans la roche et les mousses céruléennes et émeraudes, les portes du grand-temple restaient ouvertes sur un flot continu de visiteurs aux démarches blêmes.
Sur les hauteurs, quelques silhouettes drapées contemplaient la procession par intermittence, plongées dans une discussion basse, mais pour le moins passionnée. Leurs moues contrariées ne s'espaçaient que de gestes brusques pour illustrer leurs propos.

- ... faut agir dès ce soir.
- Ne dites pas n'importe quoi, maître Hunluon. Que dirions-nous? Il vaut mieux une situation mauvaise stable qu'une situation qui peut basculer à la catastrophe à tout moment.
- Nujon, vous n'allez rien répondre à cela? fit un autre, d'une voix excédée.
- Je suis de l'avis de maître Kaaleng. Rien ne sert de nous précipiter si...

L'homme s'interrompit dans sa tirade, visiblement surpris.

- Nujon, tout va bien?

Suivant son regard, les autres se retournèrent. Comme surgi de nulle part, un homme se tenait à quelques enjambées d'eux. Il portait les vêtements traditionnels de la tribu des Sénivites; un pantalon large et un poncho étroit noirs, une ceinture de soie rouge, et des bandelettes de contention allant de ses doigts à ses coudes. Son visage et ses épaules avaient été marquées de motif impressionnants, qui ne pouvaient signifier qu'une chose. Dans son dos, on pouvait aisément distinguer deux chakrams rutilants. Il déclara, d'une voix posée, tout en saluant brièvement:

- Je suis Akvar nen Senivites, et je viens apporter la parole des miens aux voix d'Asharuu. Je dois m'entretenir de toute urgence avec votre bane. Conduisez-moi à lui.

Après un moment de stupéfaction collective, maître Hunluon s'avança et répondit avec une révérence de circonstance:

- Nous sommes honorés de votre visite, Senivite. Je suis hélas au regret de vous annoncer que notre baneresse n'est plus -que les tempêtes l'emportent- et que nous sommes en grand désarroi. Mais nous allons faire réunir nos sages pour votre venue. Suivez-nous.


Spoiler:
Yey!
J'espère que l'ambiance correspond à l'idée que tu te fais des gens d'Asharuu, sinon tu me dis via skype que je rectifie =).
Les Senivites sont un genre d'ordre bonze-guerrier, connus pour garder des sanctuaires. Celui-ci vient pour demander l'assistance des gens d'Asharuu pour protéger l'un d'entre eux, que des étrangers viennent profaner. (Il s'agit très probablement du vestige de l'intrigue mais chuuut).
Une ancienne dette lie les Asharuu aux Senivites, mais tu es libre de respecter le serment fait jadis ou de ne pas accéder à leur requête (i.e: venir les assister dans la bataille).
Si tu le veux, tu peux laisser le Chi Do décider pour toi (un face Yang entrainant une alternative, une face Yin entrainant l'autre =) ).
PS: toute autre personne intéressée peut se joindre à ce bout de l'intrigue, en s'accordant avec Ryu =)
PSS: les Senivites vont contacter plusieurs tribus autochtones de Bôfû, demandez-moi si besoin \o/

Ouiiii j'arrête de blablater!



Auteur: Wú


Ce compte est géré par les MJ et les Coordinateurs du forum. Ne pas envoyer de MP.
Pour en savoir plus sur son fonctionnement, consultez le tuto "Interventions MJ" du Synopsis.
Si vous ne souhaitez pas que que "MJ" intervienne dans vos RP, signalez-le comme indiqué dans le tuto.
Le MJ qui vient de poster ce post a signé son message en bas à droite.
avatar
MJ
Yang Tao Chi
Yang Tao Chi

IRL
Messages : 25
Dans le RP
Situation : voyage

UE : 854312541
UEM : 0

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP OFFICIEL] Chute des Origines

Message par Ryūji le 20/3/2012, 23:38



Cette masse de chair palpitante, je l’ai poussée dans ma gorge. La main presqu’avalée, la mâchoire distendue et douloureuse, je lui ai fait traverser l’œsophage, négligeant les tremblements éperdus de ma glotte. Mon corps s’attelait à vomir ce tas sanguinolent qui me coupait la respiration.
Je n’ai pas mâché. La tradition n’interdit rien de tel. Ce n’était pas non plus par commisération ou par volonté d’expier. Sur le moment… j’ai pensé que c’était aussi bien comme ça.

Les peintures rupestres de nos aïeux montrent le cœur à la manière d’un orbe parfait, coloré de cette profonde nuance de rouge qui embrase les soleils noyés. J’ignorais que c’était un mensonge. Le cœur est un artefact hideux, perclus d’alvéoles, de pulsations et de bourrelets de chair cousus les uns aux autres. D’ailleurs, il a simplement la couleur du sang, qu’il régurgite par gerbes épaisses et collantes.

Mes prédécesseurs devaient savoir, pourtant, ils n’ont rien fait pour me détromper. Moi non plus, je ne désillusionnerais pas les successeurs à venir. Mon peuple, éloigné du promontoire à l’heure où je tenais le couteau, ignore de quelle charpie abjecte nous nourrissons nos Banes, ignore quel morceau de glaire je me suis enfoncé dans l’œsophage.
Ce faisant, je pensais à Kajalë.

Nous n’avions jamais parlé avant sa seizième saison des orages. Jamais avant ce jour où nos plus sages Trouvères des Tempêtes se réunirent dans le secret du temple de l’à-pic. Dans la chambre des lames, où vous giflent les vagues et le vent, où vous étouffent les encens mélangés aux peaux mortes de Raies d’Emeraude, ils virent en Kajalë l'épousée du prochain Bane d’Asharuu.

Depuis toujours, être révélée Baneresse est un honneur. La source d’une grande joie. C’est s’offrir au Fils des Tempêtes et en son sein, veiller sur nos falaises pour les huit prochaines générations. Partager sa force et sa longévité, se rapprocher du Père auquel nous dévouons nos prières. Du moins, c’est ce que disent les histoires que nous transmirent nos aïeux, dont nous régalons nos enfants les nuits pluvieuses, en même temps que de larges louchées de soupe de varech.
Mais Kajalë n’était ni fière ni heureuse, et moi, que l’on pressentait comme celui qui la mènerait à l’autel, fut l’objet de sa haine pendant deux ans.

Les lèvres de notre Baneresse exsangue composent une grimace méprisante. Figée et douloureuse. Me relevant péniblement, la respiration courte, la bouche et le menton rougis, je la saisis par les aisselles et la précipite parmi les flots. Le rire de la tempête étouffe les sons qu’elle produit dans sa chute. J’espère simplement l’avoir projetée assez fort ; je ne lui souhaite pas d’être épluchée par les récifs.

Précisions:
Ceci n'est que la première partie de la réponse. Dans la prochaine, j'enchaîne "mieux" sur ton post, navigateur Yuke !



Can't get enough of that feeling... ♫.
avatar
Ryūji
Chi: 1er Chakra
Chi: 1er Chakra

IRL
Masculin Age : 27
Messages : 342
Dans le RP
PAA : Ryuji, adulte & enfant
Peuple : Expatrié(e)
Métier : Légende Infamante
Situation : disparu

UE : 100
UEM : 200

Compétences :
Shotokan-ryu:
- L'Envol, Air :
> Précéder la Tempête [6]
Patrimoine :
détails:
- Armes
> Angetsu (+7Succès)

http://thelastairbender.forumactif.com/t235-presentation-ryji-le-dragon-conquerant#2398

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP OFFICIEL] Chute des Origines

Message par Ryūji le 22/3/2012, 23:37

[ Île Toja des territoires de Bôfû. Heure du Naufrage Solaire. ]

Le versant Sud n’est qu’une masse de gadoue, une marée perpétuelle dont les reptations sont aussi lentes que violentes. Gorgée de pluie, la boue de l’île entière se déverse dans les mers de l’archipel. Le sol y est trop meuble : les animaux, la végétation pauvrement enracinée, les massifs de pierre barbouillés que l’on prendrait aisément pour de petites montagnes, tout commence à dégouliner lorsque surgissent les tempêtes. Et à Bôfû, tout le monde sait qu’elles aiment taper l’incruste.

Aujourd’hui encore, le relief de l’île Toja –mélasse compacte toute de brun et de vert- s’écoule paisiblement dans les eaux sales, explosant au contact de l’écume immaculée avec comme des bruits de diarrhée tenace.



Et pourtant ! Un homme détale dans le bourbier, filant sur les agglutinements de graviers instables pour demeurer à flot. C’est parfois avec la férocité du Tigre-Tornade qu’il bondit pour rejoindre un méplat rocheux dérivant à plus faible vitesse, s'évitant une chute torrentielle à travers plusieurs tonnes de sédimentation boueuse.
Car en effet, le phonème caractéristique de tout l’air brassé par la colossale cascade de gadoue est pleinement audible pour l’acrobate. Ce fameux précipice du versant Sud, l’individu n’en est qu’à une dizaine de pas. Détrempé de sueur, les poumons vides et écrasés par l’effort, le personnage rejette la tête en arrière et aboie son rire : magistral, rogue, et complètement destiné à railler l’entêtement que met une cohorte d’hommes habillés de pourpre et armés d’acier à rejoindre sa position.

Fléchissant sur ses jambes noueuses, le railleur s’élance dans un splendide salto arrière, s’élevant avec maestria au-dessus d’une grosse vague de boue venue de l’amont. Sa peau est livide et ses membres tremblants, mais c’est un véritable brasier qui couve sous sa frêle silhouette. Son rire ne tarit pas alors que les lames de gadoue frappent en rafales, que se récupérant mal de l’une de ses galipettes, il se heurte le genou contre un large morceau de pierre flottée.
Il ne montre pas sa souffrance, présente à ses poursuivants ce même sourire narquois, ce même regard méprisant, et surtout, ce rire, brûlant et méchant, qui leur donne une envie compulsive de s’arracher les oreilles.

- Yashiro ! Crache l’un d’eux, en tête de file, possédant en guise de chevelure un long ruban de soie noire. Ses poings vrillent l’air, y dessinent de puissantes arabesques de feu, cuisant instantanément de larges sillons de boue, mais n’atteignant jamais le petit insolent.

Celui que l’on nomme Yashiro ne sourit plus, mais son hilarité persiste jusqu’à ce que ses assaillants disparaissent de sa vue, écrasés par les débris noyés d’une forêt à la dérive.
S’ils ne périssent pas enchevêtrés et asphyxiés sous la surface boueuse avant d’atteindre la mer, ils ont encore une petite chance de s’en tirer.

Bien que maintenant inaudible, l’homme ne cesse pas de rire. Il lui demeure un adversaire : une déferlante fangeuse aux allures de montagne, roulant vers lui avec fureur, crachant par myriades ses gerbes de ronciers et de pierres englouties.
Cette folle alacrité résonne encore longuement sur Toja.


-----------------------------------------------------


~ Remembrance ~

Six hommes se déplacent lourdement dans le tourbier minéral. Leur route est à peu près sûre, le courant est faible sur cette partie de l’île. Le relief y est plus clément. Sous le couvert de secrets et de mantelets pourpre, l’expédition explore d’anciennes grottes comblées par la boue, fouille les ruines tenaces encore suspendues au-dessus de l’océan.
Ils sont arrivés à temps, et ont joué de chance, ce qu’ils cherchent n’a pas encore été perdu par la nature fallacieuse de l’île Toja. Le groupe doit toutefois se dépêcher, le versant Sud ne mettra pas long à vomir leurs précieux indices, à les noyer sous des tonnes de boue et de végétation pourrissante.
Celui qui constitue l’avant-garde se nomme…

- Dohko !

Oui, c’est cela : Dohko. Un homme intelligent, sérieux et fermement ancré dans la réalité. Un individu digne de mener une escouade d’élite à travers cet éprouvant marécage. Néanmoins, le gaillard a la rancune tenace, et le petit homme qui vient de beugler son nom n’en ignore rien.

Une grosse boule de boue vient masquer les traits délicats du chef d’équipe. Il titube, trébuche, et s’enfonce dans la fange avec un gargouillis inarticulé. Quand il parvient finalement à se redresser, c’est pour découvrir un sourire insolent, un regard d’ambre pétillant de malice, et un effroyable genou venu lui broyer les parties : il tombe à nouveau en gargouillant.
Mais lorsqu’il se relève, cette fois-ci, rouge de confusion et ivre de fureur, il entraîne son équipe à la poursuite du dangereux malandrin, s’écartant des zones les moins torrentielles de Toja pour gagner les périls du versant Sud.

Comment réfléchir avec ce bouffon qui se carapate en éclatant de rire, de SON rire, aussi persiffleur et assourdissant que jamais… !

Finalement...:
Je ne réponds pas tout de suite à l'intrigue, étant donné que je suis motivé à faire apparaître mon personnage principal : le fougueux Ryuji/Yashiro !
- Dohko est un PNJ de mon RPM, qui était encore en entraînement à l'époque, mais déjà entretenait un sentiment de rivalité vis-à-vis de Ryuji. Ceci suggère donc que le scénario principal se passe quelques temps après.
- Je voulais en profiter pour souligner ce côté de la personnalité de Ryuji, qu'on ne voit pas beaucoup dans son RPM vu qu'il tient un rôle "sérieux".
- Prochaine fois, je réponds bel et bien à la "trame" du scénario.



Can't get enough of that feeling... ♫.
avatar
Ryūji
Chi: 1er Chakra
Chi: 1er Chakra

IRL
Masculin Age : 27
Messages : 342
Dans le RP
PAA : Ryuji, adulte & enfant
Peuple : Expatrié(e)
Métier : Légende Infamante
Situation : disparu

UE : 100
UEM : 200

Compétences :
Shotokan-ryu:
- L'Envol, Air :
> Précéder la Tempête [6]
Patrimoine :
détails:
- Armes
> Angetsu (+7Succès)

http://thelastairbender.forumactif.com/t235-presentation-ryji-le-dragon-conquerant#2398

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP OFFICIEL] Chute des Origines

Message par MJ le 26/4/2012, 05:48

[Environ 3 jours après mon post précédent, très au sud des territoires de Bôfû...]

Virevoltant au bord du précipice, luttant en permanence contre l'emprise des bourrasques, la vieille femme continuait son enchainement avec entêtement, comme si elle tentait d'expier une faute au sein de celui-ci. Son corps mince et sec évoquait un arbre noueux, péniblement mais solidement hissé sur un sol difficile. Aucun de ses cheveux empreints de terre rouge ne s'échappait du carcan de son chignon haut fermé de deux tiges métalliques pointues, amplifiant l'impression d'unité solidaire de son corps lors de ses mouvements.
Derrière elle, une jeune femme observait avec retenue les mouvements se découpant sur les lueurs mordorées de l'aube. Elle était arrivée depuis un moment déjà, mais s'était aussitôt appliquée à masquer sa présence pour ne pas déranger la concentration de sa supérieure. Sa tunique noire était légèrement similaire, à quelques détails près. Sa ceinture était d'une teinte différente, et elle portait de grandes peintures sur le corps, tandis que ses cheveux n'étaient pas parsemés de poussière rouge. De plus, ses bras et pieds étaient enveloppés de bandelettes de combat. Bientôt, la vieille femme interrompit sa dance, et salua la statue gravée dans la roche non loin de là, aux pieds de laquelle un brasero brûlait faiblement, molesté par le vent.

- Qu'y a-t-il, Amiij?
- Nous n'avons pas de nouvelles des émissaires du nord... Ainsi que de celui envoyé auprès des gens d'Asharuu.

La vieille femme s'aspergea le visage de l'eau de pluie qui s'écoulait entre les roches, et suivit l'acolyte dans l'étroit escalier cheminant dans la pente rocheuse.

- Il a dû se passer quelque chose... Qui les vénérables ont-ils envoyé?
- Akvar.
- ... Ils n'ont pas écouté mes conseils. Je leur ai dit qu'un jeune du Premier Signe n'était pas approprié pour ce genre de tâche.
- A celà, ils répondent qu'ils ont besoin des aînés ici, Mère.

La vieille femme fronça les sourcils:

- Les nouvelles sont si mauvaises?
- Les étrangers débarquent de plus en plus nombreux, et beaucoup s'approchent de nous. Des campements ont été aperçus dans les Alapontes. Les vénérables craignent que nous n'ayons plus qu'un jour... Peut-être deux.
- Les vénérables oublient que même si nous sommes peu nombreux, les étrangers ignorent probablement quelles sont nos forces, et mêmes que nous protégeons les vestiges.
- Vous parlez déjà comme si nous étions en guerre...

La vieille femme pinça ses lèvres, son regard se durcissant alors qu'elles atteignaient un promontoire où d'autres attendaient.

- Les étrangers viennent ici pour piller les vestiges et s'emparer de ce qu'ils renferment. Ils n'écouteront pas les mises en garde des vénérables. Nous nous sommes établis ici pour protéger les secrets de nos ancêtres par nos corps, si jamais leurs précautions échouaient.
- Qu'allez-vous faire, alors, Mère?

Elles arrivèrent devant un groupe de combattants, tous bardés des symboles de combats sur leurs peaux.

- Senivites! Déployez-vous dans les hauteurs. Préparez-vous à chasser les étrangers. Que Daarma s'occupe de nos alliés du nord pour bloquer les vallons. Sharikas, tu partiras à la rencontre d'Akvar, sur les terres des Asharuu. Quant à moi, je vais m'établir à l'entrée des ruines, et y resterai. Ne m'envoyez que des chasseurs de Quatrième Signe, et assurez-vous de ne pas être suivis. Enfin... Nuji... Je te laisse préparer l'assaut final à l'entrée des ruines, si par malheur tous nos efforts s'avéraient vains.

Les présents acquiescèrent vigoureusement, galvanisés par le début du défi. Leur raison d'être allait être éprouvée bientôt, et tous trépignaient d'impatience de se montrer digne de leur rôle.

- Courage, Senivites! Protégez les secrets de nos ancêtres, ne permettez pas qu'ils tombent entre de mauvaises mains!

Aussitôt, tous se dispersèrent, bondissant dans le vide comme des oiseaux de proie.


Spoiler:
Ahah...
Les choses se précisent, il y a bien des vestiges très importants sur Bôfû, et ils se trouvent pas loin de l'extrême sud.
Les profanateurs trouveront sur leurs chemins les guerriers Senivites, et les clans alliés de Bôfû, si ces derniers arrivent à temps. Ceux-ci empêcheront le passage, par la dissuasion, ou le combat si nécessaire.
Les Senivites sont des moines combattants, dont les ancêtres semblent liés aux Netras; d'une façon ou d'une autre. Attendez-vous à voir des capacités étonnantes =). Ils ne parlent évidemment pas votre langue, mais peuvent en comprendre des bribes, et restent des gens conciliants si vous respectez leurs règles...

Vous pouvez percer les lignes des protecteurs (ou vous allier à eux si vous êtes pro-netra), et parvenir jusqu'à l'entrée des vestiges. Là-bas, une grande confrontation risque d'avoir lieu...



Auteur: Wù


Ce compte est géré par les MJ et les Coordinateurs du forum. Ne pas envoyer de MP.
Pour en savoir plus sur son fonctionnement, consultez le tuto "Interventions MJ" du Synopsis.
Si vous ne souhaitez pas que que "MJ" intervienne dans vos RP, signalez-le comme indiqué dans le tuto.
Le MJ qui vient de poster ce post a signé son message en bas à droite.
avatar
MJ
Yang Tao Chi
Yang Tao Chi

IRL
Messages : 25
Dans le RP
Situation : voyage

UE : 854312541
UEM : 0

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP OFFICIEL] Chute des Origines

Message par Kestrel le 21/5/2012, 03:35

Il embrassa le vide avec sérénité, les yeux clos. C'est à peine s'il entendit le grognement contrarié de son compagnon, rendu sourd par les hurlements furieux des vents déchaînés. L'ombre d'un sourire flotta sur ses lèvres alors qu'il se laissait tomber, ballotté en tous sens tel un vulgaire fétu de paille, libre de toute attache terrestre. Ainsi suspendu entre ciel et terre, le temps semblait s'allonger et la chute sans fin.

Cependant, toute bonne chose avait une fin. Alors que les hauts monts se faisaient de plus en plus proches, il exhala un soupir et se ramassa sur lui-même, avant de se propulser dans un courant glacé qui plongeait vers le sol. Quelques dizaines de mètres avant de se voir encastré dans les sédiments ancestraux, il déplia le planeur et vira de bord, s'engouffrant dans une faille érodée par les assauts féroces des vents et tempêtes. Il émergea sur une baie marécageuse, parsemée d'îlots à la végétation luxuriante d'où caquètements et sifflements curieux s'élevaient de façon harmonieuse, témoins de la vie qui animait ces contrées.

Il survola sans hâte les rivages ensablés, projetant une ombre fugitive sur les eaux paisibles. Avisant un coin plus ferme que d'autres, il s'y posa en douceur, refermant le planeur d'un geste expert. Malgré son estimation précédente, la boue lui arrivait aux chevilles et perturbait son équilibre, rendant chaque pas incertain. Il s'efforça pourtant de n'y prêter cure et s'engagea sous le couvert opaque de la végétation grouillante, tâtant la voie de la pointe de son bâton.

Malgré la fraîcheur de la saison, la nature démontrait une effervescence exacerbée. Parfums, bruits et couleurs envahissaient ses sens avec délicatesse, lui évoquant des souvenirs d'une époque lointaine. Le cuir usé de la selle du bison, les arabesques d'argile dont se peinturluraient les enfants du village, les effluves poivrées d'une marmite bouillante, les couleurs chatoyantes de tentures cérémonieuses, le sermon cinglant de son maître.

Il secoua la tête, comme pour clarifier ses pensées. Le passé ne l'aiderait pas dans sa tâche, du moins pas ici. Pataugeant dans une vase argileuse, il enjamba le tronc évidé d'un arbre mort, rongé par une myriade d'insectes et vermisseaux. Au-dessus de lui, bruits et piaillements en tout genre se disputaient chaque seconde de silence, atténuant presque le bruit de ses propres pas. Bercé par le concert de la faune, il aurait presque pu se laisser surprendre par les éclaireurs haut perchés, qui le suivaient depuis son arrivée à terre.

Il sut qu'il avait pris la bonne direction lorsqu'une lame effilée vint se presser contre sa gorge. Il jalousa tristement ses poursuivants qui, il fallait l'admettre, étaient d'une discrétion exemplaire ; réussir à se déplacer silencieusement dans cette fange discontinue relevait du miracle. La lame appuya un peu plus fort et il leva les bras en signe de soumission. On lui arracha son bâton des mains. Un autre homme le fouilla sommairement à la recherche d'une arme. Il se laissa faire, docile.

Celui qu'il supposa être le chef de groupe se planta devant lui, les bras croisés, et le jaugea d'un regard pénétrant.

- Qui ? prononça-t-il avec rudesse bien qu'avec un accent maladroit.

Shiu'an s'humecta les lèvres, observant son interlocuteur. Il n'était pas assez familier avec les us et coutumes des peuples de Bôfû pour nommer son appartenance. On ne lui avait laissé que trop peu de temps pour se préparer, urgence oblige. Pourtant, les dessins d'argile couvrant la peau de l'homme au crâne rasé le mettaient sur la bonne voie. Il les avait trouvés. Il n'avait plus qu'à espérer qu'il le comprenne assez pour l'emmener où il était attendu.

- Shiu'an, envoyé du temple de l'air. Je dois parler à vos vénérables de toute urgence.


Bleh, se retenir de supprimer tout. @_@





art © dark-spider

Songez à encourager vos voisins RPeurs, ça fait toujours plaisir. ♪
avatar
Kestrel
Coordinatrice
Coordinatrice

IRL
Féminin Age : 29
Messages : 3310
Dans le RP
PAA : Doare
Peuple : Expatrié(e)
Métier : Voleuse
Situation : cherche quelque chose

UE : 1410
UEM : 200

Compétences :
Art Netra:
- M. des Éléments
> Poussières [3]

- M. des Esprits
> Perceptions [2]

- M. des Distorsions
> Possibles [1]
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t100-presentation-doare-siellan http://thelastairbender.forumactif.com/t359-ville-rpm-l-ile-au-tresor http://naravel.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP OFFICIEL] Chute des Origines

Message par Maia le 11/6/2012, 19:38

Dans les rues de Shannan, une silhouette encapuchonnée se mouvait avec aisance parmi la foule en furie. On fêtait la mort de la déesse Sâthis, dont l’immense statut trônait sur la Place Rouge, en plein cœur de la ville. Elle semblait glisser sur le sol, esquivant au centimètre près les épaules et les pieds qui menaçaient de l’écraser. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’était pas revenue en ces lieux saints, qu’elle avait jadis observé avec une admiration sans faille. Mais aujourd’hui, elle n’était pas venue pour apprécier le paysage, mais bien pour trouver quelqu’un. Un ami de longue date, qu’elle n’avait pas vu depuis cinq ans, jour pour jour. Elle s’arrêta au milieu de la place, qu’elle balaya du regard. Elle entrevit la taverne du Paladin à l’opposé de là où elle se trouvait et se dirigea vers le bâtiment à la hâte. On tenta à plusieurs reprises de lui vendre artefacts en tout genre, figurines ou objets en tout genre censés représentés la déesse, qu’elle repoussa gentiment d’un signe de tête. Elle traversa la place circulaire à grands pas, passant à côté de la gigantesque statue de bronze, qui scintillait sous la lumière des milliers de lampions accrochés aux toits.
Elle entra dans la taverne. Le brouhaha de la ville et de la pièce, plongée dans une semi-obscurité, était si puissant que son entrée passa inaperçue. Elle contourna les tables disposées grossièrement ça et là, et s’installa au comptoir. La tavernier, qui l’avait suivi des yeux depuis son entrée, s’approcha d’elle avec méfiance.

- Vous avez été envoyé ici ? En mission ? dit-il à voix basse, posant un coude sur le bar.

La silhouette tourna sa tête encapuchonnée vers lui.

- De quoi parlez-vous ? dit-une voix étrangement douce. Celle d’une femme.

Le tavernier sembla quelque peu surpris et tenta de distinguer un visage sous les vêtements sombre.

- Je sais qui vous êtes, je connais votre guilde de machin-chose. Je sais vous reconnaître.

La silhouette sourit. Deux mains fines sortirent des pans de la cape et ôtèrent l’épais capuchon qui masquait son visage. Le tavernier se redressa maladroitement et son coude glissa du comptoir. Tout en se massant et bougonnant, il reporta son attention sur la jeune femme qui lui faisait face. Elle ne devait pas avoir plus de 25 ans, affichait un air serein et un sourire aimable. Sa beau bronzée, ses yeux sombres en amande et ses longs cheveux noirs relevés haut sur son crâne lui donnaient un air sauvage et félin, la rendant plus que séduisante aux yeux du tavernier. Il toussota légèrement.

- Je devais être sûre que vous étiez bien celui on m’a tant parlé, continua-t-elle avec un sourire. Vous êtes connu dans le milieu, et c’est la raison pour laquelle je viens à vous. J’ai une faveur à vous demander.

Le tavernier plissa les yeux et passa les doigts sur sa barbe épaisse et mal taillée.

- C’que vous voudrez, répondit-il d’un ton bourru.
- Je me nomme Meian Kôga, et je suis à la recherche d’un homme. Je sais qu’il est ici, à Shannan, mais j’ignore où. Son nom est Shintarô Kensei.
- Ça pour sûr qu’il est ici. Je l’connais bien ! C’est un homme bon. Il est arrivé il y a une semaine, il avait entendu parler de choses importantes et voulait jeter un coup d’œil, c’est c’qui m’a dit.
- Savez-vous où il se trouve à l’heure qu’il est ?
- Il a payé sa chambre c’matin. Il m’a dit qu’il voulait vérifier certaines choses.
- C’est tout ?
- Je sais pas où il est maintenant.
- Etes-vous au courant des informations qu’il voulait éclaircir ici ?
- Ça non ! J'm'occupe jamais des affaires des autres.

Meian remercia le tavernier qui la dévisagea encore de longues secondes avant de disparaitre derrière le comptoir. Elle avait eu toutes les informations dont elle avait besoin. Shin devait être au courant. Elle sortit de l’auberge et rabattit sa capuche sur la tête avant de se fondre dans la foule.

~ ~

La nuit était noire et déjà, le vacarme de la fête se faisait moins lourd. Sur le toit d’une maison à quelques pas de la grande place, une silhouette masculine était assise en tailleur, immobile, les yeux clos. Le vent chaud vint secouer ses longs cheveux noués en queue de cheval, seul signe de vie. Une deuxième silhouette apparut sur le toit de la maison voisine. Fine et élancée, Meian s’était débarrassée de sa longue cape et n’était maintenant vêtue que d’une combinaison de cuir et de tissu pourpre et brun. Aussi silencieuse et agile qu’un félin, elle se mit à entamer une danse étrange, mêlant mouvements amples des membres tout en contorsionnant son corps aux muscles déliés, visibles sous la combinaison étroitement serrée. Comme par magie, l’homme assis en tailleur se releva, et, sans ouvrir les yeux, l’accompagna. Leurs deux corps se mouvaient en parfaite harmonie, synchrones et souples. Ils semblaient ne pas toucher le sol, glisser, voler parfois. Ils s’arrêtèrent, les mains jointes au dessus de la tête, l’une des jambes repliés contre la cuisse, puis ouvrirent les yeux, parfaitement face à face. L’homme prit le premier l’initiative et s’abaissa, poing contre paume, en un salut sincère et ému. Meian, elle, descendit du toit et, en quelques enjambées et sauts silencieux, grimpa sur celui de la maison voisine et se jeta dans les bras de l’homme. Visiblement surpris et gêné, il finit par enlacer à son tour la jeune femme, le visage teinté d’une émotion nouvelle.

- Je suis tellement heureuse de te revoir Shin, murmura Meian à l’oreille de l’homme.

Ce dernier se dégagea lentement et la prit par les épaules, la détaillant des pieds à la tête avec un sourire.

- Quitter une jeune fille et retrouver une femme…c’est surprenant ! Je suis moi aussi heureux de te revoir.

Meian, qui luttait pour ne pas pleurer de joie, sentit son cœur battre lorsqu’elle vit les yeux de son ancien maître et ami briller.

- Je t’ai cherché, j’ai su que tu étais à Shanaan. Je voulais te parler de quelque chose d’important, continua-t-elle à voix basse.
- Je crois que nous avons des tas de choses à nous raconter, répondit Shin avec un soupir.

~ ~

Attablés à la taverne du Paladin, Meian et Shin parlaient à voix basse. Hormis le tavernier qui jetait de fréquents coups d’œil vers eux, personne ne leur accordait la moindre attention. Accoudés sur la table, le visage à quelques centimètres l’un de l’autre, ils semblaient inquiets.

- Tu crois vraiment qu’ils en viendraient à proclamer une guerre ? chuchota Meian.
- Si des secrets vieux de milliers d’années sont cachés dans ces cryptes, c’est pour une bonne raison. Ils ne doivent pas atterrir entre les mains de n’importe qui. Je n’ose imaginer ce que cela pourrait engendrer…

Shin se laissa choir sur le dossier de sa chaise et passa une main fine sur son visage. Meian, les sourcils froncés, réfléchissait. Elle était une Marcheuse, au même titre que Shin. Si elle suivait une voie bien particulière, elle avait juré, il y avait des années, de protéger les secrets de ses ancêtres.

- Nous devons nous y rendre, déclara-t-elle.

Shin plongea ses yeux sombres dans les siens, sans prononcer le moindre mot, puis sourit. A cet instant, la porte s’ouvrit sur un homme, ôtant une longue cape de son visage. Meian écarquilla les yeux. L’homme les repéra en une fraction de seconde et s’approcha d’eux d’une démarche fluide et silencieuse. La jeune Marcheuse se leva, ouvrit la bouche à plusieurs reprises puis se jeta de nouveau dans les bras du nouvel arrivant qui lui tapota gentiment le dos.

- Saitô, mais que fais-tu ici ? s’exclama Meian.
- J’ignore ce que vous complotiez, mais je veux être de la partie, répondit-il avec un sourire, s’installa à leur table. Quand partons-nous ?

Meian, qui venait de se rassoir, observa les deux marcheurs.

- Pourquoi attendre ?

Spoiler:
Voilà donc mon RP d'introduction et de présentation. Je fais entrer Meian, Shin et Saitô, tous les trois Marcheurs, dans cette grande aventure \o/
Sans savoir encore comme tout va se dérouler, comme vous vous doutez, les Marcheurs sont Pro-netras, mes trois gugusses vont donc tout mettre en oeuvre pour protéger les secrets Netras que certains cherchent à voler. Quand je dis tout, c'est tout! Tention è_é


« Attraper le vent et courir après une ombre »
avatar
Maia
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Féminin Age : 24
Messages : 922
Je suis : Giulietta, et je suis faite de la même maitère que les rêves...
Dans le RP
PAA : Meian
Peuple : Expatrié(e)
Métier : Marcheuse d'Ombrume
Situation : en mission

UE : 685
UEM : 0

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t245-presentation-meian-koga#2625

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP OFFICIEL] Chute des Origines

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum