Derniers sujets
» k€k€lAnd PaRaDaïZ
24/7/2017, 22:50 par 

» [Musique] J'écoute...
11/6/2017, 11:21 par 

» Je relance de dix (ans) !
13/10/2016, 14:44 par Dagniir

» [Spoilers] Discu TLO Korra
14/11/2014, 21:39 par Kestrel

» [project] Xmas 2012 gift exchange
2/12/2012, 14:55 par Shu Lien

» [Projet] Fusion avec "Avatar, la leggenda di Aang & Korra"
19/11/2012, 13:07 par Lessie

» Gel du forum
18/11/2012, 15:51 par 

» Défis d'écriture... en musique
14/11/2012, 21:59 par AvatarAang

» BONJOUR
14/11/2012, 13:53 par Kestrel

» Topsites Anonymes
6/11/2012, 19:43 par Kestrel


[Ville] [RPM] L'île au trésor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Ville] [RPM] L'île au trésor

Message par Kestrel le 31/12/2010, 22:51

Suite du RPM principal : [RPM] Horizons en maraude



L'odeur de soufre imprégnait l'air jusqu'à le rendre irrespirable. Lorsqu'enfin elle sortit des brumes de l'inconscience, elle ne fit que plonger plus allègrement dans les fumées noires de l'incendie. Une quinte de toux la secoua, réveillant un mal de crâne vibrant, battant sourdement à ses tempes. Précautionneusement, elle se tâta l'arrière du crâne, où le coup avait été porté. Elle saignait, mais la blessure n'était que superficielle. Rassurée, elle se redressa lentement sur les coudes, évitant tout mouvement brusque qui pût empirer une migraine déjà stridente. Elle cligna brièvement des paupières, tâchant de distinguer où elle était malgré la fournaise ambiante.

Une tenture se décrocha non loin d'elle, avalée par une langue de flammes. Les foyers étaient innombrables, rendant les lieux méconnaissables. Un épais nuage de fumée s'amoncelait au-dessus des poutres, lesquelles commençaient à montrer des signes de faiblesse face à l'assaut répété des flammes ardentes. Un grincement de mauvais augure confirma ses pensées, alors qu'elle se protégeait le visage d'une volée de braises. Elle resta à genoux, au plus près du sol, où l'air restait encore presque respirable. Il lui fallait trouver une issue, et vite, où elle n'en réchapperait pas. De toute évidence, ils l'avaient laissé pour morte. Elle esquissa un sourire amer. Étouffant une nouvelle quinte de toux, elle déchira ce qu'il restait de sa manche et s'en fit un foulard de fortune.

Le grincement se prononça, s'élevant au-dessus des craquements des foyers d'incendie. Elle jeta un regard anxieux aux poutres, puis chercha rapidement sa porte de sortie. Les fenêtres avaient été barrées par des planches. Elle ne voudrait pas être là lorsque la fournaise aurait fini par les réduire en cendres et ouvert un accès d'air pur et délicieux. A l'autre bout de la pièce, un encadrement. Cela devrait suffire, elle devait se mettre en mouvement. Elle fit un pas, le plancher grinça. Si elle restait là, elle passerait au travers. Titubant, respirant avec peine, elle traversa la pièce au pas de course. Au-dessus d'elle, elle sentit une poutre lâcher, menaçant le reste de la structure. Elle s'engouffra à travers l'encadrement puis dans les escaliers, aussi gagnés par les flammes. Une langue de feu surgit devant elle. Elle fit un bond en arrière, les paumes en avant, utilisant sans le vouloir un don qu'elle oubliait presque avoir. Les flammes se perdirent dans une sphère de vide créé par les flux d'air, et s'évanouirent. Doare resta figée un instant, la respiration lourde, presque incrédule de sa prouesse. Elle avait négligé sa maîtrise depuis son arrivée à Nimong. A présent elle l'avait sauvée, et elle serait probablement sa clé de sortie de cet enfer. Peut-être devrait-elle y accorder davantage de temps à l'occasion...

Les craquements s'accentuèrent davantage. Qu'elle attendît encore, et maîtrise ou pas, elle mourrait dans ces flammes. Elle s'élança dans l'escalier embrasé, sauta par-dessus des marches effondrées, avisa une fenêtre non barrée et tenta le tout pour le tout.

Dans sa chute, elle songea brièvement à ce qui avait pu tourner si mal...
musique:
"Not In Blood, But In Bond" de Hans Zimmer
Bande originale de Sherlock Holmes (2009)


Edit moi: Survie décembre validée


Dernière édition par Kestrel le 26/1/2015, 23:46, édité 6 fois





art © dark-spider

Songez à encourager vos voisins RPeurs, ça fait toujours plaisir. ♪
avatar
Kestrel
Coordinatrice
Coordinatrice

IRL
Féminin Age : 29
Messages : 3310
Dans le RP
PAA : Doare
Peuple : Expatrié(e)
Métier : Voleuse
Situation : cherche quelque chose

UE : 1410
UEM : 200

Compétences :
Art Netra:
- M. des Éléments
> Poussières [3]

- M. des Esprits
> Perceptions [2]

- M. des Distorsions
> Possibles [1]
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t100-presentation-doare-siellan http://thelastairbender.forumactif.com/t359-ville-rpm-l-ile-au-tresor http://naravel.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ville] [RPM] L'île au trésor

Message par Kestrel le 27/1/2011, 00:06

[ Plusieurs heures avant le post précédent. ]

- Le navire restera trois jours au port, rappela-t-il alors qu'ils remontaient la grand-rue à grands pas, projetant un regard distrait sur les innombrables étals installés de part et d'autre de la chaussée. De multiples produits des mers s'y disputaient la place depuis tôt ce matin, fraîchement pêchés dans la baie et au large. On hélait, vantait, marchandait à tout va. On volait, aussi. Il n'était pas rare de voir une petite main habile chiper un poisson ou une bourse lâchement déliée puis disparaître dans la foule, aussi discrète qu'une ombre. Doare ne manqua pas d'en apercevoir quelques uns. Ils avaient un certain talent, bien que la technique pût être améliorée. Lorsqu'ils passèrent près d'eux, ni Taryl ni elle ne pipèrent toutefois mot, les laissant s'esquiver dans une ruelle attenante en toute impunité. Comme si rien ne s'était passé.

L'île où leur navire avait fait escale était de prime abord une île de pêcheurs. Pas très grande, une unique ville se nichait dans ses contreforts rocheux, lesquels offraient un certain confort défensif dont jouissaient peu de bourgs du genre. La baie où mouillaient les quelques navires en escale était assez grande pour permettre le passage d'un trois cents tonneaux, à condition de savoir où passer. En effet, des récifs à fleur d'eau rendaient la navigation plus délicate qu'il n'y paraissait, et seuls les marins chevronnés s'y risquaient en toute connaissance de cause. En outre, les parures naturelles de la baie offraient sécurité et discrétion aux visiteurs de l'île, dont la première et principale activité jouait également un rôle préservateur...

En effet, la grande majorité des visiteurs des insulaires ne venait pas pour vendre ou acheter du poisson - aussi frais fût-il. Le ravitaillement et l'enrichissement des marchés du port par l'échange de marchandises de toutes contrées dissimulaient des intentions beaucoup moins terre à terre, lesquelles écartaient définitivement l'éventualité d'une escale purement fortuite. Seule une élite avait vent des activités cachées de l'île, et elle comptait bien garder les choses ainsi.

C'étaient ces activités qui avaient mené leur navire dans ces eaux, et c'étaient elles qui avaient poussé Taryl et Doare à descendre à terre et profiter de l'énième escale qui leur était offerte. C'étaient elles qui les mèneraient plus tard à être séparés.

- Par ici, murmura-t-il dans un souffle. Dans un geste naturel, il passa son bras dans son dos, effleurant à peine son épaule. Ils bifurquèrent sans accroc dans une rue moins fréquentée, quittant l'effervescence des marchés. L'odeur poisseuse de la pêche continua de peser dans l'air et d'emplir leurs narines, imprégnant la ville toute entière. Il y avait là quelques enseignes spécialisées - une cordonnerie, une quincaillerie, une forge plus loin -, toutes fermées. Leurs propriétaires devaient être au marché, qui en l'arrivée d'un navire tel que le leur représentait une des principales attractions de la journée. Ils prirent bientôt un second tournant qui les engagea dans une mince ruelle en escaliers.

- Tu es déjà venu ici ? demanda-t-elle lorsqu'ils furent hors de la vue d'éventuels passants. Elle avait le tutoiement facile, et il ne sembla pas s'en offusquer. Pour sa part, elle avait toutes les peines du monde à le convaincre de cesser de l'appeler mademoiselle.

- J'ai déjà eu affaire au clan, rappela-t-il, jetant un bref regard au-dessus d'eux. Le peu de volets ouverts sur la maigre couture qu'ils traversaient étaient clos.

- Comment penses-tu qu'ils accueilleront ton retour ? s'enquit-elle plus bas.

- Mieux vaut qu'ils n'aient pas à l'accueillir... fit-il avec un sourire dans la voix, auquel elle répondit silencieusement. Oui, c'était tout l'intérêt de l'opération : se faire invisible.

Elle se remémora les détails qu'il lui avait exposés quelques heures plutôt, avant qu'ils ne missent pied à terre et s'enfonçassent dans la ville, progressant lentement vers les quartiers les plus élevés. L'île, surnommée la Galante par ses visiteurs réguliers, était dirigée par un clan familial dont la main mise n'excédait pas les rivages du morceau de terre qu'ils avaient revendiqué un siècle plus tôt ; il ne fallait toutefois pas s'y fier car la quasi totalité de la population devait être considérée comme leurs complices. Les ennemis du clan se faisaient difficilement des amis en ces rues escarpées ; il valait mieux garder un profil bas plutôt que d'attirer l'attention et de risquer de se voir régler son compte dans la discrétion la plus absolue, avec des chances minimes de revoir la lumière du jour. Les disparitions étaient monnaie courante. Elles étaient la manière la plus simple de se débarrasser d'éléments gênants. D'ailleurs, si vous glissiez d'une falaise, qui d'autre pourrait être à blâmer sinon la malchance ?

Car des falaises, ce caillou presque insignifiant planté au milieu des eaux occidentales n'en manquait pas. De galeries naturelles et moins naturelles non plus, d'ailleurs. C'était d'ailleurs dans ce réseau souterrain qu'il abritait la majeure partie d'un commerce fort lucratif et hétéroclite mélangeant main d'œuvre de qualité et artefacts divers et variés, lesquels n'avaient pour point commun que leur rareté et la cherté qui y était liée. Les différentes branches de ce commerce se développaient ainsi bien à l'ombre des grottes et galeries façonnées par les ans et les maîtres de la terre du clan. La moitié de la ville elle-même se trouvait d'ailleurs littéralement incrustée dans la roche, creusée en paliers. Au sommet de la montagne, au milieu d'un paradis de verdure suspendu entre ciel et terre, se trouvaient les quartiers les plus riches de l'Île. Ceux de la famille qui régnait en ces lieux et de leurs privilégiés.


Edit moi-même: survie de janvier ok.


Dernière édition par Kestrel le 27/1/2011, 10:58, édité 2 fois





art © dark-spider

Songez à encourager vos voisins RPeurs, ça fait toujours plaisir. ♪
avatar
Kestrel
Coordinatrice
Coordinatrice

IRL
Féminin Age : 29
Messages : 3310
Dans le RP
PAA : Doare
Peuple : Expatrié(e)
Métier : Voleuse
Situation : cherche quelque chose

UE : 1410
UEM : 200

Compétences :
Art Netra:
- M. des Éléments
> Poussières [3]

- M. des Esprits
> Perceptions [2]

- M. des Distorsions
> Possibles [1]
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t100-presentation-doare-siellan http://thelastairbender.forumactif.com/t359-ville-rpm-l-ile-au-tresor http://naravel.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ville] [RPM] L'île au trésor

Message par Kestrel le 27/1/2011, 00:09

[ Suite directe du post précédent ]

Le clan n'avait pas un sens des affaires facile, et bien que Kleftis eût déjà eu besoin de leurs services par le passé, il rechignait fortement à faire affaire avec eux. La raison de ces relations quelque peu froides lui était inconnue, mais elle se doutait qu'elle en prendrait connaissance bien assez tôt. Pour l'heure, tout ce qu'il fallait savoir, c'était que la dernière visite de l'émissaire de Kleftis s'était mal terminée et que l'objet de la dispute était resté entre les mains du clan de la Galante. Il s'agissait comme de bien entendu d'un artefact extrêmement rare que leur employeur avait pris un temps inestimable à localiser, et dont il ne pouvait se permettre de perdre la trace alors même qu'il se trouvait tout juste à sa portée. Il avait ainsi de nouveau investi Taryl de la mission de le récupérer... cette fois-ci par tous les moyens qu'il jugerait nécessaires.

Doare n'arrivait pas à saisir ce qui pouvait passionner à ce point son employeur pour des objets qu'elle-même considérait de simples vieilleries - certes jolies, pour la plupart, mais leur potentiel décoratif ne devait sûrement pas être leur unique attrait. Elle doutait même que sa dernière mission, qui consistait à dérober une missive confidentielle, n'eût aucun rapport avec la lubie qui, elle le savait, l'animait jour et nuit. D'ailleurs, elle parvenait à faire de mieux en mieux la différence entre les missions extérieures, commanditées par des quelconques autorités anonymes et représentant la majeure partie de leurs activité et revenus, et les missions internes, dont faisaient partie les recherches personnelles de Kleftis. Seul un cercle très fermé semblait au fait de ses manigances, et était constitué du peu de personnes à qui il prêtait une confiance absolue. Elle se demandait si elle aussi un jour parviendrait à atteindre un tel degré d'estime et de confiance.

Toute à ses réflexions, elle manqua de rentrer dans Taryl lorsqu'il s'arrêta brusquement entre deux marches, au milieu des escaliers qu'ils gravissaient depuis tout à l'heure. Il leva un bras pour l'intimer au silence et tendit l'oreille. Elle fit de même, tentant de comprendre ce qui avait pu l'alerter. Ils se trouvaient à mi-chemin du sommet et atteignaient tout juste le troisième palier, le premier à être couvert. De toute évidence, les prochains étages seraient fermés, ce qui ne faisait qu'ajouter à la difficulté de leur infiltration. Le commun des mortels n'était pas non plus censé flâner à ces hauteurs, et elle entendit le pas tranquille d'une patrouille just'alors qu'il lui faisait signe de grimper. Sans attendre qu'elle lui obéît, il bondit prestement et crocheta une prise, parcourant la distance qui les séparait du haut du bâtiment à une vitesse qu'elle aurait jugé impressionnante si elle avait eu le temps de s'y attarder. Il avait déjà disparu lorsqu'elle atteignit la première rangée de volets clos. Elle ne tarda pas à entendre les voix des hommes en approche. Ils devaient être quatre et semblaient d'humeur plutôt joviale. Elle crocheta enfin le rebord et se propulsa d'une impulsion du pied. Un bras la cueillit au vol et la plaqua sans violence ni bruit au sol, à plat ventre. Taryl et elle échangèrent un regard puis portèrent leur attention sur le couloir ouvert où débouchaient les étroits escaliers qu'ils venaient de quitter.

Les quatre hommes étaient armés d'arbalètes, et l'on devinait à leurs ceintures des munitions et une dague longue. Sans doute pouvait-on compter aussi sur la présence d'un poignard ceignant une cuisse ou glissé dans une botte. Malgré leurs traits burinés, ils semblaient davantage bâtis pour les bagarres de taverne que pour les arts du combat. Dans un murmure, Taryl les identifia comme des marins, probablement plus habitués aux aléas des océans qu'aux affaires commerciales de leurs maîtres. Ils restaient toutefois dangereux, car s'ils n'étaient pas forcément entraînés à leur tâche actuelle, la force restait à leur avantage. Il faudrait sans doute compter sur d'autres patrouilles du genre, voire plus expérimentées. Doare commença à percevoir toute la complexité de l'opération dans laquelle ils s'étaient embarqués. Elle songea un instant qu'elle pouvait toujours faire demi-tour - après tout c'était la mission de Taryl, pas la sienne - puis écarta promptement cette idée. Elle avait cherché plus d'aventure et d'expériences, elle n'allait pas tourner le dos lorsqu'on lui en proposait. D'ailleurs, en ce monde, il n'y avait rien qui fût sans risque ni danger, et sûrement pas dans leur profession...

La patrouille, après avoir effectué une halte juste en-dessous d'eux, se scinda. Un homme s'engagea dans les escaliers qu'ils avaient empruntés, et ses compagnons reprirent leur ronde en sens inverse. Taryl et Doare attendirent de ne plus percevoir leurs pas pour se redresser. Toujours sans aucun bruit, Taryl alla vérifier la progression de l'homme qui avait quitté la troupe puis la rejoignit. Elle avait le nez levé vers les étages supérieurs, dont la moitié disparaissait dans la montagne, seules quelques ouvertures irrégulières ça et là témoignant de la présence d'une vie humaine au cœur de la montagne. Elle se demanda par où Taryl comptait les faire passer pour éviter les patrouilles qui devraient sans doute se multiplier à mesure qu'ils approcheraient de la localisation de l'objet tant convoité...


1 succès pour atteindre le sommet. (On a encore du chemin, tout peut arriver ~)

Edit moi-même: +50UEM


Dernière édition par Kestrel le 27/1/2011, 22:25, édité 6 fois (Raison : des fautes ignobles car je ne me suis pas relue)





art © dark-spider

Songez à encourager vos voisins RPeurs, ça fait toujours plaisir. ♪
avatar
Kestrel
Coordinatrice
Coordinatrice

IRL
Féminin Age : 29
Messages : 3310
Dans le RP
PAA : Doare
Peuple : Expatrié(e)
Métier : Voleuse
Situation : cherche quelque chose

UE : 1410
UEM : 200

Compétences :
Art Netra:
- M. des Éléments
> Poussières [3]

- M. des Esprits
> Perceptions [2]

- M. des Distorsions
> Possibles [1]
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t100-presentation-doare-siellan http://thelastairbender.forumactif.com/t359-ville-rpm-l-ile-au-tresor http://naravel.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ville] [RPM] L'île au trésor

Message par Cerbère le 27/1/2011, 00:09

Le membre 'Kestrel' a effectué l'action suivante : Jouer

'Chi Do' :


Ce compte est géré par les coordinateurs du forum. Ne pas envoyer de MP.
Adressez vos demandes aux administrateurs/modérateurs en fonction.
avatar
Cerbère
Yang Tao Chi
Yang Tao Chi

IRL
Masculin Age : 28
Messages : 280
Dans le RP
Situation : voyage

UE : 200
UEM : 0

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ville] [RPM] L'île au trésor

Message par Kestrel le 30/4/2011, 22:14

Le cri d'un oiseau marin retentit quelque part au-dessus d'eux, la sortant de sa contemplation. Elle revint sur terre juste à temps pour voir le signe de Taryl. Après un regard entendu, il glissa par dessus le rebord du bâtiment et se réceptionna avec aisance dans la galerie où s'était concertée la patrouille quelques minutes plus tôt. Tandis qu'elle tombait dans un bruit sourd à ses côtés, il ouvrit la marche et prit la même direction que les deux hommes. Elle le suivit sans poser de question. Telles deux ombres, ils s'enfoncèrent dans le passage à demi plongé dans l'obscurité.

A mesure qu'ils progressaient, le paysage direct évolua sensiblement. Les arcades s'ouvrant sur la mer et le reste de la ville s'espacèrent progressivement et la rambarde qui montait d'abord à hauteur de la taille se fit plus basse, jusqu'à atteindre à peine le genou. Du côté terre, les larges corridors et escaliers disparaissant dans les hauteurs s'étrécirent à mesure que la distance entre le passage et la paroi s'amincissait. Ils cédaient la place à des pans de rochers bruts d'où naissait parfois un mince filet d'eau, qui disparaissait sous les dalles pour creuser sa voie, grandir et se jeter dans la mer. Les structures se firent de plus en plus verticales, obéissant à la montagne plus qu'elles ne l'apprivoisaient. Toujours plus acrobatiques, les quelques constructions habitables semblaient sortir de la roche et défiaient le vide et la gravité avec autant d'audace et de hardiesse qu'ils en montraient en passant sous leur ombre. Bien vite, les seuls accès vers les hauteurs n'impliquèrent plus que de l'escalade, et le passage qu'ils longeaient ne permit plus d'y marcher côte à côte. Hormis les virages encore entièrement couverts, la galerie était entièrement ouverte, tenant davantage d'un mince sentier creusé à fleur de rocher que d'un passage construit de main d'homme, le sol désormais à nu.

Ils n'avaient toujours pas recroisé les deux hommes. Peut-être avaient-ils effectué un tournant quelque part dans les premiers segments du passage. Doare croyait se souvenir d'un large escalier, illuminé de torches vivaces, se frayant un chemin entre les bâtiments. Elle en avait déduit qu'il devait s'agir d'un des grands axes de la partie supérieure de la cité. Taryl et elle l'avaient dépassé avec prudence, évitant soigneusement le regard des passants que l'on discernait sur un palier supérieur. Ils ne pouvaient toutefois être certains que les gardes avaient changé d'itinéraire, ni qu'il n'y en eut aucun plus loin sur leur route ; la vigilance était donc de mise. Elle ne put toutefois s'empêcher, à la sortie d'un bref tunnel, de regarder à sa gauche, vers l'océan. Le flan de la montagne était quasiment vierge d'habitations de ce côté de l'île. Herbe et affleurements rocheux courant sur une pente à pic étaient tout ce qui les séparaient des récifs en contrebas. Le port ne serait bientôt plus visible, et le navire qui les avait amenés sur l'île prenait des allures fantomatiques dans la brume légère qui gagnait le rivage.

- Où allons-nous ? demanda-t-elle enfin, à voix basse, en emboîtant le pas de Taryl.

S'il l'entendit, il n'en fit rien et se contenta de faire jouer ses épaules, marchant toujours d'un bon pas. Peu de temps après, il s'arrêta et lui fit signe d'attendre, avant de poser ses mains sur la paroi. Le nez en l'air, il effleura la roche comme s'il cherchait quelque chose. Elle leva la tête à son tour, ne comprenant pas grand chose à son manège. Un reflet l'éblouit légèrement et elle plissa les yeux tout en portant une main à son front. Il y avait quelque chose là-haut. Qu'était-ce ?

- Je vais avoir besoin de toi, dit son compagnon dans un soupir. Tu vois la corniche à quelques mètres au-dessus de nous ?

C'était de là que devait provenir le reflet, bien qu'elle ne sût pas exactement ce qui en était à l'origine.

- Oui, je la vois, confirma-t-elle en baissant les yeux vers lui.

- C'est l'équivalent du premier palier du quartier supérieur. De là nous pourrons rejoindre les derniers passages menant au deuxième palier et éviter les patrouilles. Quelqu'un nous y attend.

- Quel est le problème ?

- Une échelle est dissimulée sur la corniche. Notre contact aurait dû l'avoir tenue prête pour notre arrivée, mais de toute évidence, il a dû avoir un contre-temps... Il marqua une pause, comme s'il réfléchissait. Il n'est pas possible d'escalader d'ici, les premières prises sont trop hautes. Je vais te faire la courte-échelle.

Elle opina et se recula pour prendre de l'élan tandis qu'il joignait ses mains et se tenait prêt. Elle compta jusqu'à trois et s'élança. Aidé de l'impulsion de Taryl, elle bondit haut contre la paroi et crocheta une prise sûre. Rapidement, elle trouva son chemin vers la corniche et s'y hissa avec aisance. A peine plus large que le sentier qu'elle venait de quitter, il était agrémenté d'un peu plus de végétation. Un bref regard autour d'elle éclaircit le mystère : un anneau d'acier vissé dans la roche étincelait doucement à la lueur du couchant. Voilà l'éclat qu'elle avait aperçu. L'échelle ne devait pas être bien loin. Elle la trouva sans mal dans un buisson proche et se hâta de l'attacher à l'anneau pour la lâcher dans le vide. Lorsque Taryl posa pied sur la corniche, elle guettait les présences indésirables au-delà de la courbe qui les dissimulait. La voie était libre. L'échelle remise à sa place, ils se remirent en route, Taryl en tête.

Ce palier n'avait de différent que la brutalité de la transition entre la partie ouverte et la partie fermée. En quelques minutes à peine, ils furent plongés dans l'obscurité. Taryl les fit bien vite bifurquer dans une ruelle étroite et en courbe, éclairée par les flammes des torches. Des portes bordaient le passage à intervalles réguliers, et tandis qu'elle essayait de déterminer s'ils se trouvaient à l'extérieur ou à l'intérieur-même de la montagne, elle se rendit compte que des gens vivaient là, loin de la lumière du jour. Pour une raison inconnue, cette pensée la glaça.

Après un temps qu'il lui parut une éternité, Taryl fit halte devant une porte à laquelle il porta un coup bref, puis trois, et deux coups séparés. Ils attendirent un instant, guettant tout bruit qui put paraître suspect, et celui du loquet que l'on déverrouille leur parvint. La porte s'ouvrit, déversant un flot de lumière dans le couloir obscur. Une femme habillée de couleurs chatoyantes se tenait là, le visage empreint d'inquiétude et de soulagement mêlés.

- Entrez ! Entrez vite ! dit-elle dans un murmure pressé.

Aussitôt eurent-ils passé le pas de la porte qu'elle la referma. Un bruit sec retentit derrière le battant, puis un silence religieux s'instaura de nouveau dans le couloir plongé dans la pénombre, où l'or rougeoyant des flammes jouait avec les ombres fugaces, sans jamais réussir à les vaincre.

Atteindre le sommet (1 succès): 1 / 3US

Edit Kess: survie avril ok





art © dark-spider

Songez à encourager vos voisins RPeurs, ça fait toujours plaisir. ♪
avatar
Kestrel
Coordinatrice
Coordinatrice

IRL
Féminin Age : 29
Messages : 3310
Dans le RP
PAA : Doare
Peuple : Expatrié(e)
Métier : Voleuse
Situation : cherche quelque chose

UE : 1410
UEM : 200

Compétences :
Art Netra:
- M. des Éléments
> Poussières [3]

- M. des Esprits
> Perceptions [2]

- M. des Distorsions
> Possibles [1]
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t100-presentation-doare-siellan http://thelastairbender.forumactif.com/t359-ville-rpm-l-ile-au-tresor http://naravel.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ville] [RPM] L'île au trésor

Message par Cerbère le 30/4/2011, 22:14

Le membre 'Kestrel' a effectué l'action suivante : Jouer

'Chi Do' :


Ce compte est géré par les coordinateurs du forum. Ne pas envoyer de MP.
Adressez vos demandes aux administrateurs/modérateurs en fonction.
avatar
Cerbère
Yang Tao Chi
Yang Tao Chi

IRL
Masculin Age : 28
Messages : 280
Dans le RP
Situation : voyage

UE : 200
UEM : 0

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ville] [RPM] L'île au trésor

Message par Kestrel le 26/6/2011, 03:52

L’aube – ou était-ce le crépuscule ? – se teintait de rouge. Un rouge vif, tranchant, intriguant. Très différent de la douce aurore orangée qu’il allait souvent admirer au sommet de l’île, faisant fi des remontrances maternelles. Avant qu’elle ne s’éveillât, au premier cri de la mouette la plus matinale, il enfilait ses bas et partait, ses bottes et cape en main, dans la plus grande discrétion. Alors, il empruntait les sentiers familiers et grimpait au sommet de l’arbre le plus haut et le plus solide pour enfin admirer le spectacle. La caresse légère de l’astre, à peine discernable dans le souffle iodé qui fouettait son visage, était l’une des choses qu’il préférait en ce monde.

Ce ciel-ci, toutefois, n’avait rien d’agréable. Aucune chaleur ne réchauffait sa peau. Il aurait presque réprimé un frisson si, à son grand désarroi, il n’avait non plus ressenti la moindre fraîcheur. L’atmosphère lui semblait figée, atone. Pourtant, une luminosité singulière baignait les lieux, l’éblouissant davantage que l’astre au zénith. Incapable de le lever à la recherche d’un soleil à la fois absent et omniprésent, il porta son regard autour de lui, comme dans un état second.

Il reconnut la Place des Six, cœur du quartier noble. En son centre trônait une fontaine, asséchée. Curieusement, il ne réussit à s’en étonner. Imperméable à l’étrangeté qui imprégnait la scène, il se laissa attirer par le portail ouvragé qui, à quelques mètres de là, ouvrait la voie vers la propriété des maîtres des lieux. Des figures allégoriques ornaient les piliers torsadés, récits antiques du temps où les esprits foulaient la terre pour en soulever les monts, creuser les précipices, emplir les océans, semer les sylves. Bonnes gardiennes, elles se laissaient toutefois d’ordinaire accompagnées de quelques mortels. Pourtant, ce fut seul qu’il s’offrit à leurs regards sculptés. Mû d’une volonté extérieure, il s’engagea sur le sentier interdit, sans encombre. Comme dans un rêve, il parcourut la distance sous le couvert rassurant des arbres, où pas un oiseau ne chantait. Arrivé devant les portes du manoir, il se glissa à l’intérieur sans la moindre hésitation.

Seul un tapis aux couleurs chatoyantes, sûrement de quelque contrée lointaine, détonnait avec la sobriété des lieux. Un large escalier de bois sombre faisait face à l’entrée. Il l’ignora et opta pour une porte dissimulée dans son ombre, sur la droite. Il longea le long et sobre couloir, parfois décoré de quelque œuvre parcheminée, et bifurqua à la première intersection. Nul doute ne vint obscurcir son esprit tandis qu’il suivait un parcours précis à travers le dédale étranger, ouvrant porte sur porte, gravissant puis descendant une volée de marches, s'enfonçant toujours plus profondément dans ses entrailles. Il ne rencontra personne. La demeure n’abritait pas âme qui vive. Sourd à cette étrangeté toujours renouvelée, il se vit arriver devant une énième porte.

L’atmosphère était humide. Une goutte d’eau vint s'écraser sur son front. Une grotte, un souterrain, sous la propriété. Une source d’eau, proche, celle de la fontaine ? Le battant, découpé dans la pierre, semblait irradier. Il posa une main sur la surface plane, dénuée de toute imperfection. Fraîche. Mais brûlante.

Un cri perçant retentit, rebondissant dans un écho hanté sur les parois humides. Il retira sa main et la porta à son visage, où une douleur vive aveuglait sa vision et la teintait du même rouge que le ciel. Puis le néant l'engloutit.

~¤~
De paisibles rais dorés traversaient le carreau sale et inondaient le plancher vieilli d'une lumière chatoyante. Sobrement meublé, la chambre se composait d'une commode et d'un lit, sans fioritures. Des taches claires sur les murs semblaient indiquer la présence ultérieure de quelque autre mobilier, déplacé pour réaménager la pièce en hâte. La commode, qui ne tenait du nom que son apparence, était seul vestige de son ancienne fonction. Sur le lit de chêne une couverture grossière s'agitait de tremblements et soubresauts, comme possédée par un esprit malin. Un enfant.

Dans un cri qui mourut dans sa gorge avant qu'il n'eût pu émettre un son, l'enfant s'éveilla brusquement. Haletant, il regarda frénétiquement autour de lui, en quête d'un quelconque repère familier. Sa nouvelle réalité lui sauta aussi violemment au visage tandis que les ténèbres ne laissaient échapper pas même un frémissement. Le néant noir d'encre, si semblable aux vestiges évanescents du cauchemar, lui donna la nausée. Comme pris de panique, il se débattit sous la couverture, en rejeta les reliefs lourds et étouffants puis roula hors du lit, tombant sur le sol dans un couinement inaudible. Le souffle court, l'enfant s'immobilisa.

La fraîcheur des lattes sur sa joue brûlante avait un effet apaisant. Après un instant, il s’y laissa aller, calmant ses esprits tourmentés, encore englués dans le spectre du cauchemar. Lentement, il effleura les aspérités du bois, en matérialisant les dessins invisibles du bout des doigts. Il poussa un soupir et esquissa presque un sourire, soulagé. Il savait où il était.

Enhardi par cette conscience nouvelle, il poursuivit son exploration jusqu’à sentir quelque chose de chaud sur le dos de sa main. Interloqué, il rampa davantage dans la source de chaleur. Il lui fallut quelques instants pour comprendre qu’il s’agissait de la lumière du jour. Il leva la tête vers le carreau, exposant son visage à la caresse rassurante du soleil qu'il devina couchant. La même caresse que lorsqu’ils flânaient tard sur la plage, le panier plein d’algues, pour chercher la première étoile. La caresse lui rappela la griffure. Puis le cauchemar, si réel qu'il l'avait confondu avec la réalité, qu'il avait cru ne jamais être sorti de l'enfer.

Puis, avec une lucidité nouvelle, il vit.


Atteindre le sommet (1 succès): 3 / 3US
Comment ça Doare et Taryl l'ont pas atteint? C'est détourné. =P

Edit moi: survie juin ok


Dernière édition par Kestrel le 29/6/2011, 08:47, édité 3 fois





art © dark-spider

Songez à encourager vos voisins RPeurs, ça fait toujours plaisir. ♪
avatar
Kestrel
Coordinatrice
Coordinatrice

IRL
Féminin Age : 29
Messages : 3310
Dans le RP
PAA : Doare
Peuple : Expatrié(e)
Métier : Voleuse
Situation : cherche quelque chose

UE : 1410
UEM : 200

Compétences :
Art Netra:
- M. des Éléments
> Poussières [3]

- M. des Esprits
> Perceptions [2]

- M. des Distorsions
> Possibles [1]
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t100-presentation-doare-siellan http://thelastairbender.forumactif.com/t359-ville-rpm-l-ile-au-tresor http://naravel.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ville] [RPM] L'île au trésor

Message par Kestrel le 26/6/2011, 03:55

[ Simultané au post précédent ]

Doare ne se serait jamais doutée que des foyers aussi agréables pussent trouver refuge au cœur de la montagne – ainsi qu’Ismelda le lui avait confirmé. La décoration choisie par leur hôte avait d’ailleurs quelque chose de bien familier, et elle se rendit soudain compte, en observant les motifs d’une tapisserie d’un air particulièrement intéressé, qu’elle lui rappelait Ni Mong. Tapissés de tentures et tapis riches en couleurs, les quartiers d’Ismelda rappelaient les tentes qui peuplaient la périphérie de la célèbre cité. Les parfums exotiques qu’exhalaient les quelques encensoirs faisaient quant à eux écho aux mille odeurs qui chatouillaient ses narines lorsqu’elle flânait au marché couvert. Assise en tailleur à même le sol, elle ferma les yeux, se remémorant quelque souvenir ravivé par les effluves familières. Un léger souffle effleura son front ; elle devina que Taryl devait être de retour.

La demeure de leur hôte bénéficiait d’un accès à l’air libre, au flanc opposé de l’île. Là régnait en maître une véritable jungle luxuriante, celle-là-même qui peuplait le sommet de la Galante, où s’étaient installés les quartiers des nantis. Jusqu’à récemment, il aurait été possible de passer tout simplement par la forêt et de s’y introduire en toute discrétion. Toutefois, ainsi que leur avait expliqué Ismelda la nuit précédente, la sécurité s’était particulièrement intensifiée au cours des dernières semaines. Circuler dans les quartiers supérieurs était devenu difficile, et la plupart des habitants préférait rester chez eux pour attirer l’attention le moins possible. La jungle n’était pas en reste et des patrouilles en écumaient régulièrement les parties supérieures. Le maître des lieux était sur le qui-vive.

Plus le temps passait, plus la curiosité de la jeune femme était exacerbée. Qu’est-ce qui pût justifier de tels moyens ? A moins qu’il s’agît d’une coïncidence, il avait eu vent de leur venue et les attendait – de pied ferme, de surcroît. Du peu qu’elle savait, la dernière approche de Kleftis à son encontre avait mal tourné, mais que s’était-il réellement passé ? Après tout, l’homme n’avait pas les moyens – ni n’était-ce son genre – d’envoyer une armée en mission. Il se spécialisait davantage dans les infiltrations, espionnages et vols en toute discrétion. Tout en finesse. Dans la situation actuelle, quelque chose clochait. Une pièce manquait au tableau. Voire plusieurs.

Taryl pénétra dans la pièce, et la salua sans un mot. Elle lui répondit dans un murmure et le regarda disparaître derrière un rideau de perles, le cerveau en ébullition. Elle l’avait suivi sans poser trop de questions, considérant que s’il ne lui en disait pas plus, c’était qu’elle n’en avait pas besoin. Toutefois, la situation qui se dessinait prenait un tour bien plus complexe qu’il ne lui avait exposé l’avant-veille. Sans aller jusqu’à questionner ses choix stratégiques, elle avait le droit de savoir dans quoi il l’avait impliquée et quels étaient les enjeux.

- Doare ?

Elle retint un sursaut et leva les yeux. Toute à ses réflexions, elle n’avait pas remarqué Ismelda. Celle-ci lui sourit en guise d’excuse.

- Taryl t’attend sur la terrasse.

- J’arrive.

Tandis que la femme s’effaçait, Doare déplia ses jambes et chercha ses bottes à tâtons. Elle les enfila vite fait, se leva et alla rejoindre Taryl. Ce dernier regardait le couchant les bras croisés, solidement campé sur ses jambes. Il allait sans doute ressortir faire du repérage avant la nuit tombée. Il confirma sa pensée lorsqu’il déclara d’une voix neutre :

- Suivez-moi.

Elle ne se fit pas prier, ignorant l’usage d’un « vous » qu’elle avait cessé de lui reprocher. Vérifiant que sa dague était bien fixée à sa ceinture, elle se glissa dans son sillage, aussi efficace qu’une ombre.

Le soleil était bas mais la luminosité suffisante pour permettre de se repérer sans trop de difficulté. Somme toute, l'obscurité venue, ils s’y seraient assez habitués pour ne pas avoir besoin de torches. Les odeurs enivrantes de la jungle singulière comblaient leurs sens et le contraste avec le fond d'air iodé qui leur parvenait par vague était saisissant. En observant la flore extravagante, Doare songeait qu'il y avait sans doute de quoi faire le bonheur de tout botaniste, et que les esprits devaient avoir accordé leur bénédiction à ces terres perdues pour voir y prospérer tant de vie.

Ils parcoururent les sentiers escarpés jusqu'à atteindre une petite plage dissimulée des regards par un renfoncement rocheux. Le sable humide et les algues en abondance indiquaient qu'à marée haute, l'endroit était submergé. Taryl se retourna alors vers elle, et répondit à son interrogation muette en même temps qu’il la devança.

- Que voulez-vous savoir ?

Planté ainsi sur le sable brun, droit comme un i, les yeux fichés dans les siens avec un sérieux plus profond encore qu'elle ne lui prêtait d'habitude, il dégageait une telle prestance qu'elle en resta muette un court instant. Le bruit des vagues qui, au loin, formaient des rouleaux puissants puis venaient glisser longuement sur le sable combla le silence.

- Pourquoi sommes-nous ici ? demanda-t-elle enfin.

Il maintint son regard sans mot dire, semblant réfléchir. Il lâcha ensuite un soupir et se passa une main dans les cheveux, regardant brièvement autour de lui. Avisant le renfoncement, il lui fit signe de le suivre et dégrafa sa cape tout en marchant. D’un geste ample, il l’étendit sur le sable, près de la paroi érodée, et s’assit. Comprenant l’invitation, Doare le rejoignit. Alors, à l’abri des regards, sur le ton des secrets qui ne devraient être dévoilés, Taryl débuta son récit.

- Comme vous le savez déjà, ce n’est pas ma première mission ici. La dernière fois que j’ai foulé cette île, j’étais Luren, riche marchand plein d’ambition et passionné. Je m’intéressais tout particulièrement aux denrées rares, quelle que soit leur nature, et ayant eu vent des enchères privées de la Galante, j’avais consacré le plus clair de mon temps à améliorer ma réputation pour espérer me faire remarquer du grand maître. Je traversai les mers et continents, bravai les jungles les plus inhospitalières, négociai avec les plus avides marchands, tout cela dans l’espérance d’arriver à capter son attention. Un travail de longue haleine qui me prit plus d’un cycle, mais en valut la chandelle.

« Voyez-vous, la Galante n’offre pas ses trésors à n’importe qui. Plusieurs degrés d’échanges se font en son sein, et les acheteurs doivent remplir certains critères pour avoir accès à tel ou tel niveau. Suivant votre réputation, la qualité et la fréquence de vos transactions, vous n’aurez pas accès aux mêmes marchandises. Les marchés pour lesquelles l’île est fameuse ne représentent qu’une infime partie des richesses qu’elle abrite. Pour espérer y jeter ne serait-ce un coup d’œil, il faut grimper les échelons et le mériter. Le trésor que convoite Kleftis est loin d’être ordinaire, vous vous en douterez ; le localiser est quasi impossible sans passer par ces préliminaires. L’île est un véritable labyrinthe dont nous ne connaissons pas même le quart, et le maître des lieux sait cacher ses richesses. Il me fallut plus d’un an, donc, pour attirer enfin l’attention de ce féroce négociateur et entrer dans son cercle privé. C’est là que j’ai réussi à localiser la cible.


Les révélations seront pour la prochaine fois...

Edit moi: +50UEM





art © dark-spider

Songez à encourager vos voisins RPeurs, ça fait toujours plaisir. ♪
avatar
Kestrel
Coordinatrice
Coordinatrice

IRL
Féminin Age : 29
Messages : 3310
Dans le RP
PAA : Doare
Peuple : Expatrié(e)
Métier : Voleuse
Situation : cherche quelque chose

UE : 1410
UEM : 200

Compétences :
Art Netra:
- M. des Éléments
> Poussières [3]

- M. des Esprits
> Perceptions [2]

- M. des Distorsions
> Possibles [1]
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t100-presentation-doare-siellan http://thelastairbender.forumactif.com/t359-ville-rpm-l-ile-au-tresor http://naravel.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ville] [RPM] L'île au trésor

Message par Kestrel le 29/2/2012, 23:25

[Quelques temps plus tard, à l'entrée de la Place de Six, centre du quartier noble, au sommet de l'île.]

L'homme émit un soupir. Son compagnon le réprimanda sèchement.

- Arrête de souffler ou je t'en fous une.
- J'en ai assez de rester planter là. À quoi ça sert ? Y'a rien à garder...
- Tu sais parfaitement ce qu'on fait là, alors arrête de me casser les couilles. Si tu ne veux pas rentrer auprès de ta bonne femme avec un œil en moins, ferme-la.

Le garde se tut, peu désireux de faire les frais de l'agacement de son équipier. Il dansa légèrement sur ses pieds, prenant appui sur la longue lance imposée par le poste. Fin lanceur de couteaux, il n'appréciait guère ce genre d'arme, qu'il trouvait lourde et peu maniable - il avait d'ailleurs refusé de prendre son office sans ses lames -, mais il devait avouer qu'elle pouvait avoir son utilité dans des situations d'ennui mortel comme celle-ci.

La place des Six était déserte, malgré un soleil au zénith qui tapait méchamment sur son crâne nu. Il regretta de ne pas avoir écouté son épouse en quittant le domicile conjugal, sous prétexte que le bonnet dont elle avait souhaité l'affubler était inutile et, par-dessus tout, ridicule. A présent il n'avait qu'une envie, c'était de plonger la tête sous l'eau de la fontaine qu'il entendait chanter allègrement dans son dos. D'ailleurs, elle devait sans doute bien être la seule à démontrer ne serait-ce qu'une once d'entrain dans toute l'île, vu la situation.

- Heh, dis, il ne faudrait pas plutôt garder le port ? Ce serait plus logique si...

A la façon dont ses mâchoires se contractèrent, son compagnon fit un effort évident pour ne pas, au mieux, lui cracher à la figure, et conserva un regard fixe en lui répondant.

- Le patron a décidé qu'il était préférable de ne pas affoler les clients pendant le marché. Et ce n'est pas à toi de décider ce qui est "logique" ou pas.

- D'accord, mais...

Il s'interrompit au regard proprement meurtrier qu'il lui adressa, et fut plus que soulagé d'apercevoir un groupe de personnes approcher leur direction.

Il s'agissait d'un chariot tiré par une mule flanqué d'un homme et d'une jeune femme. S'il ne reconnut pas tout de suite Dari, l'intendant de la résidence, il fut immédiatement subjugué par la beauté de la créature qui l'accompagnait. Il ne lui donnait pas vingt ans. Il se redressa perceptiblement et leva le menton d'un air digne, s'attirant un coup d’œil écœuré de son compagnon qui, de toute évidence, ne supportait plus sa compagnie. Ce dernier héla le chargement avec mauvaise humeur, décidé à leur faire comprendre qu'ils n'étaient pas les bienvenus.

- Ola ! On ne passe pas sans autorisation, déclara-t-il d'un ton bourru.
- J'apporte le ravitaillement, comme chaque semaine, répondit Dari, un jeune homme au teint hâlé et au sourire indéfectible. Les cuisines ont dû vous prévenir.

L'homme émit un grognement, puis désigna la jeune fille du menton.

- Et elle ?
- C'est Nepti, la nièce du cuisto, sa nouvelle apprentie.

Il jaugea la jeune fille d'un air suspicieux, mais ne trouva rien à redire. Après tout, ils avaient été prévenus de son arrivée prochaine, bien qu'on ne leur eut pas donné de date précise.

- Tu viens de l'archipel, c'est bien ça ?
- Oui, monsieur. D'Hélior, répondit-elle en baissant les yeux. Le navire a amarré ce matin.

Il hocha la tête, satisfait. Après un coup d’œil à son imbécile de coéquipier, il lui ficha une tape et lui montra le chariot.

- Va donc vérifier le chargement.

Le concerné sortit de sa torpeur et s'empressa de s'exécuter, le dos droit, essayant de faire preuve d'autant de professionnalisme qu'il en était capable. Il sentait le regard curieux de la demoiselle vagabonder sur lui tandis qu'il vérifiait les marchandises. Il leva les yeux une fois et croisa les siens, provoquant chez elle un rougissement furieux qu'elle eut peine à dissimuler. Il la trouva adorable. Un raclement de gorge le fit sursauter et il déclara précipitamment :

- Tout est bon.
- Vous pouvez y aller, conclut l'autre.

Le chariot passa cahin-caha, et puis disparut au-delà du portail ouvragé de la demeure Firka. Lorsqu'il eut repris sa place, son compagnon lui infligea une baffe qui aurait manqué de faire valser son couvre-chef, s'il avait eu la présence d'esprit d'en prendre un au matin. La nuque aussi cuisante que son crâne rougi par le soleil, il retint un énième soupir.


Suite dans pas trop longtemps normalement. Peut-être même cette nuit. Smile

Edit moa: survie février ok





art © dark-spider

Songez à encourager vos voisins RPeurs, ça fait toujours plaisir. ♪
avatar
Kestrel
Coordinatrice
Coordinatrice

IRL
Féminin Age : 29
Messages : 3310
Dans le RP
PAA : Doare
Peuple : Expatrié(e)
Métier : Voleuse
Situation : cherche quelque chose

UE : 1410
UEM : 200

Compétences :
Art Netra:
- M. des Éléments
> Poussières [3]

- M. des Esprits
> Perceptions [2]

- M. des Distorsions
> Possibles [1]
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t100-presentation-doare-siellan http://thelastairbender.forumactif.com/t359-ville-rpm-l-ile-au-tresor http://naravel.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ville] [RPM] L'île au trésor

Message par Kestrel le 30/3/2012, 23:03

[Peu de temps après, dans la demeure Firka.]

La bonne la guida à travers les quartiers des domestiques jusqu'à une chambrette minuscule, située juste au-dessus des cuisines. S'il y avait pas eu un lit, elle aurait sans doute pu la confondre à un placard. Au vu des divers objets empilés dans un coin dans la pièce, il n'était pas impossible que cela fut sa fonction première. Quelques minutes à peine qu'elle se sentait déjà claustrophobe. L'air saturé par les odeurs de graillon n'était pas non plus d'une grande aide. Elle fronça le nez.

- Ce n'est pas bien grand, mais au moins tu as une fenêtre et ce n'est pas le cas de tout le monde, fit remarquer la vieille femme. On n'a rien de mieux pour toi pour l'instant, mais dans quelques jours peut-être tu pourras prendre la place du petit Milo.

- Milo ? demanda-t-elle distraitement en inspectant le hublot qui faisait office de fenêtre.

Scellé, il était malheureusement impossible à ouvrir. Derrière le verre épais et sale, l'obscurité du sous-bois empêchait également de voir quoi que ce soit et oblitérait en partie la lumière du soleil, laissant la pièce dans une pénombre quasi constante. Elle réussit toutefois à déduire qu'il devait s'agir du côté mer.

- Le fils d'une des servantes. Viens, je vais te faire faire un tour de la maison. Tu n'auras pas besoin d'aller très loin mais c'est toujours utile. Tout le monde fait un peu de tout ici...

Les deux femmes quittèrent la chambre et retournèrent sur leurs pas, rejoignant les cuisines puis traversant le large hall du manoir. Tout en marchant, sa guide poursuivit :

- Le pauvre petit ne parle plus depuis son accident. Sa mère a beau y faire... et elle s'y connaît, c'est une guérisseuse ! Elle s'occupe souvent de moi et de mes problèmes de hanche... enfin voilà, il est devenu muet comme une carpe. Lui qui était si vif, si charmant ! Non, pas par là, s'interrompit-elle. C'est interdit.

- Qu'y a-t-il par là ? s'enquit Doare.

- Cette aile est réservée aux affaires de monsieur et de ses clients. L'accès y est très restreint. Tu n'y mettras probablement jamais les pieds. Par là en revanche tu trouves un accès à la buanderie...

La porte d'accès à l'aile était entrebâillée et elle put voir deux hommes discuter à voix basse. L'un d'eux, de forte carrure et à la barbe soigneusement taillée, portait un bandeau couvrant son œil droit. Soudain, il sembla la remarquer et commença à marcher vers la porte. Elle s'empressa de suivre la bonne qui était déjà passée dans la pièce suivante. A peine l'eut-elle rejointe qu'elle entendit la porte de l'aile se fermer nettement dans le couloir. La brève montée d'adrénaline lui avait donné le souffle court. Avant d'attirer l'attention de sa guide, elle la relança sur la mésaventure de l'enfant.

- Et qu'est-il arrivé au petit Milo ?

- Ah ! Oui. Oooh, un accident terrible, terrible... Il aidait exceptionnellement sur un chantier dans les quartiers inférieurs. On nous l'a ramené complètement tétanisé, le visage brûlé ! Maintenant il ne voit plus, ne parle plus, et sa mère se fait un sang d'encre. Elle avait refusé de le laisser y aller au départ, comme elle s'en veut aujourd'hui ! Maintenant elle s'est mise en tête de l'emmener au sud pour l'y faire soigner. Ils devaient partir avant-hier, d'ailleurs, mais le navire a été retardé. C'est pour ça que tu te retrouves dans ce cagibi, mais ça n'est que temporaire...

- Retardé ? Pourquoi ? s'étonna la jeune femme.

- A cause de la menace pirate, bien sûr. Tu n'es pas au courant ?


Un succès pour déterminer le début de l'attaque.
Cycle impur équivaudra à 1 succès.

Edit: survie mars ok


Dernière édition par Kestrel le 1/4/2012, 01:34, édité 2 fois





art © dark-spider

Songez à encourager vos voisins RPeurs, ça fait toujours plaisir. ♪
avatar
Kestrel
Coordinatrice
Coordinatrice

IRL
Féminin Age : 29
Messages : 3310
Dans le RP
PAA : Doare
Peuple : Expatrié(e)
Métier : Voleuse
Situation : cherche quelque chose

UE : 1410
UEM : 200

Compétences :
Art Netra:
- M. des Éléments
> Poussières [3]

- M. des Esprits
> Perceptions [2]

- M. des Distorsions
> Possibles [1]
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t100-presentation-doare-siellan http://thelastairbender.forumactif.com/t359-ville-rpm-l-ile-au-tresor http://naravel.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ville] [RPM] L'île au trésor

Message par Cerbère le 30/3/2012, 23:03

Le membre 'Kestrel' a effectué l'action suivante : Jouer

'Chi Do' :


Ce compte est géré par les coordinateurs du forum. Ne pas envoyer de MP.
Adressez vos demandes aux administrateurs/modérateurs en fonction.
avatar
Cerbère
Yang Tao Chi
Yang Tao Chi

IRL
Masculin Age : 28
Messages : 280
Dans le RP
Situation : voyage

UE : 200
UEM : 0

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ville] [RPM] L'île au trésor

Message par Kestrel le 6/5/2012, 18:40

La chope en terre cuite claqua sèchement sur le comptoir, expulsant une giclée mousseuse qui nourrit le bois au vernis écaillé. L'homme n'en tint pas rigueur et remercia le tavernier en faisant tinter quelques pirales, lesquelles se virent prestement empochées. S'enfilant une rasade du breuvage pimenté, Taryl s'accouda au zinc et observa distraitement le reste de l'établissement.

Quelques marins un brin éméchés poussaient gaiement la chansonnette, chope à la main et vers égrillards aux lèvres. Ils étaient concurrencés en volume sonore par les parieurs d'un concours de bras de fer qui opposait un grand gaillard au crâne chauve et à la moustache rousse à une masse de muscles imberbe entièrement tatouée. Le premier n'avait essuyé aucune défaite jusqu'à présent et les paris allaient bon train. On reconnaissait de précédents adversaires à leurs mines déconfites et leurs grimaces douloureuses, le bras et l'honneur meurtris. De jolies filles s'occupaient d'aguicher les plus joyeux, voire d'en conduire à l'étage où l'on procurait d'autres services que la boisson. Derrière son comptoir, le tavernier essuyait des verres en surveillant la clientèle d'un œil exercé. Rien de bien surprenant, en somme.

Pourtant, il y avait quelque chose dans l'atmosphère qui le gênait, sans qu'il pût mettre le doigt dessus. Comme si tout était forcé, trop fort ou trop franc pour être naturel. C'est là-dessus qu'il se vit sortir de ses pensées, une main s'abattant lourdement sur son épaule. Il reconnut les yeux rieurs et le sourire édenté de son propriétaire.

- Taryl, ici, sur la Galante ! s'exclama-t-il avec ravissement en le gratifiant d'une étreinte fraternelle.

- Amir, vieille branche. Je suis heureux de te voir, lui répondit-il en souriant.

- Si je m'attendais... je ne pensais pas te revoir avant plusieurs lunes. Je croyais que le chef t'avait rappelé à Nimong ?

- C'est le cas. Il est allé me confier une recrue à faire les dents.

- Ah, la vieille canaille. Rien de tel que du sang neuf pour pimenter ses journées, hein ? Et alors, prometteur, ton élève ?

- Trop tôt pour le dire. Elle a quelques bons réflexes, mais aussi pas mal de mauvaises habitudes. Je suis quand même assez confiant.

- Oh, une fille. C'est plein de potentiel, ça. Et pourquoi passer par la Galante ?

- Finir ce que j'ai commencé. Le chef a trouvé l'occasion idéale pour la tester. Le boulot est pas mal pré-mâché, j'ai juste noirci un peu les faits et ajouter un minimum de pression. Trois jours, seule, pour réunir les infos, préparer son coup, passer à l'acte. Bien sûr, elle ne risque rien, mais elle n'est pas obligée de le savoir, ajouta-t-il avec un sourire malicieux, avant de vider sa chope d'une traite et de redemander la même chose.

Le visage jovial d'Amir s'était progressivement assombri à mesure qu'il expliquait les raisons de leur présence sur l'île. Il ne le remarqua cependant qu'après avoir été resservi par le tavernier. Amir ignora la boisson qu'on lui versa et se contenta de fixer Taryl avec intensité.

- Tu n'as pas choisi le meilleur moment pour revenir, Taryl.

- Quoi ? Ça interfère avec tes affaires ? On peut touj...

- Non, coupa-t-il gravement, je ne parle pas de ça. Toute l'île est en état d'alerte. On s'attend à une attaque imminente.

Taryl resta figé, incrédule. Dans son esprit, tout devenait soudain plus clair. Les rondes doublées, le nombre de navires dans la baie, les quartiers désertés. Il se traita de sombre imbécile. Derrière eux, des clameurs éclatèrent, de joie comme de désespoir, et un cri vainqueur perça leur vacarme, marquant la fin du duel. Le bruit était assourdissant, doublé d'un vrombissement lent et sourd qui emplissait son crâne et le laissait abruti. Après quelques instants, il se rendit compte que le grondement semblait parvenir de l'extérieur. Le regard d'Amir confirma sa pensée, et ils sortirent tous deux de la taverne.

Le vrombissement s'intensifia nettement. Loin d'être vides, les quais offraient une vue surréaliste. Les bâtiments aux voiles sans vie s'étaient lourdement enfoncés dans la fange sableuse, leur équilibre tenant aux seuls efforts des maîtres de la terre. Aspirée, l'eau formait au loin un gigantesque mur aqueux fermant la baie dans un rugissement torrentiel.

- Des maîtres de l'eau, souffla Amir.

S'il ajouta quelque chose, Taryl ne l'entendit pas. Un éclair transperça l'air dans un craquement sinistre. Le mur parut faiblir par le milieu alors que la figure de proue d'un navire commençait à se distinguer à travers les tourbillons furieux. Ils n'eurent toutefois pas le temps de s'en inquiéter puisque des pirates venus de nulle part envahirent les quais et les prirent à revers, arme au poing.


Taryl, donc, n'a pas fait ses devoirs. Mauvais élève.
Ca va rendre les choses un peu plus difficiles... Pas de chido pour cette fois, mais je vais probablement en lancer régulièrement jusqu'à la fin de cette aventure.

Edit: +50 UEM





art © dark-spider

Songez à encourager vos voisins RPeurs, ça fait toujours plaisir. ♪
avatar
Kestrel
Coordinatrice
Coordinatrice

IRL
Féminin Age : 29
Messages : 3310
Dans le RP
PAA : Doare
Peuple : Expatrié(e)
Métier : Voleuse
Situation : cherche quelque chose

UE : 1410
UEM : 200

Compétences :
Art Netra:
- M. des Éléments
> Poussières [3]

- M. des Esprits
> Perceptions [2]

- M. des Distorsions
> Possibles [1]
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t100-presentation-doare-siellan http://thelastairbender.forumactif.com/t359-ville-rpm-l-ile-au-tresor http://naravel.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ville] [RPM] L'île au trésor

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum