Derniers sujets
» k€k€lAnd PaRaDaïZ
24/7/2017, 22:50 par 

» [Musique] J'écoute...
11/6/2017, 11:21 par 

» Je relance de dix (ans) !
13/10/2016, 14:44 par Dagniir

» [Spoilers] Discu TLO Korra
14/11/2014, 21:39 par Kestrel

» [project] Xmas 2012 gift exchange
2/12/2012, 14:55 par Shu Lien

» [Projet] Fusion avec "Avatar, la leggenda di Aang & Korra"
19/11/2012, 13:07 par Lessie

» Gel du forum
18/11/2012, 15:51 par 

» Défis d'écriture... en musique
14/11/2012, 21:59 par AvatarAang

» BONJOUR
14/11/2012, 13:53 par Kestrel

» Topsites Anonymes
6/11/2012, 19:43 par Kestrel


[RPM]L'assassin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[RPM]L'assassin

Message par Lekshey le 28/2/2011, 22:17

Une rencontre agitée...



Dans ce silence éphémère seul les pas d’un homme résonnaient, cet homme s’était depuis longtemps affranchi des limites imposées au corps humain, ne pensant plus qu’à une seule et unique chose : atteindre la ville suivante. Pour cela, il avait dû à de nombreuses reprises survivre dans des environnements hostiles, loin de tout, il avait marché des jours entiers sans un arbre pour s’abriter des cruels rayons du soleil, franchi des cours d’eau en crue ou encore traversé des forêts aux chemins tortueux. Après tant d’épreuves, une nouvelle se dressait malgré tout devant lui. Ayant fait le plein de vivre dans le dernier village qu'il avait rencontré, il se sentait enfin paré à l’affronter comme il se devait. Le jour se levait à peine quand il atteignit les abords de la fameuse chaîne de montagne, du haut de ces trois milles mètres, elle imposait le respect à tous les téméraires qui souhaitaient la passer. Ajustant une dernière fois son sac à dos, il entama sa marche vers le sommet.

La grimpée fut progressive, les premiers kilomètres se firent sans réelle difficulté, Lekshey avait déjà eu affaire aux sentiers de montagnes cependant ceux-ci ne dépassaient guère les milles mètres d’altitude. Il décida de faire une pause en milieu de journée, il devait avoir effectué le quart du trajet, la température s’était nettement rafraichie ne laissant à Lekshey que peu de temps pour s’y habituer. Regardant brièvement la fourrure qu’il avait apporté, il renonça à l’enfiler dans l'immédiat, il voulait pousser sa résistance à sa limite avant de s’abaisser à de telle extrémité.

Après ces quelques minutes de repos, il se leva, décidé à continuer sa laborieuse ascension. Il était à présent à plus de deux milles mètres d’altitude, le froid hivernal mit fin à son stupide défi et il finit par s’envelopper de la fourrure qu’il gardait dans son sac, il lui était de plus en plus pénible de respirer, l’air semblait se raréfié autour de lui. Il n’était pas préparé à ça et du s’arrêter plus souvent que prévu, ses lèvres complètement gercées et la gorge sèche n’arrangeait guère sa situation. Le soleil était déjà bas dans le ciel quand il atteignit enfin le col. Ne souhaitant pas poursuivre sa route dans l’obscurité, il entreprit de trouver un coin où il pourrait dormir jusqu’à l’aube ou du moins qui le protègerait des rafales de vents. Ne trouvant rien de bien accueillant, il décida de continuer un peu et fini par découvrir en contre bas une petite caravane composée de deux chariots.

Le soulagement le gagna à l’idée d’échapper à une nuit seule dans ces lieux austères. Il adopta un pas de course pour rejoindre le convoie mais ce qu’il vit le paralysa, plusieurs corps gisaient inertes sur le sol gelé, le sang entourant les morts était encore chaud. Il voulu fuir cette vision d’horreur, néanmoins sa volonté l’ordonna de poursuivre, progressant pas à pas se dissimilant tant bien que mal, il glissa la tête pour voir un homme poursuivit par celui qui devait être le tueur. Armé d’un long sabre encore tâché du sang de ses dernières victimes, il était à présent arrivé à la hauteur de sa proie. Serrant les poings, il ne pouvait rien faire pour stopper ce massacre, il allait détourner les yeux quand deux hommes surgirent de nulle part, katana à la main. Le tueur semblait en mauvaise posture face à ses deux nouveaux assaillants se ressemblant trait pour trait, des jumeaux à priori. L’homme étendu au sol en les voyants hurla deux noms.

-Yama, Hama ! Où étiez-vous, bon sang ?

Ces jumeaux étaient immenses, ils avaient une bonne tête de plus que leur agresseur. L’issue du combat paraissait évident tel la différence de gabarit était flagrant pourtant quand les deux hommes chargèrent, celui-ci esquiva leurs attaques avec une aisance déconcertante, il se faufila alors dans le dos de celui de droite et d’un coup rapide le décapita, le frère ne réalisa pas tout de suite ce qui venait de se passer jusqu’à ce que la tête de son frère ne roule à ses pieds.

-Mon frère, tu vas me le payer, ahhhhh !

Dans un élan de rage, il fonça tête baissé sur le coupable qui n’eut qu’à faire un pas de côté pour éviter la charge et le transperça la gorge de sa lame, ce dernier tomba de tout son long sans vie se vidant de son sang. Le combat n’avait duré qu’une fraction de secondes, Lekshey terrorisé par ce qu’il venait de voir recula d’un pas en arrière, erreur fatale car son pied rencontra à son grand malheur une vielle branche qui craqua sous son poids. Alerté par le bruit, le regard du tueur rencontra le sien, se bref échange le glaça, ses yeux ne contenait ni compassion ni pitié.

Il ne pouvait lutter contre un tel monstre, l’homme accourait déjà vers lui, prêt à l’abattre. Sa main se porta instinctivement sur sa canne, seul arme à sa disposition. Il n’était plus qu’à quelques pas de lui, Tornado à la main, il envoya l’hameçon qui s’enroula autour du cou de l’assassin, surpris il coupa le fil avant que Lekshey n’eut le temps de réagir le privant ainsi de sa seule chance d’offensive. Il pouvait déjà sentir le tranchant de sa lame sur sa gorge, il recula de peur. Un sourire se dessina sur le visage de l’homme, au même moment Lekshey sentit le sol se dérober sous ses pieds avant que la lame n’entame sa chair.

Il ne comprit pas tout de suite toutefois cette chute salutaire fit perdre l’équilibre à l’attaquant qui ne put arrêter son sabre. C’était une occasion en or, il prit sa canne à deux mains pour assainir l’ultime attaque mais une roulade de l’adversaire suffit à rendre cette vaine tentative caduque et sa canne se brisa en mille morceaux au contact d’un rocher, son Tornado n'était plus.
Ce bref instant de domination s’effondra ne laissant qu’un immense vide, où le désespoir s’y engouffra aussitôt, acculé au bord de la falaise il avait tout donné malgré cela son heure était venu, l’homme avait complètement reprit ses esprits et lui adressa contre toute attente la parole.

-Pas mal petit, mais tes exploits s’arrêtent là !

Finissant sa phrase par un rire démoniaque, il fit un pas vers lui puis leva son sabre. Lekshey se sentant défaillir ferma les yeux, il n’avait pas imaginé pareil fin malgré tout mourir de la main d’un habile assassin n’était peut être pas si mal.

Les secondes passèrent sans qu’aucuns coups ne viennent l’achever, il entrouvrit alors les yeux pour voir l’homme se raidir brièvement puis tomber la tête la première dans le ravin. Que s’était-il passé ? Il n’en avait pas la moindre idée néanmoins il était vivant et pour le moment c’était ce qui importait le plus. Alors qu’il y croyait à peine, celui qui était avec les jumeaux le rejoignit en courant.

-Vous m’avez sauvé la vie, merci infiniment !

La joie et le soulagement transparaissez à chacun de ses mots.

-Merci, mais…

-Prenez ceci, en récompenses.

Le vieille homme lui tendit une bourse pleine, Lekshey eu toute les peines du monde à refuser les présent de l’homme et fini par acceptait la moitié de l’argent que contenait celle-ci. Lekshey avait un peu récupéré de cette épreuve imprévue et voulu en savoir plus sur le pourquoi de l’attaque.

-Je m’appelle Sung Shô, à la base j’étais un marchand mais des évènements inattendus m'a plongé dans cette situation désespéré, pour le reste je vous l’expliquerais en route mais nous devons vite partir d’ici.
-Pourquoi donc, il y’en à d’autre à votre poursuite ?
-Oui et j’ai besoin de vous. Je vous en prie vous devait me protéger, je vous paierais, je dois absolument rejoindre la prochaine ville pour me mettre à l’abri.

Devant le ton suppliant de Sung, Lekshey ne put refuser.

-D’accord, mais ne vous attendez pas à un deuxième miracle.
-Encore merci monsieur, euh...
-Leshey Ashan mais Lekshey suffira.

Les présentations terminées, le duo repris la route, Lekshey n’avait pas encore conscience du bourbier dans lequel il s’était enfoncé et il n’arrivait toujours pas expliquer la mort de cet assassin, qui avait bien pu le sauver ? Dans la nuit étoilée, le chariot conduit pas Sung progressait lentement sur des sentiers tout juste éclairé par le clair de lune. Lekshey versa une petite larme en souvenir de sa canne à pêche, "Tornado", qui l’avait accompagné durant tout ce temps, il avait perdu une compagne de voyage et son bien le plus précieux dans cette bataille.






Edit jerome : RPM du moi de fevrier ok


Dernière édition par Lekshey le 26/6/2011, 17:49, édité 5 fois
avatar
Lekshey
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Masculin Age : 28
Messages : 26
Je suis : ???
Dans le RP
PAA : Lekshey
Peuple : Feu
Métier : Pêcheur
Situation : voyage

UE : 0
Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t111-presentation-lekshey

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RPM]L'assassin

Message par Lekshey le 31/3/2011, 23:50

Fugitifs à jamais...



A moitié assoupi, mes pensées virevoltaient tout autour de mon être, je me sentais vide et fatigué, rongé par le remord. Le monde n’était pas aussi clément que je l’avais espéré. Le combat ne m’avait pas privé de ma vie mais le prix à payer fut démesuré.
Comment cela avait-il pu se terminer ainsi ? Elle qui m’avait accompagné depuis mon enfance, elle qui avait toujours été à mes côtés et ce même dans les pires instants de ma vie, ne demandant jamais rien en échange. Je n’avais jamais envisagé ma vie sans elle, tendre compagne, je m’étais de nombreuses fois confié à elle, elle avait su me réconforter quand la faim me taraudait.
Cruelle destiné qu’avait été la sienne, pourquoi avait elle dû périr de mes mains ? Elle ne méritait pas pareil fin. Fautif, je le suis. Je sens encore sa vie me filer entre mes doigts, s’éparpillant en des millions de morceaux sur ce sol froid, dans un dernier râle de douleur avant de disparaitre pour l’éternité.
Ô amie, je ne t’oublierais pas et tu resteras à jamais dans mon cœur.



______________________________________________________________

Encore qu’un point sur un horizon grignoté par la cime des arbres, la ville paraissait encore bien loin pour nos malchanceux voyageurs. Le chariot roulait avec grand peine sur ce sentier jonché de branche et autres débris en tout genre. Ils n’avaient pas encore aperçu d’autres menaces mais Sung ne cessait de scruter les alentours à l’affût du moindre bruit ou mouvement suspect. Lekshey lui n’avait pas trouvé le sommeil réparateur qu’il escomptait, hanté par les images de la mort encore récente de Tornado. Ce mal être que ressentait Lekshey, interpella Sung qui voulu s’assurer que tout allait bien.

-Lekshey ! Vous n'avez pas l'air dans votre assiette ?

Lekshey ne sut quoi répondre, il était dévasté mais ne voulait pas inquiéter Sung.

-Ne vous inquiétez pas, ça va très bien.
-Tant mieux, nous approchons de la ville.

La pente s’était peu à peu adouci, ils avaient finalement quittés ses maudites montagnes pour rejoindre une forêt de pin. La route ne cessait de défiler sous les yeux gonflés de Lekshey, les mains tremblantes il n’arrêtait pas de marmonner des mots aux sens obscurs.

-Vous êtes sûr que ça va aller ?

Lekshey tourna la tête vers son compagnon de route avant de lui murmurer quelques mots.

-Tornado est morte par ma faute !

Il se remit à sangloter de plus belle, resserrant son emprise sur ce qu’il restait de sa canne à pêche.

-Vous devez vous ressaisir mon vieux, nous y sommes presque !

Sung était loin de se douter de la raison du chagrin de son compagnon de route, ils étaient vivants et avaient pour l’instant échappé aux éventuels poursuivants.

-Vous ne pouvez comprendre ! s’écria subitement Lekshey.

Sung sursauta devant ce brusque changement de ton. C’est alors qu’il remarqua le morceau de bambou dans les mains de Lekshey, peut être un objet appartenant à quelqu’un qui lui était cher.

-TORNADO !!!

Séchant ses larmes, il emballa soigneusement son bien le plus précieux avant de le mettre dans sa poche. Sung n’était pas sûr d’avoir tout compris mais son « sauveur » semblait tenir énormément à ce bout de bambou. Il ne savait plus quoi penser de cet homme, son esprit était partagé entre la crainte et la pitié.

Les deux compères progressaient désormais dans un environnement peu accueillant, la forêt projetait son ombre menaçante désormais sur le frêle convoi. Les battements de son cœur étaient de nouveau réguliers, sa peine s’en était allée et avait cédé la place au profond désarroi, Sung aurait préféré une compagnie un peu plus agréable.

Dans cette nuit privée l’instant d’un nuage de lune, une rencontre allait de nouveau perturber le cours de leurs fragiles existences. N’y voyant pas à plus d’un mètre devant eux, Sung avait décidé de ralentir afin d’éviter tout accident, les chevaux marchant au pas progressait laborieusement. L’obscurité quasi-totale mêlée aux bruits de la forêt amplifiait l’inquiétude de Sung.

Non loin de là un homme se tenait au milieu du chemin de terre, les yeux clos, il attendait…une attente ponctuée de mystère même pour lui qui n’avait reçu qu’un seul et unique ordre : Tuer !

Le chariot continuait d’avancer, Sung les mains moites accrochait fermement les rênes, rongé par la peur de voir sa vie prendre fin à tout instant. A ses côtés, Lekshey lui ne se souciait plus du monde extérieur, il n’était plus qu’un corps sans âme dans ses ténèbres éphémères. La lune, elle, toujours cachée derrière les nuages ne semblait pas disposée à refaire surface de si tôt.

Les trois hommes seraient bientôt chacun face à leur destin, l’un tiraillé par ses peurs, l’autre écrasé par le désespoir et enfin le dernier effrayé par sa tâche qu’il aurait à accomplir par cette nuit de pleine lune.

Le duo n’allait pas tarder à rencontrer l’inconnu, Sung fut celui qui distingua le premier sa frêle silhouette à quelques mètres de là. La visibilité ne permettant pas à celui-ci de saisir les intentions de cette ombre, il ne voulut prendre aucun risque et pris le parti de forcer le passage. D’un claquement de fouet, il ordonna aux chevaux d’accélérer.

Étrangement, l’ombre ne bougea pas d’un pouce, se contentant de poser la main sur ce qui paraissait être la poignée d’un katana. Lancé à toute allure rien n’aurait pu arrêter ce véhicule mais pourtant en un bref éclair celui-ci fut stoppé net, les chevaux s’effondrèrent misérablement pendant que Lekshey et Sung furent projetés brutalement au sol.

Lekshey qui était depuis le début perdu au plus profond de ses pensées ne comprit pas ce qui venait de se passer. Il avait mal et se releva non sans peine, prenant peu à peu conscience de son entourage, son regard rencontra celui de Sung lui aussi apparemment bien amoché.

-Que nous est-il arrivé ? s’écria un Lekshey encore confus.
-Un nou…nouvel assassin !

Lekshey ayant récupéré ses sens vit enfin l’homme toujours partiellement dissimulé. Il ne se sentait pas le cœur à se battre, en revanche la mort ne lui convenait pas non plus. Il marcha en direction de l’inconnu. Dans un tourbillon de poussière, Lekshey se rapprochait du guerrier silencieux, chaque pas le rapprochait un peu plus de ce tueur sanguinaire. Dans un bref moment de lucidité, il se rendit compte qu’il n’était même pas armé pourtant ce n’était pas la crainte qu’on pouvait discerner sur son visage, mais le sourire d’un homme n'ayant plus rien à perdre. Un face à face, dans ces circonstances n’était pas envisageable, Sung tenta en vain de raisonner Lekshey pour qu’il revienne enfin à la raison.

La main droite posée sur la poignée de son katana, il n’avait plus qu’à attendre que sa victime soit à sa portée. Ce combat défiant toute logique ne pouvait se terminer que sur la mort de Lekshey. Il se savait perdu pourtant il se rapprochait de cette ombre. La lune perça de nouveau les nuages pour éclairer brièvement celui du samouraï révélant ainsi son visage, ses yeux vert olive n’était pas ceux d’un assassin, il était relativement jeune.
D’un geste lent et gracieux, il dégaina son sabre et le tint à deux mains adoptant une posture de combat. Lekshey était assez proche et d’un coup de pied, il envoya un nuage de poussière avant de se jeter sur son lui.
Cette attaque n’avait nullement affecté son adversaire qui s’était protégé assez vite, il souleva son sabre au dessus de sa tête et attendit quelques secondes avant de l’abattre sur l’intrépide Lekshey qui s’écroula aussitôt. La blessure n’était pas assez profonde pour être mortelle cependant il ressentit une terrible douleur au niveau de l’abdomen.

Il ne pouvait pas, pas encore. Il entreprit de se relever, d’abord un pied puis pris appui sur son genou, il y était presque malheureusement son ennemi choisit ce moment pour lancer une seconde offensive. Le coup de pommeau le souleva à plus de deux centimètres du sol.

Face contre terre, pataugeant dans son propre sang, il faisait peine à voir seul son regard continuait de porter cette flamme qui ne s’éteindrait qu’à sa mort. Il tenta de nouveau de se mettre sur pied, pour cela il du faire appel à toute la force qu’il lui restait. Dans un dernier élan de courage, il était de nouveau debout, la souffrance qu’il éprouvait à chacun de ses pas l’empêchait de réfléchir. Dans ce combat inégal, Sung n’était que spectateur, ne pouvant rien pour son nouvel ami.

Étrangement, l’assassin n’avait toujours pas éliminé Lekshey, quelle raison derrière cette apparente compassion ? Avait-il pitié de lui ? Il ne devait certainement pas s’attendre à ce genre d’assaut au-delà de tout entendement. Avançant malgré les blessures, Lekshey n’était plus qu’un jouet aux mains du samouraï. Le sourire dérangeant de celui-ci avait de quoi déstabiliser, son corps couvert de blessures n’arrivait pas à atténuer le malaise de cette joie malsaine. Sung ne pouvait plus regarder ce spectacle affligeant, il ne vit pas le guerrier reculer face aux suicidaires assauts de Lekshey. Repensant une dernière fois à Tornado, il poussa un hurlement de rage avant de se lancer à corps perdu dans ce qui devait être sa dernière attaque, fatigué par cette détermination sans borne l’homme rengaina son sabre.

-Je ne peux continuer !


Et disparu avant que Lekshey ne puisse l’atteindre, ne pouvant arrêter sa folle course il trébucha lamentablement pour chuter lourdement au sol. Sung accouru aussitôt vers Lekshey.

-Vous pouvez vous relevez ! Nous devons partir !

Aidant le blessé à se relever, il l’accompagna jusqu’au chariot et après quelques efforts, ils étaient prêt à repartir.




Edit Yuke: survie mars validée.
avatar
Lekshey
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Masculin Age : 28
Messages : 26
Je suis : ???
Dans le RP
PAA : Lekshey
Peuple : Feu
Métier : Pêcheur
Situation : voyage

UE : 0
Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t111-presentation-lekshey

Revenir en haut Aller en bas

Fumetsu l'indestructible

Message par Lekshey le 30/4/2011, 21:54

Fumetsu l'indestructible


Kaito Sawara, un homme condamné à l’errance depuis de longues années, fuyait des êtres que même les ténèbres craignaient. Ses monstres de l’ombre l’avaient depuis longtemps privés de tout ceux à quoi il tenait, que ce soit sa famille ou ses amis. Marchant, les yeux levés au ciel, il admirait cette magnifique lune argentée en suspension dans ce ciel étoilé. Il n’avait pas pu tuer cet homme désarmé, il aurait été si simple à abattre, si vulnérable et pourtant une voix dans son cœur l’en avait empêché. Il n’aurait jamais pensé qu’il pouvait encore ressentir ce genre de pitié, cette répugnance à ôter la vie. Par cet acte de clémence, il s’était de nouveau contraint à cette vie de solitude. Un sempiternel détour pour ce qui devait être qu’un simple contrat.


Non loin de là, la petite caravane caracolait à toute vitesse en direction de la ville. Lekshey était plongé dans un semi-coma depuis plus d’une heure, ses blessures n’avaient pas cessés de saigner, Sung malgré toutes ses tentatives n’avait pas réussi à colmater complètement ses multiples blessures. Lekshey n’avait rien pu faire, tout juste épargné, il devait sa vie au bon vouloir d’un samurai anonyme. Les deux hommes arrivaient enfin au bout de cette traversée pour le moins tumultueuse. Le mur d’enceinte ainsi que l’immense porte de bois était désormais visible, Sung ne put retenir des larmes de joie et de soulagement. Lekshey lui revenait peu à peu à lui mais la douleur toujours présente l’empêcher de bouger le moindre muscles.

La nuit était bien avancée et la caravane se retrouva devant des portes déjà closes forte heureusement il ne fallut pas bien longtemps avant qu’un garde vienne à leur rencontre. L’homme portait une armure complète faite de bambou entrelacé sur des plaques de bois le tout consolidées par du métal, il était armé de deux katanas, un de chaque côté et portait un casque rond en fer.

«Holà voyageur ! Que faite vous si tard sur les routes ?»

Sung qui avait déjà voyagé dans de nombreuses villes savait qu’il suffisait de montrer patte blanche.

-Nous sommes de simple marchand et nous avons été attaqués par des bandits.

Le garde jeta un rapide coup d’œil aux quelques marchandises du chariot ainsi qu'à Lekshey et d’un bref signe de la tête les prièrent d’avancer, il leva le bras et aussitôt la lourde porte de chêne s’ouvrit.

Maintenant qu’ils étaient à l'intérieur le plus important était de trouver une auberge pour la nuit ainsi qu'un guérisseur. Sung décida de passer leur première nuit dans une auberge assez sobre, « le dormeur paisible ». L’aubergiste apercevant le blessé envoya un de ses employés cherché le guérisseur le plus proche. Il n'était pas rare que les voyageurs arrivent amochés dans cette région.

Une heure plus tard les blessures de Lekshey étaient pansées. Une fois couché, une question demeurait pour Lekshey sans réponse : dans quoi s’était-il embarqué ? Il n’était pas un guerrier, loin de là et n’espérait pas le devenir. Sung était un homme fort sympathique mais pour autant devait-il risquer sa vie pour lui. La mort l’avait épargné cette fois-ci encore mais elle finirait bien par le prendre s’il continuait ainsi.
La journée passa sans que Lekshey ne bouge du lit, trop mal en point pour envisageait de se lever. Ce n'est qu’à la nuit tombée qu'il put rejoindre le salon de l’auberge, le temps des explications étaient venus devant le feu de la petite cheminée. Sung l’air grave commença son récit.

« Je t’épargnerais l’histoire de ma vie et je te raconterais l’essentiel qui est ma rencontre avec Wu Sato. Cet homme est venu un jour me voir pour un simple partenariat commercial entre moi et lui, ce que j'ignorais à ce moment là était que cette accord me condamnerait à travailler dans une totale illégalité. Il me fournissait ses marchandises que je devait ensuite vendre sur le marché. Des mois passèrent avant que je me rends compte de la supercherie mais il était trop tard derrière ce Wu Sato se cachait une puissante organisation criminelle, le Baioretto. Conscient du danger que cela représentait pour ma famille, je pris alors la décision de trouver un moyen de me sortir de cette situation pour le moins périlleuse et dénoncer leur méfait aux autorités de la ville. Cependant ils se rendirent compte de mon intention assez rapidement m’obligeant à fuir le plus loin possible »


-Ainsi, c’est ce groupe "Baioretto" qui nous a envoyé ces assassins ?
-Oui, je suis sincèrement désolé de vous avoir entraîné là dedans.
-Hum, je vois !

Lekshey ne savait pas ce que réserverait son avenir mais il s'annonçait bien sombre. Sung se leva et se rapprocha du feu et tourna la tête vers Lekshey avant de reprendre la parole.

-Je dois absolument les arrêter, l’avenir de ma famille en dépend.

Déterminé à se sortir de ce bourbier, Sung fixait le feu d’un regard qui en disait long sur son état d’esprit actuel, celui d’un homme prêt à tout pour protéger les êtres qui lui était cher.

-Votre famille ?

Sung n’avait jusqu’alors fait aucune mention d’un quelconque parent ou proche.

-C’est vrai, je ne vous ai pas dit ! Ma femme et mes deux enfants sont à l’abri dans ma ville natale cependant je crains que leur sécurité ne soit bientôt menacée.
-Je vois.

Il ne pouvait plus abandonner Sung, l'avenir de sa famille en dépendait. Pour le moment, ils devaient à présent penser à récupérer un peu et mirent un terme à leur discussion pour chacun rejoindre leurs chambres respectives.

Le matin fut difficile pour notre pêcheur, le sommeil n’avait atténué en rien sa douleur d’hier et ce fut avec un râle de douleur qu’il se mit debout. Le marchand était lui déjà installé sirotant sa tasse de thé tout en mangeant une galette de maïs.

-Bonjour, comment allez-vous mon cher Lekshey ?

A cette question, il n'y avait qu'une seul réponse possible, il n’avait jamais tant souffert de sa vie et sa chair avait été lacérée à de multiple reprise.

-Pas très fort !

Il prit place et lui aussi commanda ces fameuses galettes de maïs qui d’après Sung étaient délicieuses. Affamé, il s’apprêtait à entamer la galette quand une étrange sensation le contraint à se retourner précipitamment ce qui fit sursauter le pauvre Sung.

-Que se passe-t-il ? murmura Sung apeuré.
-J’ai senti comme un regard sur moi.
-Vous m’avez fait peur, j’ai cru qu’il nous avait déjà retrouvés.

N’apercevant personne, il mit ça sur le compte de la fatigue accumulée ces derniers jours. Le repas terminé, ils devaient décider de la manière dont ils devraient passer ses prochains jours. Après réflexion, le choix fut de rester une semaine à se renseigner en ville et voir si personne de suspect ne se montre dans cet intervalle. Ce petit déjeuné terminé, Lekshey avait hâte de partir découvrir cet endroit, Hiiko était une ville particulière, entouré de forêt et difficile d’accès pour ceux venant de l’ouest malgré sa situation géographique qui en faisait une cité recluse le commerce battait son plein et les rues fourmillaient de monde, elle vivait exclusivement de l’artisanat issue du bois et de la culture des vers à soie qui était réputé dans la région. Lekshey tentait tant bien que mal à se frayer un chemin à travers cette foule compacte et plus d’une demi-heure lui fut nécessaire pour atteindre le marché. Il commença son inspection des étales en quêtes du précieux, c’est alors qu’il la vit dans sa magnifique robe de soie, ce magnifique teint, elle semblait parfaite. Il tendit la main vers elle avant de la stoppait à quelques centimètre.

« N’est-elle pas magnifique !»

La voix du marchand le ramena à la réalité, cette canne serait sienne, elle était parfaite.

« Cette canne a été taillé dans le plus précieux des bois, sa flexibilité est sans égale »

Alors que le marchand ne cessé de vanter les qualités de son produit, Lekshey se voyait déjà sur les routes, Josetto à ses côtés mais lorsque finalement le prix tomba tous ses rêves volèrent en éclats

« 40 pièces d’argent ! »

Il ouvrit sa bourse pour n’y voir qu’une malheureuse pièce de cuivre cependant il se souvint que Sung l’avait donné de l’argent et il découvrit avec bonheur que le montant était exactement de quarante pièces d’argent.

« Je la pre… »

C’est alors qu’il eut la sensation que quelque chose s’approchait à une vitesse inquiétante imprégné d’une odeur étrangement familière, tournant la tête par réflexe, une énorme truite vint s'écraser sur son visage. Littéralement sonné par cette attaque pour le moins surprenante, elle provoqua chez lui une impression de déjà-vu. Il ne tarda pas à entendre une voix tout aussi familière.

« IDIOT, n’as-tu donc rien appris ! »

Cette voix… Elle ne pouvait être que celle de son vieux maître, Zhi Jin. L'avait-il suivi tout ce temps ou bien était ce un simple coïncidence ? Cette rencontre pour le moins improbable n'expliquait en rien l'attaque du sensei.

« Tu me déçois petit, acheté ce genre de bibelot sans âme ! »

Ses propos résonnaient dans le cœur du pauvre Lekshey, il s’était laissé aller et avait omis ce qui faisait d’une canne quelque chose d’unique. Il ne pourrait plus se regarder dans un miroir avant un long moment. L’âme en peine, le visage décomposé, il n’était plus que l’ombre de lui-même. Le vieux maître comprit sa détresse et le pardonna.

« Suis-moi, je vais te montrer ce qu'est une véritable canne à pêche! »

Il n’en croyait pas ses oreilles, le maître allait lui montrer une de ses fameuses cannes à lui qui avait à l’instant même déçut. Le marchand regarda non sans une certaine tristesse partir son premier pig...client. Il se retrouva ainsi à suivre le vieux Zhi Jin pendant plus d'une heure dans un silence de plomb quand celui-ci pointa du doigt une habitation où une énorme enseigne en forme de truite informé à tous qu’ici résidait le pêcheur Zhi Jin.

Lekshey entra sans une certaine appréhension, la maison était assez petite et les quelques étagères étaient toutes remplis d’hameçons et autre outils de pêche, une odeur de poisson flottait dans l'air. Beaucoup de canne à pêche étaient accroché aux murs chacune d’elles devaient avoir une cinquantaine d’années. L e maître dépoussiéra un énorme coffre avant de l’ouvrir avec précaution. Celui-ci abritait une canne unique en son genre, d’une couleur noire inhabituelle, son corps robuste semblait prêt à affrontait toute sorte de proie de la simple truite au plus grands monstres des mers, elle portait de mystérieuses inscriptions incompréhensible à ses yeux. Il s’approcha, elle devait faire un bon mètre et devait peser un bon poids certainement une dizaine de kilos.

-Voilà, elle est à toi désormais !
-Je ne peux…
-Si, mais sa maîtrise ne sera pas aisée. Ce n’est qu’après des années d’entraînement que tu pourras utiliser tout son potentiel.

Intrigué, Lekshey ne voyait pas en quoi elle serait si difficile à utiliser, il voulu alors la prendre en main et c’est ainsi qu’il comprit, elle était loin de peser qu’une dizaine de kilos mais bien une centaine.

-Mais ce n'est pas poss...

Zhi Jin le stoppa net.

-Rien n'est impossible petit !

Son nom Fumetsu, nombreux la convoitèrent mais peu parvinrent à comprendre sa véritable raison d’être, jugé trop lourde pour qu'elle soit maniable elle fut délaissé. Celui qui la fabriqua n'avait qu'un but, qu'elle puisse résister à un affrontement avec le terrible Saumon doré. Zhi Jin fut l'un de ceux qui continuèrent à croire en l’existence de ce poisson légendaire, maintenant trop vieux pour espérer acquérir la force de la maîtriser, il comptait sur la détermination de son élève pour domptait Fumetsu la canne indestructible.
Lekshey voulait bien croire au fait que tout était possible toutefois il lui fallait un effort inhumain pour la soulever de quelques centimètres du sol, il se voyait mal aller pêcher avec ça. Fumetsu désormais en sa possession, il regagna l’auberge trainant plus que portant sa nouvelle canne à pêche.


Edit Kess: survie avril ok
avatar
Lekshey
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Masculin Age : 28
Messages : 26
Je suis : ???
Dans le RP
PAA : Lekshey
Peuple : Feu
Métier : Pêcheur
Situation : voyage

UE : 0
Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t111-presentation-lekshey

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RPM]L'assassin

Message par Lekshey le 31/5/2011, 23:56

Un jour sans lendemain…

Un jour nouveau se levait sur Hiiko, les premiers rayons de l’astre avaient peine à atteindre les abords de la ville que les premiers étals commençaient déjà à s’installer sur la grande place. Lekshey encore plongé dans un sommeil de plomb, rêvait d’un monde empli de chaos et de désespoir où l’espoir ne se résumait plus qu’à un faible éclat à l’horizon. Sung lui n’avait une nouvelle fois pas trouvé le sommeil, il tenait entre ses doigts un mystérieux objet qu’il serrait fermement. Alors que la vie recommençait doucement à reprendre son cours, les premiers chants matinaux résonnèrent dans les rues de la petite ville et avec eux le reste des habitants peu à peu reprenaient le fils de leur simple existence. Dans les ruelles encore désertes, un homme vêtu d’un large manteau à capuche marchait d’un pas décidé en direction de l’auberge abritant les deux âmes apeurées.

Cela faisait maintenant plusieurs jours qu’ils étaient ici et encore aucun ennemi à l’horizon. Sung se doutait que l’organisation n’en resterait pas là. Combien de temps encore avant qu’un autre homme ne leur tombe dessus ? La crainte ne le quittait plus, ancrée en lui, elle était devenue sa fidèle compagne. Il prit un moment l’objet en bois dans ses mains, l’examinant soigneusement, ce sceau était ce qui lui valait cette poursuite acharnée et il devait à tout prix le conserver.

Lekshey après un rapide petit déjeuner préféra aller se promener dans les alentours sans but précis, mais il avait toujours cette désagréable sensation d'être épié, à chacun de ses pas il ne pouvait s'empêcher de tourner la tête un instant en espérant surprendre celui ou celle qui le suivait. Il ne voulait pas y penser malgré cela l'idée que ce soit un agent des « Baioretto » le terrifiait. Cette affaire le dépassait complètement, il ne pouvait pas encore concevoir qu'il en faisait maintenant parti. Cet étrange samouraï reviendrait-il achever le travail ? L'avoir épargné était déjà un acte bien étrange. Dans quel but ? A la pensée de l'affronter à nouveau, il en avait des sueurs froides.

Continuant d'avancer dans les rues désormais fourmillantes de monde, il tenta de regagner son calme et décida de partir en quête d'un travail quelconque afin de renflouer un peu sa bourse et aussi ne pas dépendre éternellement de ce cher Sung. Son regard fut alors attiré par une étrange affiche, apparemment un avis de recherche à propos de la disparition d'une jeune fille. Hésitant quelques secondes, il prit finalement la décision de prendre l'affiche avec lui et se renseigna auprès des passants. Il lui fallut pas moins d'une heure pour trouver où résidait les parents de la disparue, ils avaient les traits tirés par la fatigue et les yeux rougis par les larmes. Il n'avait jamais eu affaire à ce genre de situation et il prit immédiatement la parole.

-Bonjour, j'ai vu votre affiche et je voulais savoir si je pouvais vous aider ?

Le regard du père s'illumina un bref instant devant cette offre inopinée.

-Oui, ma fille "Etsu" a disparu, il y a maintenant trois jours, elle était partie dans les bois chercher des fleurs et elle n'est jamais revenue depuis, je vous en prie ! Il faut vite la retrouver !

La mère se remit à pleurer, son mari la serra alors dans ses bras, on voyait qu'il s'efforçait de ne pas céder lui aussi, réconfortant du mieux possible sa femme. Il devait leurs venir en aide pour cela il devrait mener ses recherches dans les bois et avant tout récolter le maximum d'informations.

-J'aurais besoin de savoir par où elle est allée ?
-Je peux vous amener aux abords des bois où elle se rend d'habitude.

Il échangea quelques mots avec sa femme avant de lui faire signe de le suivre. Ils se dirigèrent vers l'ouest.

-Je ne sais pas comment vous remercier pour ce que vous allez faire, je m'appelle Karachi Jin.

Il le savait très bien, rien de tel qu'un peu d'or pour soulager les consciences.

-Ce n'est rien, je suppose que je ne suis pas le seul à sa recherche ?
-Malheureusement si, personne n'a eu le courage de partir dans les bois à cette période de l'année.
-Mais votre fille est bien partie, elle devait savoir que c'était dangereux !

Lekshey avait du mal à saisir la profonde bêtise qui avait poussé cette frêle jeune fille à aller affronter des dangers que même les gardes de la ville souhaitaient éviter.

-Oui mais elle m'avait assuré qu'elle resterait aux abords des bois.

La naïveté du père toucha Lekshey qui eut tout le mal du monde à s'empêcher de sourire.
Karachi terminait tout juste sa phrase quand l'attention de Lekshey fut attirée par un personnage atypique, vêtu de blanc et le visage dissimulé par une capuche, ils ne firent que se croiser, mais cette brève rencontre suffit à éveiller en lui le doute. Se pouvait-il que cet homme soit un agent des « Baioretto » ? Il avait un mauvais pressentiment cependant il ne pouvait abandonner le père épeuré.

Ils étaient maintenant aux portes de la ville et au-delà la verdure paraissait s'étendre à des hauteurs vertigineuses, la tâche s'annonçait plutôt complexe et il en avait probablement pour plus d'une journée s'il devait ratisser la zone. Karachi lui indiqua alors un sentier dont l'état en disait long sur sa fréquentation : quasi nulle. Il avait perdu l'espoir de retrouver leur fille rapidement, il allait probablement en baver pour progresser à travers les ronces et autres joyeusetés.

-Vous pouvez prendre ce chemin pour avancer dans la forêt, c’est le seul qui est encore praticable.
-Je vois.

Lekshey ne voulait pas perdre une minute, il salua rapidement Karachi et commença à s'enfoncer dans les bois. Comme il l'avait craint, c'est au prix d'effort insensé qu'il avançait, le chemin n'était plus qu'un vague tracé que la nature avait reconquis, racines, ronces et lianes s'étaient alliées pour en faire un véritable enfer à traverser. Il était à bout de souffle quand il déboucha sur une zone plus dégagée, il en profita pour se reposer plusieurs minutes avant de reprendre la marche. La piste longeait désormais une falaise abrupte, il jeta un œil pour y découvrir une vingtaine de mètres en contrebas une rivière. Il ne l'avait pas remarquer sur l'instant néanmoins cette aventure en forêt l'avait débarrassé de ce poids invisible, il n'avait plus cette impression d'être observé. A part cette bonne nouvelle, il n'avait pour l'instant aperçu aucune trace d'un quelconque passage toutefois en levant les yeux, un mince nuage de fumée le redonna un peu espoir sur ses chances de retrouver la jeune fille vivante.

Il accéléra le pas pour se rapprocher de cet infime indice malheureusement dans sa précipitation, il marcha sur une partie fragilisé qui l'emporta avec elle. Il eut un trou noir durant la chute, il tenta de se remettre sur pied, la douleur l'empêcha de continuer. Son dos le faisait atrocement souffrir, il était accroupi sans pouvoir bouger davantage. Il resta dans cette position un long moment. Il avait également une blessure au niveau de la tête, le saignement n'était pas très important, mais suffisant pour nécessité des soins. Que pouvait-il faire dans une telle situation au milieu de nulle part ? La fumée n'était plus très loin, il pouvait essayer de crier pour signaler sa présence.

-A l’aide, je suis blessé ! A l’aide !

Il cria de toutes ses forces, priant le ciel que l'inconnu soit encore dans les environs. Il reprit son souffle et cria à nouveau. Il ne saurait pas dire combien de temps furent nécessaire avant qu'un homme fasse finalement son apparition. Un sourire se dessina alors sur le visage ensanglanté de Lekshey pour s'effacer aussitôt, l'homme armait d'une massue n'avait apparemment pas pour dessein de lui venir en aide.

-Alors, comme ça on est tombé et on a besoin d’aide ! Ah, ah, ah !

Le rire de l’homme était discordant et la teneur de ses propos confirmés ses peurs.

-Bon, tu vas gentiment me donner tous ce que tu possèdes.

-Plutôt mourir !

Serrant les dents, il se força à se relever, il ne pourrait décrire ce qu'il ressentit, c'était si intense traversant son corps de la tête au pied, la douleur s'imprégnait en lui. Il ne savait pas s'il pouvait de nouveau se battre après sa cuisante défaite face au samouraï, devoir engager un nouveau duel dans d'aussi bref délai et dans un pareil état, c'était du suicide. L'homme était prêt à commencer l'affrontement, sa massue à la main droite, il attendait une sorte de gong qui lancerait le combat. Lekshey lui avait sa canne, mais son poids serait un véritable handicap, même à deux mains celle-ci n'était pas véritablement maniable. Les yeux dans les yeux, les deux hommes essayaient de lire les intentions de l'autre, chacun hésitant à lancer l'assaut.

Ce fut l'envol d'un oiseau à quelques pas de là qui finalement amorça ce qui s'annonçait comme un duel à mort. Le bandit lança la première attaque, la masse balaya l'air à une vitesse affolante manquant de peu Lekshey qui par un coup de chance chancela à temps pour éviter la masse, une nouvelle secousse plus violente encore le parcouru. Il tenta à son tour d'attaquer cependant l'effort nécessaire était surhumain, il n'arriva qu'à la soulever de quelques centimètres du sol. L'adversaire semblait s'amuser de la situation et en profita pour attaquer à nouveau, cette fois-ci la massue le toucha au niveau du foie, la souffrance fut immédiate, le paralysant totalement pendant quelques secondes qui suffirent à l'homme balafré de frapper une deuxième fois, il ne put que subir le coup touchant méchamment sa hanche droite et manquant de peu de la briser complètement. Salement amoché et exténué, il s'efforça de rester debout. Il ne pouvait même plus fuir, son corps ne répondrait pas, son cerveau subissait des salves de signaux plus puissant les uns que les autres, s'il tombait, il ne se relèverait jamais.

Le regard vide de toute vie se posa sur ce cher brigand, l'esprit encore embrumé du pêcheur ne le laissait que peu d'option malgré tout il devait le faire. L'homme qui n'avait pas la moindre idée des projets de sa prochaine victime s'apprêtait à l'achever. Lekshey resserra son emprise sur sa précieuse canne, celle-ci serait son ultime attaque, aucune erreur ne lui serait alors permise. L'ombre de la mort s'abattra bientôt sur l'un de ses hommes, l'homme jaugea une dernière fois son adversaire et le considérant assez affaibli chargea en sa direction l'arme en avant.

(Allez approche, plus prêt...)

Il comptait les pas qui le séparaient de son ennemi, il ne devait pas manquer sa chance. Arrivé dans le périmètre, Lekshey dans un dernier effort souleva sa canne à pêche et l'abattit aussitôt. Le pauvre ne jugea pas nécessaire de s'inquiéter et leva le bras gauche pour parer l'attaque. Le poids de la canne allié aux derniers efforts fournit par Lekshey portèrent leur fruit, le choc fut terrible, son bras ne pouvait stopper une telle attaque se brisant littéralement et n'atténua que légèrement l'impact au niveau du crâne. Dans un gargouillait de sang et de bave, ce dernier s'affala au sol, parcourut de soubresaut irrégulier. Se vidant à présent de son sang, il rendit l'âme quelques minutes plus tard.

Il l'avait vaincu, son enveloppe physique n'était plus qu'un torrent de perpétuelle souffrance cependant la victoire l'avait l'espace d'une seconde rendu un peu plus supportable. Il n'était plus maître de son corps, le sourire aux lèvres, il s'écroula à son tour sur le sol et avant de sombrer dans l'inconscience la plus totale une dernière pensée traversa son esprit : Salut papa !


avatar
Lekshey
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Masculin Age : 28
Messages : 26
Je suis : ???
Dans le RP
PAA : Lekshey
Peuple : Feu
Métier : Pêcheur
Situation : voyage

UE : 0
Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t111-presentation-lekshey

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RPM]L'assassin

Message par Lekshey le 26/6/2011, 22:08

Un allié inattendu...


Ouvrir les yeux sur un monde d’obscurité et d’angoisse était la dernière chose que souhaitait Lekshey, allongé sur ce sol humide, il maudissait son corps inerte. Il n’avait plus qu’à se questionner sur le pourquoi de son existence alors qu’à quelques pas de lui reposait l’homme qu’il venait de tuer de sang froid. Fort de ses futiles réflexions métaphysiques, Il se remémora la brève image de son père l’accueillant dans l’autre monde, avait-il halluciné ou y’avait-il vraiment quelque chose après la mort ? Il n'en avait aucune idée. Cependant, la faucheuse ne l’avait pas emportée mais il n’y tarderait pas à y refaire un tour, au vu de l’état lamentable dans lequel il se retrouvait à présent.A ce titre, il aurait préféré un trépas rapide qu'à cette agonie sans fin qu’on lui avait inutilement octroyé. Privé de tout mouvement, il lui restait tout juste assez de force pour respirer de façon régulière. Il demeura ainsi jusqu’à la nuit tombée, admirant le ciel étoilé pendant que ça vie semblait lui échapper peu à peu. Irrémédiablement, ces yeux à demi-clos s'apprêtèrent à se fermer de nouveau quant un étrange son vint troubler l'apaisant silence de la nuit.


«Hum ! C’est ainsi que se termine les aventures de ce bon Lekshey ! Ma foi, te voir encore en vie est déjà en quelque sorte un miracle !»


La voix indiquait que l’individu devait se trouver à quelques pas de là mais il ne pouvait pas bouger la tête pour l’apercevoir. Celle-ci lui était étrangement familière, il chercha du mieux qu’il put dans ces souvenirs tout en essayant d’ignorer les sursauts de douleurs qui le parcouraient.

« Ne me dis pas que tu m’as déjà oublié ou aurais-tu perdu la parole, Lekshey-san ? »

Elle se rapprochait de lui et se fit plus distincte à ses oreilles, et le visage d'un homme se révéla enfin à son esprit torturé.

« Hu... Huang Shu, c’est toi ?»

Il était maintenant à sa hauteur car sa tête entra enfin dans son champ de vision et elle appartenait effectivement à Huang Shu, le mystérieux chasseur.

« Que fais-tu si loin de chez toi ? »

Il ne répondit pas tout de suite, se contentant d’examiner rapidement Lekshey.

« Hum, ça à pas l’air si terrible ! »

Pas si terrible, était-il en train de décrire l’état dans lequel il était ? Il avait du mal à imaginer ce que terrible signifiait à ses yeux. Après quelques minutes de silence, Huang reprit la parole.

« Comme tu dois t’en douter maintenant, je ne suis pas qu’un simple homme des bois. Je suis actuellement sur la trace d’un dangereux assassin. »

Lekshey ne sut quoi dire après cette révélation pour le moins inattendue même si l’intérêt pour lui était plus que discutable toutefois elle devait avoir un but pour son interlocuteur.

« Je sais que tu es impliqué dans une affaire en rapport avec les Baiorettas et il se trouve que cet assassin a été récemment engagé par cette organisation. »

Il s’attendait presque à entendre leur nom malgré tout l’étonnement n’en fut que plus grand. A l'évocation de l'assassin, l’image de l’homme à la capuche ressurgit de son subconscient.

« Je l’ai peut être aperçu en ville… »

Huang ne lui accorda que peu d’attention avant de s'affairer à la réalisation d'un foyer pour le feu, il réunit ensuite assez de branche morte pour qu’il soit assez puissant pour leurs apporter chaleur et protection pour la nuit. Ce travail terminé, Il commença à panser les blessures de Lekshey. Il eut du mal à supporter la douleur imposée à son corps durant le processus et ne put étouffer complètement les cris de souffrance lors des manipulations assez brusque de Huang. Les quelques soins rudimentaires apportait par celui-ci étaient loin d’être suffisant mais cela lui éviterait de devoir abandonner les recherches de la fillette. Le repas se composa pour l’essentiel de racines bouillies et de quelques fruits trouvés à proximité. A l’aube, il était capable de se lever et de faire quelques pas.

« Tu sais que tes blessures risquent de se rouvrir si tu essaies de trop en faire !»

Mais Lekshey fit la sourde oreille, il devait retrouver cette jeune fille et il ne pouvait pas retourner en ville sans avoir achevé son objectif. Le regard en direction de l’horizon, il allait retrouver cette petite et effacer la tristesse du visage de ses parents. Il commença à s’enfoncer de nouveau dans ces bois hostiles pour s’écrouler misérablement trois mètres plus loin.

« Bon sang, Lekshey ! Je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi borné et stupide que toi ! »


Accourant à ses côtés, Huang l’aida à se relever. Il était partiellement sonné et la chute avait ravivé la douleur. Huang le raccompagna au camp de fortune, il se sentait stupide d’avoir voulu y aller dans cet état. Quelques heures passèrent avant qu’il ne puisse de nouveau se tenir sur ses deux jambes. L’opiniâtreté dont essayait de faire preuve Lekshey avait le don d’exaspérer Huang au plus au point. Il n’avait pas prévu de rester tant de temps en compagnie du pêcheur mais abandonner un tel individu dans cette nature hostile, il n’en avait tout simplement pas la force du moins il ne souhaitait pas avoir la mort de cet imbécile sur la conscience.

« Tu ne comptes pas retourner en ville ? »

Il connaissait déjà la réponse pourtant il se devait de la poser pour confirmer ses craintes à son sujet.

« Je ne peux pas rentrer avant d’avoir retrouver la jeune fille !»

Il voulait se prouver à lui-même qu’il était capable d’accomplir quelque chose même s’il devait y laisser la vie. Huang l’observa attentivement sachant pertinemment que tout cela n’était qu’un prétexte pour s’éloigner de la ville et de ses véritables problèmes.

« Tu crois que je ne vois pas tes véritables motivations ! »

Lekshey prit un air surpris, que voulait-il dire par là ? Son esprit embrumé ne savait que dire face à cette affirmation pour le moins étrange, il était bien incapable d’y répondre.

« Ce n’est pas en crevant comme un vulgaire insecte que tu te prouvera que tu es assez fort pour affronter ton destin ! »

La surprise laissa place au désespoir, il le savait mieux que quiconque mais il devait le faire malgré tout.

« Je veux juste me sentir utile, c’est tout ce que je demande !»

Il ne put retenir davantage ses larmes, il n’était qu’un bon à rien et rien ne pourrait jamais changer cette vérité.

« Je sais que tu doute de toi en ce moment mais tu ne dois pas pour autant accepter de mourir si facilement ! »

Les mots de Huang le fit renoncer à sa folle aventure, il n’était simplement pas en mesure de mener à bien ce travail.

« Je comprends, je retournerai au village. »

La colère submergea alors Huang qui le frappa sans prévenir.
(Pourquoi)
Qu’avait-il pu bien dire pour l’offenser ? Il ne comprenait pas.

« Idiot ! Tu crois que je vais te laisser abandonner une jeune fille dans ces bois, je voulais juste que tu prennes conscience que tu agissais de façon irréfléchi cependant tu as donné ta parole et maintenant tu dois la tenir ! »


Encore une fois il s’était fourvoyé sur le sens des paroles de Huang, néanmoins il était soulagé de ne pas avoir à y retourner bredouille et affronter le regard d'un père dévasté par la peine. Il resta muet jusqu’à ce que Huang reprenne la parole.

« Après avoir mangé, nous commencerons par la grotte au nord d’ici, je t’aiderais dans tes recherches.»

Ravi d’apprendre que Huang se joignait à lui, il entama le repas avec entrain. L'astre commençait tout juste sa longue descente quand les deux hommes prirent la route menant à la grotte. Il avait encore des difficultés à progresser sans l'aide de son ami et pas moins de deux heures furent nécessaire pour atteindre la fameuse cavité. A bout de souffle, Lekshey s'appuya contre un arbre, tentant de reprendre son souffle. A ce moment, il repensa à la sensation qu'il avait ressentie ces derniers temps, il devait lui demander pour en être sûr.

-Euh, Huang ! Je voudrais savoir si par hasard l'homme qui me suivait pendant tout ce temps...

-Je t'arrête tout de suite, ce n'est pas moi ! Tu devrais demander au vieux maître à ce sujet.
-Le vieux maître, tu veux dire Zhi Jin ?
-Peut être bien.

Lekshey se contenta de cette réponse pour le moins évasive. Huang n'avait pas perdu de temps, il avait trouvé une branche robuste qu'il entoura de tissu précédemment enduite d'huile inflammable. La torche allumée, ils s'enfoncèrent prudemment, elle était plus profonde que ne laissait présager l'aspect extérieur. L'exploration s'avéra plus ardu que prévu quand un léger bruit interpella Huang. Ils accélèrent alors le pas pour découvrir à leurs grands malheurs un véritable monstre d'une envergure à peine imaginable pour un lieu si étroit. La chaleur du feu réveilla la bête qui se jeta immédiatement sur le pauvre Huang. Ses griffes immenses arrachèrent sans peine le bras de son compagnon. Il ne pouvait plus bouger, tout cela semblait si irréel, le cri de douleur que poussa Huang le ramena à la réalité. Il se saisit alors du bras restant et se mit à courir aussi vite que ses jambes le lui permettaient, oubliant la douleur, il ne voulait qu'une chose à cet instant précis : sortir au plus vite de cette maudite grotte !
Bientôt la lumière de la sortie fit son apparition comme une lueur d'espoir au loin dans cet antre de l'enfer. Son corps tenait grâce à l'adrénaline, il n'avait jamais couru aussi vite de sa courte existence. N'osant pas se retourner, il atteignit enfin la sortie et après une bonne dizaine de mètres s'effondra complètement exténué. Il tenait encore la main de Huang et alors qu'il allait lui demander s'il allait bien, il ne vit personne. Mais alors qu'avait-il dans sa main ? Son regard se posa alors sur qu'il restait de son ami, un unique bras d'où s'écoulait un épais liquide rougeâtre à son extrémité.
Il le lâcha précipitamment avant de frapper le sol de toutes ses forces.

« Merde ! »

Comment cela avait-il bien pu arriver ? Il n'avait pas réussi à le sauver et c'était uniquement de sa faute s'il l'avait accompagné dans cette stupide grotte. La colère et la culpabilité le rongeaient, l’empêchant de songer à la douleur alors qu’il martelait le sol jusqu’au sang. Il s'arrêta finalement pour laisser la tristesse s’emparer de lui. Une heure s'écoula sans qu'il ne bouge d'un pouce, finalement la fatigue l’obligea à s’allonger et il sombra dans un sommeil agité.
Quand ses yeux se rouvrirent, il souhaitait que tout ceci ne soit qu'un horrible cauchemar mais le bras de son ami était toujours là gisant piteusement sur l'herbe rougi par le sang. Qu'allait-il faire à présent ?
Sa décision prise, il prit sa canne et commença à creuser. Il voulait enterrer ce qui restait de Huang et ainsi lui rendre un dernier hommage. Cela fait, il sécha ses larmes et repensa aux dernières paroles de l'homme qui lui avait ouvert les yeux.

« Ta mort ne sera pas vaine Huang, je ramènerai cette gamine à ses parents, je te le promets ! »


Edit jerome : suivit de juin ok


avatar
Lekshey
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Masculin Age : 28
Messages : 26
Je suis : ???
Dans le RP
PAA : Lekshey
Peuple : Feu
Métier : Pêcheur
Situation : voyage

UE : 0
Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t111-presentation-lekshey

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RPM]L'assassin

Message par Lekshey le 31/7/2011, 04:49

Folie et désespoir

La route où progressait Kaito Sawara n'était pas entretenue, avançant à pas rapide, il devait sans cesse éviter les innombrables nids de poules. Il n'avait pas encore pris sa décision concernant le contrat pour lequel il s'était engagé. Il n'était guère plus qu’un rônin mais il avait ses propre convictions et il comptait bien les respectait. L'astre ne tarda pas à poser ses chaleureux rayons sur le dos hésitant du samouraï. Continuant en direction de Hiiko, il devait rencontrer un homme à l'entrée Est de la petite ville.
Perdu dans ses pensées, il n'aperçut que tardivement la flèche qui le manqua d'un cheveu en grande parti du au manque de maitrise du tireur embusqué. Quelques secondes plus tard, deux hommes sortirent des bois, tous deux équipés d'armes pour le moins improvisés. Le plus grand, n'était habillé que d'un simple fundoshi et tenait un sabre brisé, avançant d'un air menaçant. Son acolyte lui resta en retrait tenant l'arc de fortune qui avait servi à tirer le projectile. Le duo n'avait rien d'effrayant aux yeux de Kaito, de pauvre brigand s'attaquant aux rares voyageurs qui avaient le malheur de tomber sur eux. Leur surprise fut totale quand ils virent le sabre de Kaito pendant à son côté, ils s'attendaient certainement pas à tomber face à un bretteur sur cette petite route isolée. Il reprit sa marche, ne prêtant pas attention aux deux énergumènes qui lui barrait le passage. Il les dépassa avant que le plus costaud ne prenne la parole.

« Tu dois payer ton droit de passage !» balbutia-t-il.
« Tu es sûr d’être prêt à recevoir ce que j’ai à te donner.» répondit-il calmement tout en posant la main sur la garde de son sabre, se préparant certainement à dégainer.

Les deux bandits se regardèrent un bref instant avant de prendre la fuite. Ce léger contretemps ne l’avait pas tant retardé, il se dirigea immédiatement vers l’homme avec qui il devait discuter. Ils échangèrent quelques mots et se mirent en route pour l’auberge où se trouvaient les cibles en question. Il se nommait Feï, c’était un homme robuste à la peau basané, il portait un kimono violet arborant un blason représentant une montagne auréolé.
Ils prirent une ruelle déserte, c’est ce moment là que choisi son compagnon pour le prendre en traitre. Comment avait-il pu suivre un tel homme ? Se retournant aussi vite que lui permis son corps meurtri il se saisi de son katana et avec l’agilité du félin trancha d’un même élan son agresseur. Il recula, cependant la vitesse du coup le surpris et la blessure bien que peu profonde se mit à saigner abondamment.

« Pas mal mais tu vas regretter ton geste ! Misérable insecte ! »

La lueur de folie dans l’œil de Feï s’enflamma, d’une rapidité effarante le coup manqua de peu le samouraï qui avait pourtant anticipé la contre attaque. Les deux hommes reculèrent en même temps, reprenant leur souffle avant entamer la seconde joute. Kaito n’avait jamais fait face à un homme aussi imprévisible, serrant fermement son sabre, il était -malgré ses blessures- prêt à attaquer de nouveau. Croisant brièvement le regard de son adversaire, il s’élança vers lui qui en fit de même, son attaque décrivit un arc de cercle meurtrier que l’assassin dévia de sa lance.

« Ah ! Ah! Ah! C’est tout ce dont tu es capable samouraï-chan ! » S’écria Feï avant de s’élancer à nouveau vers Kaito.

Son flanc droit à découvert, il ne put que pivoter légèrement sur sa gauche quand la lance le frappa atténuant ainsi la gravité de la blessure. Il jeta un rapide coup d’œil pour constater que la plaie n’était à son soulagement que peu profonde. L’affrontement avait duré plus longtemps que prévu et les deux hommes étaient à bout de souffle se jaugeant du regard tout en cherchant désespérément une faille à exploiter. L’air vrombit à nouveau, une étincelle jaillit à la rencontre des deux lames d’acier, s’entrechoquant à de multiples reprisent, les bruits métalliques résonnaient dans la petite ruelle.

------------------------------------------------------------

Pendant ce temps, Lekshey continuait ses recherches qui restaient infructueuse. La mort de Huang l’avait ébranlé, il s’en voulait de l’avoir entrainer dans sa dangereuse quête. Il était au bord de l’épuisement lorsqu’au loin enfin se dessina la première piste viable. Un feu de camp assez récent, quelque branches encore crépitant en était la preuve, il se mit à examiner les alentours et fini par trouver des traces de pas se dirigeant vers le Sud. Le regard plein d’espoir, il s’élança sur la piste encore fraîche. Courant trente bonne minutes, il s’arrêta brusquement complètement écrasé par l’effort fourni, ses jambes se mirent à trembler et un douloureux point de côté lui arracha un soupir d'agonie. Examinant de nouveau le sentier, les traces semblaient se dirigeaient vers la pente sur la droite. Il s’approcha du bord pouvant admirer, en contre bas, un petit lac. Il s’étendait sur quelques mètres et sur son rivage trois silhouettes étaient visibles malgré la bonne distance qui les séparaient encore. Fou de joie, il dévala la pente en leur direction, arrivé à leur hauteur, les trois ombres laissèrent la place à une femme, un homme et une jeune fille. Le trio se retourna surpris de voir un homme de rouge vêtu accourant larme à l’œil à leur rencontre. L’homme s’interposa, ne sachant quoi penser de cette charge pour le moins atypique.

« Enfin ! » cria-t-il à leur intention.
« Qui êtes vous jeune homme ? » demanda, l’homme inquiet.
« Je suis Lekshey Ashan, je suis ici à la recherche d’une jeune fille qui a disparu dans ses bois. »


D’un pas décidé, il avança vers la plus jeune et lui prit la main, il ne pensait plus qu'à une chose à ce moment là, il avait réussi, il l'avait finalement trouvé.

« Il est temps de rejoindre tes parents, jeune fille ! » s’écria-t-il, tout en l’entrainant avec lui.

Troublé par les propos de l’inconnu, ajouté à la tentative évidente d’enlèvement, le mari décida d'agir, agrippant violemment le pauvre Lekshey, il le souleva de quelques centimètres du sol avant de l’envoyer au valdinguer au sol.
Étourdi, il ne comprenait pas ce qui venait de se passer pourtant sa quête était enfin terminée, pourquoi cet homme s’interposait-il ?

« Pouquoi ? » hurla-t-il.

L’agresseur s’approcha et l’agrippa à nouveau.

« Vous avez visiblement tenté d’enlever ma fille, j’exige des explications ? »
« C’est donc cela !» souffla-t-il, alors que les larmes ruisselaient déjà sur son visage marqué par le désespoir.

Décontenancé par l’attitude pour le moins troublante de leur hôte, ils se regardèrent mutuellement avant de le questionner à nouveau.

« De quoi parlez-vous, expliquez-vous ! Bon sang ! »

Lekshey fatigué et las leur firent un bref résumé de sa fameuse mission ainsi que de la tragique fin de son ami Huang dévoré sauvagement par un véritable monstre.

« Je comprends mieux, et au fait je m’appelle Fushina Korito et voici ma femme et ma fille, Sakuya et Sakaï. Je ne sais pas si je vous serez d’une grande aide mais je crois pouvoir peut être avoir en ma disposition quelque chose susceptible de faire avancer votre quête.»


A cette réponse, Lekshey reprit littéralement vie et se remit sur ses jambes, l’air intéressé.

« Je suis toute ouï ! »
« Je crois avoir aperçu une personne au nord d’ici, elle paraissait assez frêle mais je n’ai pu la voir que quelques secondes avant qu’elle ne disparaisse dans le brouillard. »

Fort de ce nouvel indice, il put reprendre la route, adressant un dernier signe d’adieu à la famille Fushina avant de se tourner vers le nord.


Edit Kess: survie juillet ok


avatar
Lekshey
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Masculin Age : 28
Messages : 26
Je suis : ???
Dans le RP
PAA : Lekshey
Peuple : Feu
Métier : Pêcheur
Situation : voyage

UE : 0
Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t111-presentation-lekshey

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RPM]L'assassin

Message par Lekshey le 30/9/2011, 23:56

La fin d'une mission


"Que se passe-t-il ? "

Une question lancée vers le ciel étoilé, le visage inondé de larmes, un homme se tenait là agenouillé devant le cadavre en décomposition d’une jeune fille. La lune offrait assez de lumière pour que la scène soit visible de loin, l’homme se remit sur ses pieds avant de tourner le dos au corps sans vie. Il s’essuya le visage avant de reprendre la route vers la ville.
La noirceur de la nuit fit son grand retour, il poussa un juron mais continua sa marche silencieuse. Son âme était à jamais ébranlée par les morts dont il fut témoin malgré lui. Il en avait assez de toute cette fichu aventure, il voulait rentrer et tout oublier, retourner à sa pitoyable vie. Pendant sa longue descente, il eut droit à toute une panoplie d’illusions en tout genre, de l’âme damnée au simple fantôme de base.

« J’ai pas le temps pour ces conneries ! »

Ses yeux encore rouges, il ne pensait plus à rien, ses pas lourds ne semblaient pas vouloir s’arrêter avant d’avoir atteint la ville. Un étrange animal apparu sur le chemin, un quadrupède au regard vide, sa gueule s’ouvrit découvrant de magnifiques dents acérées, l’odeur de pourriture qui se dégageait de cette mâchoire le ramena à la réalité.

« Quoi encore ? Tu veux me bouffer c’est ça ! »

En réponse, l’animal se mit à courir vers lui, la gueule grande ouverte s’apprêtant à lui sauter à la gorge.
Il accueillait cette fin avec une certaine réjouissance, ne cherchant pas à se défendre, il ferma les yeux et quelques secondes plus tard sentit les crocs s’enfoncer dans son avant bras. La violente douleur, lui fit réaliser à quel point il était stupide de s’être laissé attaquer.

Il secoua son bras, mais le monstre resta fermement accroché, la souffrance de nouveau le parcouru l’obligeant à pousser des cris de douleur. Il se débattait de toutes ses forces mais en vain, il n’était pas en mesure de se libérer de son emprise démoniaque. Les heures passèrent ainsi dans une lutte qui paraissait sans fin, un combat entre un homme et une bête tout droit sortie des enfers. Il ne sentait presque plus son bras, cependant une chose l'intriguait : Pourquoi l'animal se contentait-il de lui mordre le bras ? L'intense combat avait complètement drainé toute son énergie, la fatigue prit le dessus et il s'endormit.

_____________________________________________

Un flot de sang se répandit sur le sol pavé de la petite ruelle, la lance de Feï venait de percer la garde de l’infortuné Kaïto qui ne put que légèrement dévier la foudroyante attaque. De sa main gauche, il retenait comme il pouvait ses intestins qui semblaient vouloir sortir par la béante blessure infligée par son adversaire.

« Je crois que le combat se termine ici ! » dit-il le sourire aux lèvres

Il avança de nouveau pour achever son opposant mais de l’autre côté de la ruelle de nombreux gardes alertés par le bruit déboulèrent dans leur direction.

« Bon sang ! Ce n’est pas possible, je rêve ! »

Feï jeta un dernier regard en direction de Kaïto avant de prendre la fuite. Il avait perdu plus d’un litre de sang et se mit à chanceler avant de tomber la tête la première mais un garde stoppa sa chute.

« Tenez bon ! »

Ce furent les derniers mots qu’il entendit avant de perdre connaissance.




Edit Yuke: survie sept ok!


avatar
Lekshey
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Masculin Age : 28
Messages : 26
Je suis : ???
Dans le RP
PAA : Lekshey
Peuple : Feu
Métier : Pêcheur
Situation : voyage

UE : 0
Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t111-presentation-lekshey

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RPM]L'assassin

Message par Lekshey le 30/11/2011, 18:24

Renouveau

Le monde n’était plus qu’un immense flou parsemé d’une multitude de points écarlates défilant inexorablement devant ses yeux gonflés par les larmes du désespoir, progressant dans ce monde sans repère, ce cher Lekshey n’avait de cesse de se lamenter. Balayés par les premières lueurs matinales, les spectres et autres esprits hantant son subconscient le laissèrent enfin en paix. Il avait passé la nuit à lutter contre le fruit de son imagination alimenté par le remord et le mépris de soi. Il marchait désormais d’un pas résigné en direction de Hiiko, la ville où il devrait affronter un destin encore plus cruel portant le doux nom de Baioretto.

Trainant les pieds sur le sentier caillouteux, il avait perdu la notion du temps laissant ses pensées vagabonder dans le néant. A mesure que le malheureux descendait, sa vision reprenait peu à peu des couleurs, abandonnant le filtre aqueux pour retrouver sa netteté originale. Bordé par le doux bruit de la faune, il continuait sa marche lugubre mais un son vint troubler l’harmonie de la montagne, ralentissant le pas, il tenta de rassembler ses esprits afin d’identifier la source, après une rapide analyse il ne put que conclure qu'un combat se déroulait non loin de là.

Ainsi donc le destin n’avait pas fini avec lui, non seulement il n’avait pas accompli ceux pour quoi il avait risqué sa vie mais il devait aussi être mêlé à un nouveau danger. Cherchant un point d’observation, il put bientôt distinguer les quatre combattants d’après leurs positions respectives, trois hommes se tenaient face à un combattant solitaire. La situation semblait être jouée d’avance, cependant malgré le sérieux désavantage celui-ci tenait bon, contrant et attaquant avec assurance, son épée comme seul allié. Apparemment sur la défensive, les trois assaillants agissaient de consœur dans chacune de leurs attaques, obligeant l’infortuné à réaliser l’impossible pour sortir indemne des assauts successifs des trois compères. Lekshey resta sans voix devant la persévérance et le talent dont faisait preuve l’inconnu, les trois hommes semblaient de plus en plus irrités par la défense pratiquement sans faille de l’unique adversaire.

Enchainant parade et esquive à une vitesse dépassant l’entendement, la victoire ne paraissait plus aussi certaine pour le trio, percevoir chacun de ses mouvements demandait une concentration de haut niveau. L’espace temps lui-même semblait altéré par l’intensité du combat. Dans cette échange intense, une faille fit bientôt son apparition dans le mur offensif, un des composants bougea une fraction de seconde plus vite que les autres créant un décalage assez important pour que le guerrier puisse lancer sa dévastatrice contre attaque, déviant la lame de l’assaillant celui-ci ne put arrêter sa course et tomba la tête la première dans le fossé. Ayant temporairement éliminé un des hommes, il lança son arme en direction du ciel. Qu'avait-il donc en tête ? Il inspira profondément avant de projeter ses deux bras en direction des deux restants. Malheureusement la portée de son coup n’était apparemment pas suffisante pour atteindre ses ennemis, avait-il raté son coup ? Un fugace sourire se dessina sur le visage de l'un d'entre eux cependant le combattant ne montrait aucune peur, c’est alors que deux boules de feux se formèrent simultanément, le sourire laissa place à la terreur. Impossible à esquiver, ils ne purent que subir l'impitoyable technique.

Cette victoire plus qu’improbable prouvait à quel point cet homme était terrifiant. Les jambes endoloris, il eut du mal à sortir des buissons, l’homme l’aperçu et l’interpella au loin.

« Hé, oh, l’ami que faite vous dans les bois en cette belle journée »
dit-il l’air enjoué.

L’homme devait faire à peut près la même taille que lui, il portait une tunique d’un rouge sang. Le visage marquait par les batailles, il avait une cicatrice partant du front et descendant jusqu’à le bas de sa joue gauche évitant de peu son œil. Il avait le crâne rasé et le regard perçant d’un bleu azur. A vue d’œil, il devait avoir une trentaine d’années tout au plus.

« Rien... en particulier, juste de l’observation. »

L’inconnu s’arrêta à quelques mètres de lui avant de reprendre la parole.

« Ah ! Au fait mon nom c’est Genichi Oroshin mais tu peux m’appeler Gen. »

Perdu dans ses pensées, il ne répondit pas immédiatement.

« Euh…Lekshey Ashan. »

Les présentations faites, Lekshey voulut reprendre au plus vite la route ne sachant pas trop quoi dire à Gen il fit un rapide geste en signe d’adieu et pris la route pour la ville. Genichi fronça les sourcils avant de l’arrêter.

« Si ça ne vous dérange pas, j’aimerais faire un bout de chemin avec vous. » lâcha-t-il subitement

Lekshey lui répondit d’un hochement de tête en guise de réponse et les deux hommes côte à côte reprirent la route. Les premières minutes furent ponctuées d’un lourd silence rythmé par le grincement des pas sur le gravier. Genichi fut le premier à rompre le silence.

« Si ce n’est pas trop indiscret, vous faisiez quoi dans ses montagnes ? »


Cette question fit resurgir la terrible douleur qui enserré son cœur devant faire face à cette échec pour le restant de ses jours. Essayant de contenir sa peine, il lui raconta son horrible périple. Troublé par son récit, Gen avait l’air pensif, ce grattant le crâne.

« Désolé, hum maintenant que j’y pense, je crois avoir vu une jeune ville il y a de cela un jour accompagné d’un groupe d’homme pour le moins étrange probablement des bandits. »

L’espoir de s’être trompé sur le corps qu’il avait découvert avait refait surface aux mots de ce mystérieux guerrier ponctué par la peur qu’une nouvelle fois tout ceci ne se termine mal comme toujours.

« Je les ai suivi jusqu’à leur campement mais malheureusement ils étaient trop nombreux pour que je puisse tenter quoi que ce soit, ces trois hommes faisaient d’ailleurs partis de leur bande. »

Malgré ses doutes, il se devait de tenter sa chance une dernière fois.

« Vous savez donc où se trouve leur camp ? »
souffla-t-il, tentant de son mieux de contenir sa joie.
« Oui mais même à deux je doute qu’on puisse réussir à la sauver. »

Il ne pouvait pas abandonner même si cela relevait de l’impossible, il ne pouvait se permettre de la laisser s’échapper de nouveau. L’air résolu, il n’avait plus qu’un seul objectif en tête, faire son possible pour sauver cette jeune fille. Genichi sourit avant de poser sa main sur l’épaule de Lekshey touché par l’inflexible résolution dont faisait preuve ce jeune homme.

« Je vois que tu es déterminé à lui venir en aide, très bien je te prêterais main forte ! »

Ce soutien inattendu renforçait les chances de réussite encore plus palpable pourtant à la pensée qu’une autre personne ne meurent par sa faute rendait tout ceci difficile à accepter.

« Je ne peux… »

Genichi ne le laissa pas terminer.

« Je sais que tu ne veux pas impliquer d’autre personne mais j’allais de toute façon faire quelque chose concernant cette jeune fille donc tu n’as pas à t’inquiéter pour moi. »

En disant cela, il posa la main sur la garde de son sabre avant d’ajouter.

« Et de plus comme tu l’as constaté, je suis loin d’être un débutant, jeune homme. »

Se souvenant de la fin du combat, il avait éclipsé un fait important, cet homme maitrisait le pouvoir du feu chose qu’il avait rarement eu l’occasion de voir prouvant à quel point ce guerrier était hors du commun.

« D’accord »

Sur ce mot, Gen pris la tête menant ces derniers au fameux camp où était retenu prisonnière celle qu’il avait cru morte.

___________________________________________________

Un jour s’était écoulé depuis sa défaite face à Feï, gravement blessé, il avait été transporté par les gardes dans une auberge où des femmes s’était occupées de le soigner. Kaito ne pouvait pas rester une journée de plus dans cette ville, il était désormais en danger et ce Feï n’hésiterai pas à l’attaquer de nouveau si l’occasion se présentait. Que pouvait-il faire désormais ? Son cœur était troublé, ceux sur quoi il avait basé son existence même s’était écroulé à l’instant où il avait épargné la vie de cet homme au regard émeraude. Poursuivit par l’organisation qu’il avait voulu rejoindre, il devait trouver un nouveau chemin à suivre, une raison pour continuer de vivre dans ce monde empli de tristesse. Lui qui a tout perdu, il y a de cela des années maintenant.

Aura-t-il la volonté de se battre pour sa vie ou abandonnera-t-il sans combattre ?

Il aurait souhaité avoir quelque chose ou quelqu’un à protéger, un endroit où se reposer dans les situations difficiles mais cela il l’avait perdu à tout jamais. Il ne voulait pas penser au passé mais il finit toujours par vous rattraper. Rongé par la douleur, il tenta péniblement de quitter le lit sans succès, la perte de sang l’avait privé de ses forces. Il n’avait plus d’autre option que de gentiment attendre que son état s’améliore. Allongé dans ce lit de paille, il maudissait le destin.




Edit Yuke: survie novembre validée.


avatar
Lekshey
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Masculin Age : 28
Messages : 26
Je suis : ???
Dans le RP
PAA : Lekshey
Peuple : Feu
Métier : Pêcheur
Situation : voyage

UE : 0
Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/t111-presentation-lekshey

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RPM]L'assassin

Message par MJ le 14/3/2012, 21:23

Les flamboyants


Genichi entama un mouvement de son art secret, mais la flamme naissante mourut entre ses mains, balayée par le coup de son adversaire, qu'il parvint à éviter de justesse. Malgré toutes ses tentatives pour garder ses ennemis à distance pour avoir le temps de former ses gestes, ceux-ci faisaient montre d'une agilité et d'une rapidité à toute épreuve. Lekshey en fit les frais en tentant de mettre au tapis son assaillant avec un moulinet de pêche au gros: le poids de Fumetsu le terrassa littéralement, lui faisant faire un tour complet sur lui-même, sans lui épargner le coup de pied au ventre à la fin. Dans un "kof" d'agonie, il tituba, mais son regard vitreux croisa la silhouette incertaine qui se découpait plus haut, près d'un feu. Après tout, ils étaient là pour la fille. Ils avaient bravé tous les dangers pour la secourir des mains de ces bandits, et même pas mangé depuis au moins une demi-journée. A cette pensée, Lekshey sentit son estomac se crisper en un râle significatif, qui lui fit relativiser sur sa situation actuelle. Le parfum enivrant du repas qui planait dans l'air était sans aucun doute la ruse la plus perfide de ses adversaires pour les déstabiliser. Ce qu'ils ne savaient pas, c'est qu'il avait déjà jeûné toute une journée entière - faute de prise... quel jour affreux cela avait été! - et que jamais au grand jamais il ne laisserait une telle chose se reproduire. C'est fort de cette nouvelle rage au ventre qu'il entama une percée violente dans le rangs ennemis. Écrasant herbes et brindilles sur son chemin, il repoussa avec ferveur les forces interposées entre lui et sa promesse de bol d'unadon. A sa grande surprise, le stratagème fonctionna, bien que le contact lui parut anormalement malléable dans ses premiers instants. Basculant par dessus son opposant culbuté, il se rapprocha de deux bon mètres de son objectif avant de tomber dans une embuscade ennemie deux fois supérieure en nombre. Submergé, il n'eut d'autre choix que de se faire capturer, non sans conserver dignement son emprise souveraine sur Fumetsu. Dans le même temps, Genichi, encerclé par les renforts, lâcha son arme, un sabre courbe à portée de sa gorge. Même après sa reddition, le tranchant s'en rapprocha jusqu'à l'effleurer dangereusement.

- Comment oses-tu revenir?!


Avec surprise, Lekshey constata que la voix était féminine, et empreinte d'un courroux clairement adressé à l'égard de son allié. La femme intensifia volontairement la menace de son arme, forçant Genichi à lever la tête, s'exposant encore plus.

- Aucun homme n'est toléré ici...

Elle retira son arme, et donna un coup sans retenue, avant de s'approcher à grands pas de Lekshey. Son regard fauve le transperça de son intensité.

- Que faites-vous ici, étranger?

Le jeune pêcheur tenta la résistance par le silence, aussitôt contrecarrée par son interlocutrice:

- Parle!

Un poignard vint se pointer droit sur le cœur de Genichi. Lekshey, contraint et forcé, céda:

- Nous sommes venus pour la jeune fille du village.

La femme haussa le menton, le détaillant avec nervosité. Puis elle se tourna vers le guerrier, employant une langue inconnue de Lekshey, à nouveau sur son ton courroucé:

- Gene, uqe fetias vuos cii?

Leur prisonnier répondit sous la menace du poignard:

- Tse'c ilu... Li éatit veca el cseshaur. Li ptore enu riuleqe...

La femme reporta son attention sur la main de Lekshey, qui tenait toujours fermement Fumetsu. Elle s'attarda dessus un instant, avec de s'approcher de son visage pour le dévisager. Le soleil couchant se refléta un court instant dans ses prunelles fauves, provoquant un drôle d'effet au jeune pêcheur, qui s'en détourna. Puis, elle fit volte face et lança d'une voix sèche:

- Zalle chrecehr el cseshaur, te anemez sel àl huat!

Plusieurs de leurs tortionnaires se dispersèrent, tandis qu'on les amenait en haut du campement, probablement pour les ligoter auprès de la jeune fille qu'ils avaient aperçue avant leur attaque infructueuse. Lekshey, pourtant encore plongé dans une affaire qui le dépassait, ne désespérait pas: il avait toujours Fumetsu, rien n'était perdu. Et puis, à quoi bon, si son heure était venue... Au moins, il aurait fait tout son possible. Même ce regretté Huang Shu aurait été impressionné. Enfin, probablement...
Leurs détractrices - car oui, leurs ennemies étaient en fait uniquement des femmes (d'où la sensation bizarre lors de... heu... enfin bref) - les jetèrent à bas devant ce qui semblait être la tente de leur chef, à flanc de falaise. Non loin de là, la lueur de torches illuminaient une grande faille qui s'enfonçait dans les profondeurs de la terre.
Lekshey s'apprêtait à invectiver son compagnon d'infortune, mais l'arrivée d'invitées de marque le coupa dans son élan. Alors que le crépuscule laissait place à la nuit, deux ombres s'avançaient vers la sortie de la faille, l'une nettement plus petite que l'autre. Comme une seule femme, tous les membres du campement mystérieux mirent genou à terre, et forcèrent les prisonniers à baisser la tête. Un long silence électrique s'ensuivit, que le pêcheur employa à relever imperceptiblement les yeux. Une jeune fille, qui ne devait pas avoir plus de 15 printemps, se tenait péniblement devant l'assemblée, couverte de sueur et de dessins d'ocres rouges et orangés. Ses pupilles dilatées et son regard vague laissaient penser qu'elle avait été droguée. Derrière elle, une femme altière, portant une coiffe cérémonielle, croisa un court instant le regard de Lekshey. Le contact bref suffit pour lui faire fermer les yeux, secoué d'un frisson d'effroi.

- Sem soures... Nuos anvos enu nulevole prami nuos. Nos mon tes "Etsu".
- Bienvenue, Etsu... entonnèrent les femmes en chœur.

A ces mots, Lekshey releva la tête. C'était elle! Mais on la lui rabaissa de force. La maîtresse de cérémonie ordonna:

- Zalle al praréper solen al cumotue...

Avec déférence, plusieurs femmes vinrent soutenir la jeune fille chancelante en l'emmenant vers une tente. Lekshey se débattit:

- Que lui avez-vous fait? Qu'est-ce qu'il se passe ici?!
- Silence!

La femme à la coiffe tempêta contre celle qui les avait fait mener ici:

- Que font ces hommes ici, Bajji!?
- Je...
- Tse'c am futae, Yokohime.

Tous les regards se tournèrent vers la source de l'intrusion. Furieuse, la femme lui jeta un regard qui en disait plus long que tout un parchemin.

- C'est la seconde fois que tu nous interromps aujourd'hui, Genichi. Tu connais nos lois...
- Oui, Yokohime. Je vous demande pardon.
- Comment oses-t...

L'une des femmes allait le frapper à nouveau, mais la "prêtresse" l'arrêta:

- Patience, Ieshina. Genichi sera puni pour cela. Je suppose qu'il a une bonne raison d'avoir enfreint nos règles.

A contrecoeur, les femmes relâchèrent les membres du guerrier, le laissant libre de s'exprimer. Lekshey ne saisit pas la plupart de ce qui se dit, mais à de nombreuses reprises, Genichi le pointa du doigt. Les sourcils du pêcheur ne cessèrent de se durcir à chaque itération de l'échange. Son "compagnon", même s'il ne semblait pas en position de force, lui avait menti. Restait à savoir pourquoi, et quelles conséquences cela entrainerait. Lekshey sentait son repas s'échapper à grand pas, ce qui n'était pas du tout du goût de sa panse. Prêt à exploser, il ouvrit la bouche pour laisser sortir son mécontentement, quand on daigna finalement l'interrompre dans son si noble élan.

- Que cherches-tu dans ces contrées, étranger?
- h... q... Moi? manqua-t-il de s'étrangler avant de se reprendre. Je suis venu sauver cette pauvre fille que vous avez enlevée!
- Enlevée? Qui vous a dit cela?
- Ses parents... Et n'essayez pas de m'embrouiller, j'ai déjà eu mon content de tromperies pour aujourd'hui!

Les regards se tournèrent vers Genichi, qui fit une grimace. La prêtresse répliqua:

- Quel est cet objet que tu tiens dans ta main?

Lekshey regarda Fumetsu, surpris que quelqu'un s'intéresse à son outil.

- C'est Fumetsu, MA canne.

La femme s'approcha de lui, scrutant l'objet comme s'il était d'une importance capitale. A la voir faire, on aurait presque dit qu'elle avait un lien de parenté avec le vieux Zhi Jin.

- Elle te sert à pêcher? Rien... d'autre?

Cela devenait de plus en plus étrange. Tout l'était depuis qu'il était arrivé à Hiiko. Non, même avant en fait.

- Ne sous-estimez pas le pouvoir des cannes à pêches! Fumetsu peut pourfendre la créature la plus puissante des profondeurs et l'expédier directement à la casserole!

La femme le regarda avec une expression bizarre, avant de reculer, et de demander à Genichi, à voix basse:

- Il est... toujours comme ça?

Genichi haussa les épaules d'un air entendu. Lekshey fronça les sourcils. Ils croyaient qu'il ne les entendait pas, là?...
La prêtresse discuta un moment avec sa subordonnée et Genichi, avant de statuer:

- Quel est ton nom, étranger?
- Lekshey... répondit ce dernier avec méfiance.
- Et bien, Lekshey, je te demande de pardonner à Genichi de t'avoir menti et d'avoir monté tout cet imbroglio pour te confondre. Il devait s'assurer que tu ne représentais pas une menace. Sois rassuré, il ne te sera fait plus aucun mal. Quant à Etsu: tu peux repartir sans crainte, elle rentrera à Hiiko demain soir. Jusque là, Genichi veillera à t'y raccompagner et à te traiter comme un invité. Il t'expliquera en chemin les raisons de ses actes.

Lekshey, dépité, baissa les épaules. Tout ça pour ça??... Heureusement, le repas allait...

- Malheureusement, aucun homme ne peut rester ici cette nuit. Quittez ces bois au plus vite. Et... Cette fois-ci, Genichi, je t'interdis de revenir, peu importe la raison!
- Bien, Yokohime...
- Maintenant, partez!

Nooooon!!! Non seulement il n'y aurait pas de repas... Mais en plus... Il fallait dévaler toute la montagne! Lekshey allait protester, mais l'expression des femmes l'en dissuada. Lui et Genichi détalèrent aussi vite que leurs permettaient leurs deux jambes.



************************************************


- Qui sont ces femmes, au juste? Que faisaient-elle à Etsu?
- Etsu est une Kitsune, comme toutes les femmes que tu as vu.
- Une Kitsune? Une femme-renard? Comme celles des contes?

Genichi rit devant l'incrédulité de Lekshey, avant d'expliquer:

- Elle n'a pas été capturée par le clan, c'est elle qui les a appelées. Etsu a subi un rituel de révélation, qui la désigne comme une sorte de soeur de toutes les autres Kitsune. Après cela, son rôle et son don lui sera révélé elle pourra choisir de les suivre, ou de vivre sa propre vie.
- Elles ont vraiment des pouvoirs? Dans leurs yeux, j'ai senti...
- Comme disent les légendes, il vaut mieux éviter de regarder une Kitsune dans les yeux trop longtemps, dit-il sur le ton de la plaisanterie. Elle pourrait t'ensorceler, ou te consumer dans les flammes. Ou les deux, va savoir.

Lekshey s'autorisa un sourire dans la pénombre de la nuit. Même si Genichi ne lui inspirait plus totalement confiance, il émanait de lui une sympathie et une jovialité contagieuse, à laquelle il était difficile de résister.

- Et toi, tu fais partie de leur clan, ou tu les sers?
- Hmm... Un peu des deux, je dirais. Elles m'ont tiré d'un très mauvais pas, il y a de cela quelque temps. Depuis, elles me laissent les accompagner. J'ai mon utilité pour certaines... tâches. Mais comme tu as pu le voir, je reste au fond un "mâle" indésirable lors des grandes occasions.
- ... Il y en a d'autres, comme toi?
- Il y a avait un, au début, puis il a dû partir.
- Que s'est-il passé?
- Je ne sais pas. Les Kitsune nous laissait rarement ensemble, et il n'était pas très bavard. Il m'a juste appris leurs règles...

La pente devenait moins ardue, leur permettant enfin de marcher plus librement.

- Qui sont?
- Ne pas être trop curieux, par exemple, répliqua-t-il avec enjouement.

Lekshey ricocha, pour éviter le sujet sensible:

- Que faisais-tu, quand je t'ai rencontré?
- Yokohime m'a demandé de surveiller les environs, pour... leur sécurité.
- Tout seul?
- Non... Jabbat et Kondu me prêtaient main forte.
- Drôle de noms...

Genichi rit à nouveau.

- Pour des humains, ça l'aurait été effectivement. Ce sont des terrenards.

Il s'arrêta, et siffla entre ses doigts. Après quelques secondes, un bruit inquiétant s'éleva en se rapprochant, jusqu'à ce que deux ombres colossales jaillissent de la végétation en se jetant littéralement sur Genichi, le renversant sous un torrent de langues baveuses. Malgré ces débordements de tendresse, Lekshey resta tétanisé, reconnaissant les monstres horribles qui l'avaient attaqué durant son périple ô combien périlleux.

- Les... les Momo.. les momomo...
- Tout va bien. Voici Jabbat...

Il secoua la mâchoire clinquante du plus gros.

- ... et Kondu. Ils ne te feront aucun mal, et ne t'en ont d'ailleurs fait aucun. Tu leur as fait plutôt peur, lors de votre rencontre.
- Tu rigoles? Ils m'ont à moitié dévoré!
- Ca ne risque pas. Ils sont herbivores... C'est juste qu'en cas de danger, ils déclenchent des hallucinations chez ceux qui les approchent. Une sorte de réaction de défense.
- Une illusion?
- Je suppose que tu as cru qu'ils te mordaient. Regarde aux emplacement des morsures.

Lekshey s'exécuta, et passa sa main pour s'en assurer. Il n'y avait rien hormis quelques bleus.

- Ca alors... J'aurais juré...
- Viens les carresser, ça ne risque rien...
- Non, non, je préfère pas, répondit-il en reculant par réflexe.

Les deux grands animaux au poil roux et abondant se mirent à les suivre, poussant joyeusement Genichi de leur museaux.

- Je me disais bien que ce genre de bête ne vivait pas dans cette région. D'où viennent-elles?
- Je ne sais pas vraiment. Les Kitsune les suivent et les considèrent comme des animaux sacrés. La légende dit que ce sont eux qui ont éveillé les dons des premières Kitsune. Et ce sont encore eux qui donnent leur nom au clan, grâce à leur fourrure. Le clan des flamboyants... C'est ainsi que la plupart des gens qui nous croisent nous appelle. Et personne ne les contredit, pour garder la nature de la troupe plus ou moins secrète.

Lekshey resta pensif un moment, ressassant ce qu'il venait d'apprendre. Les lueurs de Hiiko se dessinnaient au loin, réveillant les affres de son estomac tourmenté. Bientôt un bon repas et un lit. L'extase!

- Quelle va être la sentence des Kitsune pour avoir perturbé leur cérémonie?
- Oh... ça... Je suppose que ça vaut une expulsion...
- ... Pourquoi voulais-tu m'amener là-bas, au risque de payer un si lourd tribut?

Le temps que mit Genichi à répondre mit la puce à l'oreille de Lekshey:

- Certaines... Kitsune sont fatiguées d'errer et de toujours se cacher. Plusieurs d'entre elles voudraient retourner à la terre de leurs ancêtres et s'y établir à nouveau.
- Mais...?
- Mais elles ne savent plus où cela se trouve.
- Ah. C'est embêtant, en effet. Et le rapport avec moi?
- Ta "canne"... Elle dégage une énergie mystérieuse. Elle pourrait bien receler un pouvoir qui pourrait aider les Kitsune à retrouver leur chemin.
- Comment ça?
- Yokohime dit que leurs ancêtres étaient autrefois un grand peuple, qui possédait de grandes connaissances. Aujourd'hui, ces connaissances se sont éparpillées dans des clans comme celui des flamboyants, et parfois même perdues. Certains membres du peuple pouvaient retrouver des choses cachées ou perdues, grâce à des objet tel que celui que tu portes sur toi. Enfin, si mes suppositions s'avèrent fondées.
- ...
- Yokohime ne me croit pas, mais tu pourrais bien faire partie d'une lignée de cet ancien peuple. Et peut-être que cette canne qui t'as été léguée est plus qu'une simple canne. Je l'espère de tout coeur, en tout cas.
- Les Kitsune pourraient savoir ce genre de choses sur moi?
- ... Si vous faites effetivement partie du même peuple, elle le sauront, oui. Peut-être même pourront-elle te restituer une partie des connaissances sur cet objet, et t'apprendre à manier son véritable pouvoir. Rien n'est sûr. Et puis, encore faut-il que tu acceptes de les aider. Personne ne te forcera la main.

Ils arrivaient sur les abords d'Hiiko. La lueur de la lune éclairait leurs pas fatigués, promesse d'un sommeil réparateur. Demain, Lekshey irait récupérer sa récompense, et choisirait ce qu'il ferait ensuite. Le reste du clan des flamboyants arriverait en ville le lendemain. Peut-être que ses mystérieuses Kitsune et leurs terrenards étaient bien réels. Peut-être que le vieux Zhi Jin avait fait exprès de le suivre jusqu'ici. Peut-être que Fumetsu était bel et bien la canne ultime.
Toute cette affaire pouvait lui être rudement utile pour affronter le Baioretto et terminer sa quête légendaire du poisson doré. Avoir les Kitsune et Genichi comme alliés. Et un bento double couche avec de la sauce miso et des boulettes. Et un lit moelleuuuux

Gaaaah...

Demain. Demain il déciderait.

Spoiler:
Voilà. Désolé de l'attente, j'espère que la quantité comblera la chose, et que le contenu te plaira autant qu'il m'a plu à le rédiger.
En tant que spécialiste des pâtés super-compliqués-qu'après-on-sait-pas-quoi-répondre, je ne saurai que t'exhorter à me harceler de MP ou sur skype pour avoir des précisions si besoin est, préparer ton post, avoir des pistes.
Penses-tu, j'étais inspiré, donc j'ai projeté des choses éventuelles que tu pourrais faire plus tard (si la tournure des événements te plait). Sur tes origines, Fumetsu, etc etc.
Tout cela t'impliquant naturellement dans l'intrigue officielle du forum. Bref, à toi de voir si tu veux prendre la perche ou pas =P.
Voualaaaaa =D

PS: au cas où... La légende des Kitsune est une légende existante. Si tu la connais pas, tu peux aller te renseigner un peu pour voir de quoi il retourne =) (même si la version de TLA sera différente).



Auteur: Yuke


Ce compte est géré par les MJ et les Coordinateurs du forum. Ne pas envoyer de MP.
Pour en savoir plus sur son fonctionnement, consultez le tuto "Interventions MJ" du Synopsis.
Si vous ne souhaitez pas que que "MJ" intervienne dans vos RP, signalez-le comme indiqué dans le tuto.
Le MJ qui vient de poster ce post a signé son message en bas à droite.
avatar
MJ
Yang Tao Chi
Yang Tao Chi

IRL
Messages : 25
Dans le RP
Situation : voyage

UE : 854312541
UEM : 0

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RPM]L'assassin

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum