Derniers sujets
» k€k€lAnd PaRaDaïZ
24/7/2017, 22:50 par 

» [Musique] J'écoute...
11/6/2017, 11:21 par 

» Je relance de dix (ans) !
13/10/2016, 14:44 par Dagniir

» [Spoilers] Discu TLO Korra
14/11/2014, 21:39 par Kestrel

» [project] Xmas 2012 gift exchange
2/12/2012, 14:55 par Shu Lien

» [Projet] Fusion avec "Avatar, la leggenda di Aang & Korra"
19/11/2012, 13:07 par Lessie

» Gel du forum
18/11/2012, 15:51 par 

» Défis d'écriture... en musique
14/11/2012, 21:59 par AvatarAang

» BONJOUR
14/11/2012, 13:53 par Kestrel

» Topsites Anonymes
6/11/2012, 19:43 par Kestrel


[RPM] Les Charmes de la Musique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[RPM] Les Charmes de la Musique

Message par Juna le 6/1/2011, 21:01

Chidori et Yasuko avaient marché longtemps afin d’atteindre de Ni Mong. Non loin des portes de la fameuse cité, la jeune fille blonde s’arrêta un instant, perplexe. Elle regarda la femme qui était bien plus qu’une domestique pour elle et la fixa. Cette dernière comprit aussitôt. Elle poussa un long soupire et demanda à son élève :

- Qu’est-ce qui te tracasse ?
Chidori hésita à répondre. Elle se mit à scruter le ciel de ses yeux verts. Elle choisit un nuage parmi ceux qui tâchaient le ciel et le suivit du regard quelques instants. Elle répondit une fois que le nuage se soit beaucoup éloigné :
- J’ai peur d’être seule.
- Te sens-tu abandonnée ? interrogea alors Yasuko.
- Un peu, murmura la jeune fille.

Puis elle plongea de nouveau son regard dans celui de son maître. Elle le soutint un moment. Elle se demandait ce qu’elle ressentait exactement et ce qu’elle aurait dû ressentir à ce moment, au moment où elle allait s’aventurer dans un endroit totalement inconnu. Après tout, elle n’avait jamais vécu ailleurs que dans la maison de ses parents dont elle n’avait jamais quitté les alentours. Elle n’était pas tout à fait prête pour un changement aussi brusque. Un silence pesant s’installa entre les deux jeunes femmes. La plus âgée le brisa après hésitation, elle avait une idée.

- Tu sais, tu n’es pas obligée d’aller à Ni Mong.
- Ah oui ? questionna Chidori surprise et intéressée.
- Tu n’as pas de capacité particulière en dehors de ta maîtrise. Tu ne connais pas cette cité et je n’ai pas spécialement envie de t’abandonner dans un lieu comme celui-ci, où je ne connais plus personne. Justement, je connais quelqu’un qui pourrait t’héberger et qui maîtrise lui-même l’air, expliqua Yasuko.

Après avoir prononcé ces mots, Yasuko remarqua que le regard de sa protégée s’illuminait tel le ciel d’une nuit sans nuages. Maintenant qu’elle était rassurée, Chidori pétillait, bouillonnait d’excitation à l’idée de voir ce qui allait encore lui arrivait. C’était un des seules fois de sa vie où elle ressentait réellement de l’impatience et elle était loin d’imaginer combien de fois encore elle allait pouvoir ressentir cette sensation. Ensuite Yasuko lui expliqua qui était cette personne qui redonnait tant d’espoir à la jeune fille. C’était le frère cadet de la domestique, elle avait communiqué par écrit avec lui pendant tout son service dans la famille de Chidori. Elle appréhendait tout de même un peu ces retrouvailles ; son frère, relativement frivole, s’était juré de ne plus jamais courir après une fille avant de rencontrer celle qui lui corresponde vraiment suite à une fâcheuse mésaventure. Dans sa description, il apparaissait comme un artiste un peu déluré mais très sensible. Bref, un artiste en somme. Il maîtrisait l’air d’une manière très peu ordinaire mais Yasuko refusa d’en parler davantage à la jeune fille qui découvrirait par le garçon ce dont il s’agissait réellement, laissant la blonde sur sa faim.

Pour atteindre la frêle cabane, il fallait emprunter des chemins détournés. Les routes étaient presque impraticables. Pour la trouver par hasard, il aurait fallu se perdre ou être un traqueur enragé. Finalement, après une petite heure de marche, due à la difficulté du terrain, les deux jeunes femmes arrièrent à l’orée d’un bois. Il y avait également un étang où plusieurs animaux venaient s’abreuver. Enfin, longeant cet étang, elles aperçurent la fameuse construction de bois. Là, adossé à son habitation, un jeune homme les remarqua mais ne broncha pas. Il les laissa arriver jusqu’à lui sans rien dire. Puis quand Yasuko susurra son nom, il ne put continuer à ignorer les deux présences féminines et accueillit machinalement sa sœur sans ses bras. Il ne disait rien mais il ne cessait de resserrer l’étreinte de la jeune femme, à présent en pleur. Pendant ce temps, Chidori ne savait plus réellement où se mettre. Elle s’approcha alors de l’étendue bleutée, s’accroupit et trempa légèrement ses doigts dans l’eau qui s’avéra relativement fraîche. Mais cette douceur froide lui fit du bien, au fond. Elle regarda ensuite l’horizon et se rendit compte en fait que la marre était totalement entourée par la forêt de sapins qui s’étendaient à perte de vue. C’était un paysage qui lui plaisait tout particulièrement. Une fois les retrouvailles terminées, Yasuko rappela sa jeune élève et la présenta à son frère. Ainsi la blonde apprit que cet individu se nommait Yoshiteru [= justice en jap. Selon wikipédia]. Chidori fut surprise de voir un regard aussi vert et pénétrant que le sien. Sa chevelure châtain ondulait légèrement. Il était un peu plus grand que Chidori mais seulement d’une dizaine de centimètres. Il était fin et habillé de façon négligée. La jeune fille se demanda alors si elle arriverait à vivre avec lui. Enfin bon, c’était son option la moins effrayante pour continuer à vivre.

Yasuko prit l’initiative de détailler toute la situation à son frère qui tourna alternativement la tête vers sa sœur puis vers la maîtresse de l’air, qui regardait paisiblement le paysage qui s’offrait à elle. Elle était complètement absorbée. Pour la tirer de sa rêverie, Yoshiteru dit simplement à la blonde :

- Alors, il paraît que tu as tué un homme.
- Il paraît, murmura Chidori en guise de réponse.
- Intéressant et tu veux peut-être en savoir un peu plus sur le métier que je pourrais t’enseigner ?
- Oui, j’aimerai bien, dit soudainement la jeune fille plus convaincue en regardant enfin le jeune homme.
- Je suis flutiste. Je ne suis pas spécialement musicien mais j’envoute les gens grâce à ma mélodie émise par l’instrument, expliqua-t-il.
- Tu t’en sers comme arme en fait, conclus Chidori.
- Oui, mais c’est une arme qui fonctionne avec la maîtrise de l’air, dit-il avec un sourire plein de malice.

Quand il prononça ces mots, le regard de la jeune fille s’illumina. Une arme qui fonctionnait avec l’air sans être vraiment dangereuse ? Elle n’en croyait pas ses oreilles. Elle trouvait ça fantastique, presque inimaginable. Soudain le garçon se redressa et annonça qu’il allait faire une démonstration pour lui prouver l’existence de son pouvoir. Il sortit un petit instrument de nulle part et se mit à jouer. Aussitôt Chidori ne maîtrisait plus aucun de ses mouvements. Elle se mit à gesticuler avec de drôles de mouvements, puis elle s’arrêta. Net. Elle fut ébahie et aussi effrayée par ce qu’il venait de se produire. A l’instant même où la démonstration fut terminée, la première chose qu’elle se dit fut : « je dois trouver un moyen de contrer cette technique ». Elle planta alors son regard dans celui de l’ homme qui allait être son nouveau professeur. Ses deux émeraudes lançaient un regard de défi.


Edit Kess: survie de janvier ok.


Dernière édition par Juna le 23/2/2011, 13:37, édité 1 fois
avatar
Juna
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Féminin Age : 23
Messages : 21
Je suis : un pokémon
Dans le RP
Métier : Flûtiste
Situation : voyage

UE : 0
Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/personnages-f49/chidori-la-fille-aux-oiseaux-t146.htm#1433

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RPM] Les Charmes de la Musique

Message par Juna le 22/2/2011, 22:56

Cela faisait à présent quelques jours que Yasuko était partie, laissant seule la pauvre Chidori avec son frère qui s’avéra être un maître impitoyable. Dès le lendemain du jour de leur rencontre, il insista pour commencer l’entraînement, qu’il qualifiait déjà de trivial. La première étape consistait à créer sa propre flûte. La jeune fille était bien embêtée car elle ne savait absolument pas comment s’y prendre, ayant toujours été un peu hermétique à l’apprentissage de la musique. Le nouveau professeur assurait qu’il lui apprendrait comment et où tailler le bois pour fabriquer l’instrument dont elle aurait besoin car il ne pouvait interférer dans la création de sa propre flûte. C’est ce qui faisait la force de l’objet, son authenticité, et le fait qu’elle n’ai été conçue par une seule paire de mains. Jamais personne d’autre que son propriétaire ne devait jouer de cette flûte sinon elle perdrait toute sa valeur et devait être annihilée. A ce moment, Chidori lui demanda combien de flûtes Yoshiteru avait eu jusque là. Apparemment il en avait crée plusieurs à partir du même bois mais il ne jouait qu’avec une seule. C’était juste des flûtes au cas où la première se briserait, techniquement elles faisaient le même son que sa favorite. Mais on entendait clairement dans sa voix tout ce que représentait cette première flûte pour lui.

Pour poursuivre son début d’explication, Yoshiteru insista pour qu’ils se rendent à proximité de la forêt. Là, ils pourraient trouver du bois de bonne qualité. Le voyage n’était pas très long, la cabane se situant dans une clairière. Mais pour accéder à l’endroit où la plus grande variété de bois existait, il fallait s’aventurer un peu entre les arbres. Là, le jeune homme prit une branche assez épaisse et assez sombre puis commença à passer ses doigts dessus comme s’il la caressait. Il ferma les yeux et une douce brise souffla. Quelques instants plus tard il tendit la même branche à Chidori et lui demanda reproduire ce qu’il venait de faire. Ainsi la jeune fille passa donc délicatement ses doigts dessus mais rien ne se passa ensuite. Yoshiteru soupira et dit qu’il fallait continuer la route. La blonde ne comprit pas toute la situation mais obéit, docile. Elle n’aimait pas trop ce comportement mais elle était résignée. Ils marchèrent une quinzaine de minutes et se retrouvèrent dans un endroit où l’écorce était plutôt d’une couleur marron. Il lui demanda de réitérer le procédé mais l’expérience se solda apparemment encore d’un échec. Il soupira. Chidori agacée par son attitude blasée lui demanda :

- Qu’est-ce tout cela signifie enfin ?
- Tu n’entends pas le vent chanter. Rétorqua-t-il sèchement.
- Plait-il ? dit aussitôt la jeune fille.
- Tu n’entends pas le vent chanter ! C’est bien de la musique que tu fais avec une flûte et avec ta technique de maître de l’air tu dois pouvoir entendre la mélodie du vent lorsque tu touches le bois. Il te faut trouver le « bon » bois. Celui avec lequel ton âme réagit et cette recherche m’ennuie déjà. Mais sache que c’est une des étapes les plus longues de ton apprentissage. Seuls les chanceux découvrent tout de suite leur bois.
- Certes et bien poursuivons, peut-être que nous trouverons aujourd’hui mais si on s’arrête pur discuter, ce sera forcément plus long.

Yoshiteru sourit et acquiesça. Il aimait son état d’esprit. Ils poursuivirent donc jusqu’à la tombée de la nuit. Le jeune homme connaissait le danger mais il voyait la détermination de la jeune fille et ne voulait pas risquer de contredire cette fille, pour le moment. Ils cherchaient activement mais ne trouvaient rien. Tout cela était égal à Chidori, elle savait qu’elle trouverait.

Finalement, ils arrivèrent dans un endroit très éloigné de leur habitation. Ils ne devaient plus trop tarder. Elle insista pour un dernier essai. Le bois, ici, était blanc. Cette couleur interpellait beaucoup la jeune fille. Comment du bois pouvait être blanc ? Son interrogation fut de courte durée. Elle ne trouvait pas de bout de bois par terre. Elle avait la conviction que ce serait celui-là. Elle était attirée par la couleur qui se voyait parfaitement même dans l’obscurité. Elle s’approcha alors d’un tronc et l’effleura de sa main. Le tronc était maigre, c’était celui d’un jeune arbre. Il n’était d’ailleurs ni très feuillu ni très grand. Soudain une rafale de vent déferla sur la forêt. Mais Chidori ne la ressentit même pas, elle entendait quelque chose. Elle écoutait une musique. Un air qui lui était familier, comme si elle l’avait toujours connu. Une ritournelle cachée au plus profond de son esprit qui n’avait attendu que ce moment où elle était plus proche que jamais de son élément pour sortir effleurer ses oreilles de sa douceur. Quand la jeune fille sortit de sa transe, elle affichait un sourire vainqueur. Mais elle ne fut pas rassurée par son maître. En effet celui-ci, bien que content pour la jeune fille, paraissait inquiet. Il s’approcha à vive allure d’elle et lui intima de garder le silence. Ils n’étaient visiblement pas seuls. Il fallait quand même prendre un morceau de bois pour qu’elle puisse entreprendre la réalisation de sa flûte. Il sortit alors la sienne de sa manche et monta dans un arbre proche afin de voir qui était le prédateur. L’obscurité ne permettait pas de distinguer la forme ou l’espèce mais ce n’était assurément pas un homme. Il commença alors à jouer une mélodie apaisante et calme, comme une berceuse. Ensuite il ordonna à la jeune fille de se saisir d’une des branches de l’arbre qu’elle avait touché et de le suivre. La bête sembla s’endormir mais on ne savait pas pour combien de temps. Puis ils s’enfuirent à une vitesse incomparable, tels des voleurs. Malheureusement, ils entendirent la bête se réveiller et s’élancer à leur poursuite entre les arbres. Tantôt ils montaient sur les troncs, tantôt ils s’agrippaient aux branches. Il fallait simplement échapper à l’animal qui ne semblait pas apprécier qu’on occupe son territoire. Finalement, essoufflés, ils sortirent de la forêt et arrivèrent à la clairière où trônait fièrement la petite cabane qui leur apparurent telle une forteresse de la plus haute sécurité. L’animal refusa de sortir de la forêt, ayant réussi sa mission en chassant les intrus de son territoire.

Ils se regardèrent un instant, puis éclatèrent de rire soudainement. Comme ils n’avaient pas encore reprit totalement leur souffle, leur hilarité leur fit mal aux côtes. Mais peu importait. Ils étaient sains et saufs. En outre, ils avaient le bois qui leur permettraient de continuer l’entraînement. Ils se dirigèrent plus doucement vers la petite maison car ils avaient bien mériter un peu de repos. Pendant la nuit, Chidori eut tout de même un temps de réflexion afin de s’abandonner un sommeil. D’où venait cette musique ? Etait-ce réellement le bois ou le vent qui avait chanté ou était-ce une pure imagination de son esprit ? Elle ne savait pas. Elle restait perplexe devant les évènements de la journée. Elle se dit simplement qu’elle se posait trop de questions et qu’ils étaient temps pour elle de s’endormir car les prochains jours n’aillait pas être reposants.





Edit Yuke: survie février ok.
avatar
Juna
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Féminin Age : 23
Messages : 21
Je suis : un pokémon
Dans le RP
Métier : Flûtiste
Situation : voyage

UE : 0
Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/personnages-f49/chidori-la-fille-aux-oiseaux-t146.htm#1433

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RPM] Les Charmes de la Musique

Message par Juna le 30/3/2011, 20:02

Le jour qui suivit la recherche du bois, Chidori s’éveilla lentement. Elle avait entendu la même ritournelle toute la nuit, en rêve. Elle qui n’était guère mélomane, commençait à la connaître presque par cœur. Mais elle ne s’en lassait pas pour autant. Elle pouvait l’entendre encore et encore, cette douce mélodie ne perdait pas son charme. Elle imprégnait son esprit et l’accompagnerait toute sa vie. Soudain elle fut brutalement sortie de ses pensées par son maître qui désirait qu’elle se dépêche un petit peu. La journée risquait encore une fois d’être longue.

Une fois prête à l’entraînement, la jeune fille sortit de la cabane pour découvrir Yoshiteru allongé dans l’herbe, une brindille coincée entre les dents. Chidori poussa un soupire ce qui provoqua l’apparition d’un sourire amusé chez le jeune homme. Le contraste entre le caractère de deux individus sautait aux yeux, malgré leur condition similaire. Puis le garçon se leva subitement et demanda à la blonde de le suivre pour passer à la suite de l’entraînement. Cette dernière devint tout de suite plus enthousiaste et attentive. Le principe était simple, maintenant qu’elle avait le bois, il fallait apprendre à la tailler. Elle ne devait pas tout de suite utiliser « son » bois au risque de créer une flûte imparfaite qui ne serait pas une arme optimale. Il fallait d’abord réussir à donner à une branche la forme désirée. Et ça ne s’apprend pas en un jour. La détermination de Chidori ne faiblit pas pour autant. Elle voulait y arriver et savait qu’elle pouvait le faire. Sa persévérance ravit Yoshiteru qui prit une branche par terre qu’il coupa en deux moitiés à peu près égales. Il donna un bout à son élève et garda l’autre. Le diamètre était équivalent à quatre centimètres et la longueur à une vingtaine de centimètres. Il sortit alors une dague de nulle part et donna quelques entailles de chaque côté de la branche. Le travail fini, ce n’était plus une vulgaire branche mais une magnifique statuette représentant … Yasuko. Faire trop de détails était irréalisable la taille du morceau mais on la reconnaissait à sa longue chevelure et son air sage. Soudain le jeune homme lança la dague et un ordre à Chidori :

- Attrape !
- Mais ça ne va pas la tête ! cria la jeune fille en saisissant la lame entre son index et son majeur de façon tout à fait naturelle, tu aurais pu me blesser !
- Mais je ne l’ai pas fait, tu as de bons réflexes, dit-il d’un air taquin.

La jeune fille soupira encore. Il était inconscient … ou c’était peut-être ce qu’il voulait lui faire croire. Elle osa lui demander ce qu’elle devait faire avec le petit couteau. La réponse fut brève : ce qu’elle pouvait à partir du moment où ça serait identifiable. Chidori réfléchit alors à quelque chose qui ne soit pas trop complexe à reproduire. Il fallait quelque chose de long et peu épais. Elle regarda autour d’elle et imagina de faire un arbre, n’ayant pas vraiment envie de tailler un légume. Elle s’assit par terre et commença à observer les deux objets qu’elle tenait dans les mains sous tous les angles. Ce ne serait pas une mince à faire. Elle commença par enlever un peu d’épaisseur afin de dessiner le tronc et d’en laisser davantage pour le feuillage. Elle avait l’impression d’éplucher une courge. L’écorce était dure et elle se coupa à plusieurs reprises avec la lame qui était très affutée. Au bout d’une heure et demi, elle avait trop mal pour continuer sa création. Yoshiteru fit alors preuve de pitié pour la première fois de sa vie et lui reprit la dague et son œuvre. Il sourit et déclara :

- Tu as bien travaillé. Ça ne ressemble presque plus à une branche. On va s’occuper de tes plaies avant que ça s’infecte.
- Je n’ai pas mal, rétorqua la jeune fille. Et c’est un arbre !
- Tu ne sais pas mentir et ça se voit … un peu, se moqua le jeune homme.

Puis ils rentrèrent dans la cabane. Après que Yoshiteru a fini de s’occuper des blessures de la blonde, les mains de cette dernière étaient recouvertes de bandage. Elle ne prenait pas assez soin d’elle quand elle travaillait, c’était un de ses principaux défauts. Le jeune homme lui expliqua que c’était normal pour une première fois et qu’elle n’avait pas s’inquiéter. La plupart des gens ne persévéraient pas jusqu’au point d’avoir les mains ensanglantées et qu’elle arriverait à tailler sa flûte elle-même bientôt. Cela remonta un peu le moral de la jeune fille qui malgré le peu d’effort qu’elle avait fourni aujourd’hui se sentait fatiguée. Yoshiteru lui permit de se reposer le reste de la journée.

Comme aucun des deux jeunes ne voulaient perdre de temps, le jeune homme passe l’après-midi et le début de la soirée à expliquer sa manière de tailler le bois mais toutes les techniques divergeaient d’une personne à une autre alors la jeune fille ne devait pas la copier précisément. Il avait un telle dextérité qu’il pouvait transformer le bois à sa guise. Il réussit à dessiner de petits animaux à une vitesse inouïe. La jeune fille resta bouche bée. Son maitre lui assura alors que dans peu de temps elle serait capable de faire aussi bien.

Edit jerome Suivit de mars prélever =)
avatar
Juna
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Féminin Age : 23
Messages : 21
Je suis : un pokémon
Dans le RP
Métier : Flûtiste
Situation : voyage

UE : 0
Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/personnages-f49/chidori-la-fille-aux-oiseaux-t146.htm#1433

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RPM] Les Charmes de la Musique

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum