Derniers sujets
» k€k€lAnd PaRaDaïZ
19/6/2017, 15:28 par Ryūji

» [Musique] J'écoute...
11/6/2017, 11:21 par 

» Je relance de dix (ans) !
13/10/2016, 14:44 par Dagniir

» [Spoilers] Discu TLO Korra
14/11/2014, 21:39 par Kestrel

» [project] Xmas 2012 gift exchange
2/12/2012, 14:55 par Shu Lien

» [Projet] Fusion avec "Avatar, la leggenda di Aang & Korra"
19/11/2012, 13:07 par Lessie

» Gel du forum
18/11/2012, 15:51 par 

» Défis d'écriture... en musique
14/11/2012, 21:59 par AvatarAang

» BONJOUR
14/11/2012, 13:53 par Kestrel

» Topsites Anonymes
6/11/2012, 19:43 par Kestrel


[Bourgade] [RPM] [Insérer un titre ici]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Bourgade] [RPM] [Insérer un titre ici]

Message par Drake le 17/11/2010, 21:51

Drake observait distraitement l'agitation perceptible gagnant la taverne, accoudé sur sa table, une chopine devant lui et une carcasse de cerf à son côté. Après un bon moment en chasse, il en avait presque oublié le sens du mot «repos». Alors, il s'était décidé à prendre un congé bien mérité dans un endroit du coin, peu lui importait lequel tant qu'il y avait de l'animation. Et animation il y avait. Des bouffons s'amusaient à se lancer des épées aiguisées comme des rasoirs ou bien des torches totalement enflammées pour le plus grand bonheur des petits qui tentaient de les imiter tant bien que mal avec des bouts de bois trouvé par terre. De l'autre côté, un groupe de joueur s'était lancé dans une partie de carte effrénée mais dans le silence le plus total. Seules les exclamations exagérées des spectateurs quand l'un des joueurs posait son jeu ponctuait la partie. Un civet cuisait tranquillement dans l'âtre central et les clients se servaient selon leur bon vouloir. La bière était excellente et les tonneaux, malgré la soirée bien avancée, toujours approvisionnés pour satisfaire les plus grands buveurs. Un groupe de soldats posté dans un coin, bien que présent pour la sécurité avant tous, prenait par aux festivités, sans problèmes accueillis par les villageois. Tous le monde prenait du bon temps sauf une personne. Drake l'avait remarquée peu de temps après son arrivé. Quelqu'un assis seul ne riait pas, ne parlait pas, était là, simplement stoïque et observateur, le visage masqué sous une épaisse pèlerine rouge. Personne n'osait l'approcher comme s'il avait la peste et même les enfants se taisaient en passant devant lui. Ce personnage inquiétant avait à peine esquissé un seul mouvement pour verser un liquide brillant dans sa boisson avant de l'avaler d'une seule traite. Du reste de la soirée, il n'avait pas bougé et aucun habitant ne semblait s'en soucier. Tout juste serait-il parti qu'on ne s'en serait pas rendu compte. Un enfant s'approcha alors de Drake avec les yeux ronds et pointa l'animal mort :

-C'est quoi ?

-Ça ne se voit pas ? Répliqua Drake avec un sourire, C'est un cerf.

-C'est toi qui l'a tué ?

-Après une semaine de chasse, oui.

Le gamin le pressa à lui raconter comment il s'y était pris ce à quoi il fut forcé de répondre, d'autres enfants s'étant joint au premier pour entendre son histoire. Ainsi passa la soirée, au rythme des contes et des fanfaronnades alimentées par les pommes de terre cuites au four et à la boisson omniprésente.
Progressivement toutefois, l'activité décru, l'heure se rapprochant davantage du lever du soleil. Les adultes trop ivres ou trop fatigués, voire les deux, montèrent se coucher, accompagnant de ce fait leurs enfants, les troubadours s'en retournèrent dans leur caravane, et le patron ferma boutique. Le sombre inconnu se leva à son tour, révélant une carrure bossue et difforme, et marcha vers Drake qui s'apprêtait aussi à gagner sa chambre.

-Excusez moi brave homme, fit-il arrivé à son niveau, êtes vous chasseur ?

Sa voix était suave et presque féminine, mais il était difficile d'entendre son intonation tant il baissait la tête pour masquer son visage.

-Chasseur et en congé, répondit Drake, Vous vouliez acheter cette pièce ?

-En fait, j'aurais besoin de quelqu'un pour attraper une bête.

-De quelle genre ?

-Une sorte très importante pour moi. Mais si vous êtes en repos, je ne vais pas vous déranger plus longtemps.

Malgré tout, il resta sur place, sans trahir la moindre envie de partir. Pour ne pas paraître grossier, Drake dit :

-Et bien vous pouvez toujours aller voir en ville. Il y a probablement d'autres chasseurs compétents dans les environs.

-Bien sûr, susurra l'inconnu.

Et il fila à travers la porte de la taverne comme une ombre, englouti par les ténèbres de la nuit. Drake frissonna et emmena sa carcasse dans le sellier commun avant de monter dans sa chambre. Alors qu'il voulut régler son addition ainsi que sa nuitée, sa main balaya inutilement l'endroit où disposait d'ordinaire sa bourse. Disparue. Le cordon qui la reliait à sa ceinture avait été soigneusement coupé, preuve du travail d'un expert, sans qu'il s'en rendisse compte. Pourtant, personne à part les enfants et l'individu masqué ne l'avait approché et il était sûr que ni l'un ni l'autre ne lui avait touché le flanc. Ou alors, il l'avait tout simplement perdue en forêt. Préférant de loin cette explication à une disparition pure et dure, il convint avec le tavernier de lui donner une partie de sa prise en l'échange de sa quittance. Près des trois-quarts lui furent cédées après dix minutes de délibération, mais Drake parvint à garder les meilleures pièces pour lui avant d'aller finalement se coucher. Il ouvrit sa porte et resta sur le pas un moment, savourant ce calme retrouvé. A l'intérieur, un mobilier standard. Lit, commode, baignoire de terre et un pupitre. Il se déshabilla et tandis qu'il enlevait son pantalon, un papier chiffonné tomba lentement à terre. Intrigué, il s'en saisit et le regarda sans l'ouvrir. Le papier était jauni et terne avec une forte odeur de moisi. Sans réfléchir, il posa la note sur le bureau, et s'allongea, prêt à passer une longue nuit réparatrice comme il aimait le faire.


Edit Kess: survie novembre ok.


lol

Drake
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Masculin Age : 24
Messages : 146
Je suis : le côté obscur
Localisation : Poit'-Poit'
Dans le RP
PAA : Mes Fesses
Métier : Flemmard
Situation : disparu

UE : 100
UEM : 50

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/personnages-f49/je-suis-de-retour-t193.htm http://www.youtube.com/watch?v=oHg5SJYRHA0

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bourgade] [RPM] [Insérer un titre ici]

Message par Drake le 13/12/2010, 15:50

Rien ne perturba le sommeil de Drake cette nuit-là. Ni les grincements aigus des lits de la chambre d'à-côté, témoin d'une soirée terminée en bonne compagnie pour certains, ni les rongeurs nocturnes recherchant des miettes du festin ou encore le hululement d'une chouette qui avait décidé d'élire domicile juste au dessus de sa fenêtre. Il dormit tellement bien que lorsqu'il ouvrit les yeux, le soleil avait déjà passé le zénith depuis une heure ou deux et que dehors, le marché fourmillait d'activité. Il s'étira paresseusement et ouvrit la porte. Déjà deux plateaux repas étaient disposés en vrac. Le petit déjeuner qu'il avait sauté, froid, et le déjeuner qui venait juste d'être servi à en juger par la fumée qui s'en échappait. Des légumes verts cuits à l'eau et un poisson accompagné par sa sauce salée. Salivant à la vue de ce festin, il joua d'équilibre pour emporter les plats à l'intérieur et les manger sans retenue. Rassasié, il s'habilla sans se presser, profitant de chaque moment de repos que pouvait lui offrir cette journée. Il était de bonne humeur et même ses jambes courbaturées ne suffirent pas à lui faire perdre son sourire lorsqu'il descendit dans la salle commune. Il salua joyeusement l'assemblée et commanda une infusion de thym-serpolet pour ses propriétés apaisantes sur les muscles endoloris. Tandis qu'il se massait les cuisses, une des femmes chargées du ménage lui tendit un bout de papier qu'il avait oublié à l'étage. Il lui fallut un certain temps pour comprendre de quoi il s'agissait et il le mit dans sa poche sans s'en soucier d'avantage, avant de croiser le regard du patron. Ce détail lui rappela qu'il n'avait plus sa bourse pour payer ce qu'il venait de commander et qu'en plus, il n'avait plus sa prise pour faire du troc. Il décida alors de sortir discrètement de l'auberge pour ne pas avoir à s'encombrer de dettes, aussi infimes soit-elle, et apprécia le courant d'air qui lui glissa sur le visage quand il ouvrit la porte. Dehors, le temps était superbe. Pas une once de nuage et un soleil radieux qui réchauffait l'atmosphère sans le surcharger de chaleur. Un temps qui s'accordait parfaitement avec l'humeur de Drake. Il effectua une pandiculation ostensiblement exagérée et une vieille dame choquée par son attitude désinvolte commença à le morigéner, ce à quoi il répondit par un sourire, l'exaspérant de ce fait d'avantage. Puis, il emprunta la large ruelle sur laquelle il se trouvait et flâna en ville. La plupart des étals étaient des produits alimentaires, fruits du labeur de ceux qui cultivaient ou élevaient, mais on trouvait parfois des produits plus exotiques comme une plaque de bois ronde sur laquelle, fixée par une tige métallique en son centre, était située une lame de fer qu'on pouvait faire tourner à l'aide d'un manche de bois. L'utilité d'un tel objet en revanche était encore à démontrer. Il y avait aussi des articles plus militaires où Drake passa plus de temps. S'il avait eu sa bourse avec lui, il aurait surement fait des ravages chez les vendeurs d'arcs, le sien s'étant brisé lors de sa dernière chasse, mais cela n'étant pas le cas, il passa seulement des coups d'œil intéressés à la marchandise. La qualité, sans pour autant être exceptionnelle, était suffisante pour attirer son regard durant une bonne partie de l'après-midi et maintenir la conversation entre les artisans et lui. Il échangea quelques informations, dont une qui concernait des vestiges qui regorgeaient de trésors anciens sur les maîtrises des éléments. Drake en avait entendu parler par son père qui assistait parfois à des réunions pendant des jours entiers sur comment exploiter au mieux les richesses de ces lieux secrets. Lui n'en avait pas d'opinion tranchée. Il ne s'en souciait guère dans le sens où il était né sans maîtrise et qu'il n'éprouvait pas le besoin de développer des talents particuliers dans ce domaine. Sa déambulation prit alors fin sur la place centrale du village où étrangement, il y avait le moins de monde. L'endroit était presque calme par rapport aux rues encombrées par les marchands et les acheteurs qui s'échinaient à trouver les meilleures affaires. Finalement, il se posa sur un banc libre et soupira de contentement en passant ses mains dans ses poches. Un frissonnement attira son attention et il retira sa main avec une note chiffonnée à l'intérieur. Maintenant qu'il y pensait, il ne savait pas comment elle avait atterrit dans son pantalon la veille et si elle lui était destinée. Au lieu de perdre d'avantage de temps et mû par une certaine curiosité, il déplia le papier qui craqua doucement et lu le message s'y trouvant :

«Pardonnez cette manière grotesque de vous aborder, mais c'était pour moi la seule manière de vous transmettre un message sans vous causer de problèmes. Comme vous le savez, je suis à la recherche d'une bête dont j'ai particulièrement besoin pour des raisons que je préfère taire. Cet animal se nomme le Corvus. Le nom ne vous dit peut-être rien, et à raison. C'est un large volatile qui a presque disparu de nos jours. Je serais à l'auberge du Soleil Pourpre à Hélior d'ici une semaine pour vous en parler d'avantage si vous le souhaitez. Dans le cas contraire, il vous suffit d'ignorer ce message. Les esprit vous gardent.»

Le message s'arrêtait là, faisant écho à l'inconnu de la nuit dernière. Drake écarta largement les bras et les jambes pour se délier les muscles. Sa première pensée fut de faire comme s'il n'avait jamais lu le message et de le déposer dans la poubelle la plus proche. Et pourtant, il ne le fit pas. Il rangea la note dans sa poche et passa ses mains derrière sa nuque. S'il voyait juste, il lui faudrait moins de quatre jours pour rejoindre la capitale de la nation du feu. Il pourrait alors rester trois jours pour se détendre avant de repartir à la chasse. Cette idée lui aurait parut bonne au premier abord sans un petit détail qui n'en était pas un. Il n'avait pas un sou vaillant. Du moins, il n'en avait plus. Et loin de lui l'idée de se passer de manger pendant la durée du voyage. Ses réserves actuelles lui permettraient de tenir une bonne journée, pas d'avantage, sans compter que son coin de chasse était épuisé pour le moment et qu'il n'avait pas le temps de traquer d'autre gibier. Sans argent pour acheter de quoi subvenir à ses besoins, il était dans l'impasse. Une révélation le frappa alors en plein visage avec la lumière de l'évidence. Il pouffa même face à son manque de discernement. Il avait posé des pièges pour des animaux de plus petite taille comme des rongeurs ou des petits mammifères quelques jours plus tôt. S'il avait de la chance, il pourrait espérer se nourrir convenablement avant d'arriver à Hélior où il n'aurait plus aucun problème d'ordre pécuniaire. Il se leva alors avec entrain et se dirigea en direction du sous-bois proche du village. Il ne lui fallut pas longtemps pour délaisser les rues bondées et l'agitation coutumière à un marché pour s'engager dans la forêt. Cette-dernière se trouvait en bordure des maisons les plus excentrées et était très dense compte tenu de la faible activité du bucheron local. Lorsque Drake posa le pied sur le sol mousseux, il inspira à fond, profitant de ce bol d'air revigorant, et sifflota en marchant. Il reconnut les marquages qu'il avait effectué et s'enfonça petit à petit, sans mesurer le temps qui passait, simplement à l'aise dans cet environnement calme et solitaire. Les arbres étaient hauts, chargés en feuilles, avec des troncs larges, ce qui témoignait de l'âge du bosquet plutôt avancé, mais nulle trace d'animaux. Après plusieurs dizaine de minutes à marcher, Drake posa sa main sur une écorce entaillée d'une croix fine. Il se tourna et compta trente mètres dans le sens opposé avant que son pied ne rencontre un obstacle dur. Une pierre couverte de lierre en forme de triangle pointait vers la gauche, ce qu'il s'empressa de suivre en mesurant précautionneusement la distance qui séparait chacun de ses pas avant d'apercevoir une couverture d'herbe surélevée par rapport au sol plutôt régulier et plat. Il tendit l'oreille. Pas de bruit. Il s'avança et tendit la main pour ôter ce tapis de verdure. Dessous, une simple belettiere dont l'entrée était légèrement enfoncée dans le sol, permettant aux animaux d'y entrer plus facilement tout en empêchant leur sortie avec d'autant plus d'efficacité. Il attrapa son piège et l'ouvrit. A l'intérieur, une belette au pelage brun était étendue, inerte, la patte avant gauche arrachée probablement par un de ses prédateurs. La bête avait du vouloir trouver refuge dans ce qui se trouva être en réalité le lieu où elle devait mourir d'épuisement. Drake lui passa une corde sèche autour du ventre, l'attacha à sa ceinture et démonta la boîte de bois. Il ne reviendrait pas ici avant un bon moment et il ne servirait à rien de capturer d'autres animaux si personne n'était là pour les récupérer. Il poursuivit alors, récoltant des prises de ci de là sur des pièges plus simples comme ceux qui s'activaient lorsqu'une force suffisante était appliquée en leur centre ou bien des plus complexes, faisant intervenir la chance dans une plus large mesure. Ainsi, tandis qu'il soulevait une pierre plate sur une pente dénuée d'arbre et faite d'une pierre schisteuse, une nuée de volatile piégée dans la prison de pierre en profita pour s'enfuir à tire d'aile, ne laissant que la carcasse vidée d'une souris qui avait servit d'appât. Au final, Drake avait récolté cinq rongeurs plus ou moins gros, une chouette qui avait malencontreusement fini dans un piège ne lui était pas destinée, et quelques fientes d'oiseaux sur la tête, ce qui, jugea-t-il, serait tout juste suffisant pour le trajet jusqu'à la capitale. La journée touchait déjà à son terme quand il quitta les bois, et les premières étoiles s'allumaient dans le vide céleste pour éclairer sa route solitaire. Il s'installa alors un peu plus loin dans la rase campagne qu'il devrait traverser, alluma un feu, et commença à préparer son repas pour le soir en sifflotant un air tranquille.

***

Le soleil était chaud, mais le vent qui fouettait le visage de Drake était loin de l'être. Sans pour autant être glacial, il restait frais et les rafales étaient puissantes. Les rares oiseaux qui passaient par là étaient contraints à se laisser planer pour ne pas se briser les ailes face aux courants d'air capricieux et sur terre, il n'y qu'une vaste étendue d'herbe rase sans âme qui vive. Le sol était sec et caillouté, empêchant toute installation de type agricole sur plusieurs lieues à la ronde. Drake attaqua un morceau de viande froide pour se donner du courage et reprit la marche. Il lui restait moins d'une journée pour terminer cette traversé aussi longue que monotone et le simple fait de voir un paysage aussi morne se répéter sans discontinuité partout autour de lui suffisait à le rendre tout aussi morose. L'état de ses yeux rougis et de ses lèvres craquelées n'allait pas pour améliorer son humeur non plus. Après une journée qu'il pensa sans fin, il aperçut les lueurs vacillantes des premiers faubourgs d'Hélior. Il était trop loin pour s'y rendre directement, mais la simple perspective d'être bientôt rentré chez lui lui mit du baume au cœur. Il dénicha un petit coin au creux d'un petit vallon naturel et mangea les ultimes réserves qu'il avait. A peine rassasié, il s'allongea et contempla le ciel étoilé sans nuages avant de sombrer dans les méandres du sommeil.
Le lendemain, il se réveilla sans se presser et continua son avancée. Il atteignit seulement l'orée des premières maisons en début d'après-midi, mais entendit l'activité frénétique y régnant bien avant. Apparemment, et selon les quelques informations glanées au détour d'une ruelle, une fête allait avoir lieu le soir même pour célébrer le mariage entre deux personnalités importantes. Sans s'en soucier d'avantage, Drake traversa les bâtisses de bois et arriva devant la lourde porte de bois de la capitale. De hauts murs d'enceinte fait de pierre sombre en ceignait la totalité et de fiers étendards rouges étaient piqués le longs de corps de garde. Dans les tours, les regards perçants des vigiles épiaient les moindres faits et gestes de chacun et de puissantes balistes de guerre étaient disposées au sommet de chacune d'entre elles. Peu de gens empruntaient la grande porte, autant parce que c'était inutile à cause de nombreux autres passages disséminés le longs de la muraille, mais aussi parce que les gardes qui la surveillaient étaient réputés pour ne pas laisser passer grand monde. Même avec une bonne raison et un laisser passer, il fallait souvent user de trésors de persuasions pour réussir à entrer. Drake s'y présenta tout de même et comme il s'y attendait, l'un des hommes portant une tenue réglementaire de garde à savoir une tunique aux armoiries pourpre et or ainsi qu'un casque léger et un ensemble de maille, l'arrêta en baissant le fer de sa lance dans sa direction :

-Halte là ! Qui êtes-vous et que voulez-vous ?

-Drake Cornvald, répondit l'intéressé, De la maison Corvald.

-M … Monsieux Cornvald, balbutia le garde en relevant son arme, Je … pardonnez-moi, je ne vous avais pas reconnu !

Son compagnon à la moustache bien dessinée s'avança alors avec un regard suspicieux :

-Attends une minute, qui nous dit que c'est vraiment lui ? Avec une tenue comme ça, je pencherais plutôt pour un gitan qui apporte le désordre dans la ville. As-tu une autorisation ?

-Et bien menez moi à mon père et je me ferais une joie de vous donner toutes les autorisations que vous voulez.

-On me l'a fait pas à moi, grogna le soldat, Tu vas rester ici jusqu'à ce qu'on ait …

-Draaaaaaaaake !

Une voix familière coupa le garde dans son élan et Drake se retourna. Une jeune fille au cheveux raides attachés en queue de cheval courrait dans sa direction, accompagnée d'une pléthore de gardes qui avaient du mal à suivre la cadence. C'était Amélia la benjamine de la famille. Malgré les dix ans qui la séparait de son frère, elle était très attachée à lui et demandait régulièrement de ses nouvelles lors de ses brefs passages en ville. A peine arrivée à son niveau, elle lui sauta au coup, manquant de le faire tomber à la renverse, et lui serra vigoureusement le cou :

-Alors la maison te manque tant que ça ? Je suis sûr que papa sera content en te voyant ! Il y a tellement de choses qu'il faut que je te raconte !

Elle le relâcha finalement et Drake de dire en reprenant son souffle :

-Content de te revoir aussi.

Il observa la tenue de sa sœur avec un œil critique. Les épaulières portaient des finitions plus sombres sur les extremités que les autres soldats et les cuissardes étaient gravées d'un léger blason doré en forme de flamme.

-Mais … Tu as été promue ?

-Oui ! s'exclama Amélia aux anges, J'ai réussi à passer les tests de sélections ! Maintenant, je suis officiellement sergent !

Les gardes arrivèrent à leur niveau, complètement essoufflé sous leurs épaisses armures de métal tandis que leur supérieur ne semblait pas le moins du monde fatigué.

-Tu aurais pu te raser avant de venir, nargua la jeune fille en pointant le menton de son frère, On va finir par ne plus te reconnaître si ça continue. Déjà qu'avec tes affaires …

-Elles sont pratiques, se défendit Drake, C'est l'essentiel quand on part en chasse.

-Tu aurais pu rajouter quelques fantaisies. Un pompon de-ci de-là par exemple. Mais je suppose que tu n'es pas venu parler de mode. Tu veux entrer ?

Drake se tourna vers la porte et les deux gardes qui ne le lâchaient pas du regard :

-Même le tatouage ne suffit plus. Il faut une autorisation apparemment.

-Ce sont les nobles qui ont décidé ça. Papa s'y est opposé, mais la majorité l'a emporté. Soit-disant que «toutes les grandes villes fonctionnent ainsi».

-Je ne peux pas entrer donc ?

Amélia regarda brièvement derrière son frère et croisa les bras :

-Je t'aurais bien fait passer, mais je n'ai pas le grade suffisant. Et je doute que ces deux-là se laissent amadouer. Tu vas devoir attendre que j'obtienne la permission du conseil. Ce ne sera pas très long, ne t'inquiètes pas.

-Très bien. Je t'attends ici.

Sa sœur lui sourit et fit signe à ses hommes d'entrer dans la ville. Avant qu'elle ne fut partie, Drake l'arrêta :

-Amélia ? Tu pourrais me ramener à manger aussi ? Je meurs de faim.




Edit Yuke: survie décembre ok.


lol

Drake
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Masculin Age : 24
Messages : 146
Je suis : le côté obscur
Localisation : Poit'-Poit'
Dans le RP
PAA : Mes Fesses
Métier : Flemmard
Situation : disparu

UE : 100
UEM : 50

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/personnages-f49/je-suis-de-retour-t193.htm http://www.youtube.com/watch?v=oHg5SJYRHA0

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bourgade] [RPM] [Insérer un titre ici]

Message par Drake le 21/2/2011, 19:13

Drake marchait d'un pas tranquille sur un ponton branlant, accompagné par sa sœur et sa garde rapprochée, en profitant du sa dernière parte d'une tourte à la viande délicieuse. Après d'âpres négociations et quelques pièces passées de bourse à bourse, les gardes avaient consentis à laisser passer le nouvel arrivant, le Conseil n'ayant pas ouvert ses portes pour une affaire «sans importance». Lors, le petit groupe s'était engagé dans la Traine de Jonques qui cerclaient le centre de la ville en direction lieu où ils devaient se rendre. Les bateaux la composant, loin d'être des modèles de perfections, étaient à peu près acceptables si on n'avait pas peur de terminer le pied dans l'eau au détour d'un virage trop serré par les minces planches de bois liant chacune des embarcations. Ces-dernières, pour la plupart composées d'un bois sec et non lustré, étaient d'une sobriété criante. Nul objet qui s'y trouvait n'avait de valeur décorative, l'essentiel se composant de filets de pêches ou de couvertures goudronnées pour garder les planches d'éventuelles intempéries. Les badauds qui se promenaient sur les pontons sommaires les lorgnaient d'un mauvais œil mais aucun n'allèrent jusqu'à les provoquer ouvertement, la simple vue des gardes suffisant à calmer les plus hardis. Ils traversèrent la Traine sans trop s'attarder plus que nécessaire et un pont à la fois plus solide et plus gardé leur indiqua qu'ils s'engageaient vers les Grands Chalands, la partie la plus importante de cette ville flottante. Les vigiles leurs demandèrent la raison de leurs venues mais se montrèrent bien plus enclins à les laisser passer que ceux de l'extérieur de la ville. De toute évidence, ils savaient à qui ils avaient à faire.

Les bâtiments de cette zone étaient bien plus soignés et alignés dans une précision géométrique rigoureuse. Des perles nacrées et des coraux aux couleurs chatoyantes donnaient une atmosphère paisible et merveilleuse aux habitations. Au fur et à mesure de leur progression, l'odeur de la mer se fit moins forte, peu à peu remplacée par les effluves typiques d'une ville en pleine activité. Des vendeurs de poissons aux artisans locaux en passant par des musiciens et autres troubadours, pas une des professions ne manquait à l'appel. Et la solidité des constructions réduisait la houle à de simples clapotis à la base des maisons, rendant la marche bien plus aisée à qui n'avait pas le pied marin. Le groupe de soldats écarta les passants qui s'agglutinaient sur un chemin particulièrement bondé donnant sur un des rares jardins de la ville. Un crieur public annonçait la venue prochaine d'une délégation de la tribu septentrionale de l'eau, provoquant l'ire de certains ouvriers et des applaudissements des autres.

-Que ferait la Nation de l'eau ici ? Demanda Drake à sa sœur tandis qu'ils s'écartaient du jardin.

-Papa a invité des représentants parce qu'il estime que les querelles provoquées par les ruines Netras ne doivent pas nuire à nos partenariats commerciaux.

-Depuis quand commerçons-nous avec eux ? Je croyais que les guildes refusaient tous trafics avec les Pro-Netras.

-C'est toujours le cas. Mais depuis peu, des investisseurs se sont émancipés des guildes pour profiter de l'absence de taxe sur les routes maritimes en direction des Tribus de l'eau. Histoire de se remplir les poches avant «l'apocalypse», tu comprends.

-Foutaises, marmonna un garde.

Drake était en partie d'accord avec lui. De nombreuses personnes prêchaient que la fin du monde était proche depuis que les ruines avaient été découvertes. La scission en deux camps, les Pro-Netras et les Pro-Avatars, n'était selon eux que le signe avant coureur d'un fléau détruisant toute vie. Peu de gens prêtaient foi à ces annonciateurs de malheur, mais parmi les superstitieux, il y avait des membres respectés de la guilde des marchands, et ce, toute nation confondue. Drake avait discuté avec l'un d'entre eux lors de son passage dans un petit village du Royaume de la Terre et dans son esprit, il ne faisait pas de doute qu'ils étaient tous plus inquiets de perdre leur argent auprès de leurs clients que voir le monde englouti par quelques puissances funestes. Qu'Helior fut aussi touchée par ce phénomène ne l'étonna pas. Tant qu'il y aurait des gens prêts à croire n'importe quoi pour justifier des faits en apparence inexplicables, ce type de pensée pourrait se répandre.

-Et donc, continua Amélia, Papa en a profité en leur donnant des bateaux et de l'équipage pour qu'ils puissent écouler leur marchandise. Eux gagnent de l'argent comme ils le souhaitent en échangeant leur blé contre de la graisse de phoque et en contrepartie, ils nous cèdent leurs produits à moindre prix. Tout le monde est gagnant.

-Une tactique avisée, commenta Drake pensif, Mais qu'en pensent les autres nobles ? Ils n'ont pas du apprécier de devoir ouvrir des routes avec ceux qui ne partagent pas leur opinion.

Amélia sourit et enjamba une passerelle pour s'engager dans une autre ruelle :

-Ils ferment les yeux parce qu'eux aussi profitent du système. Les investisseurs se procurent beaucoup de fer chez le Royaume de la Terre pour équiper nos soldats. Si leurs bénéfices augmentent, la quantité de produit qu'ils achèteront aussi et nos soldats seront mieux armés. Du coup, les nobles seront mieux protégés contre … je ne sais pas moi … une attaque mystérieuse des astres cosmiques.

-Alors certains nobles aussi y croient.

-Personne n'est à l'abri de la peur malheureusement. Et les esprits seuls savent que les annonciateurs la manie aussi bien que je me sers de mon épée.

Drake soupira et se passa une main sur le visage. Au moins, son père n'avait rien perdu de son esprit affuté. Il avait su tirer parti de la situation même s'il était plus que probable qu'il n'adhérait pas à cette doctrine.

Quand le groupe arriva enfin à destination, dans une artère proche de la Haute Flotte, le soleil annonçait la fin de l'après-midi. Ils s'arrêtèrent devant un immense voilier dont les trois-mâts étaient élégamment fournis d'une toile nacrée bleu et vert et de rubans ondulants paisiblement au vent. Le bois de la coque couleur ébène cirée reflétait les rayons du soleil sur les deux gardes flanquant le pont menant à l'embarcation et il était percé de fenêtres rondes aux finitions délicates travaillées par une main de maître. Le bateau ne remplissait plus une fonction de transport, mais bel et bien d'une habitation où il faisait bon vivre. Un homme se tenait accoudé à une balustrade. Ses cheveux châtains tâchés de blanc cernaient un visage altier et deux yeux bleus qui sondaient jusqu'au plus profond de ceux sur qui ils étaient posés étaient perdus dans le lointain. Quelques rides sillonnaient son front et ses joues, mais nulle autre trace de vieillesse. Il portait un long gilet brun aux coutures dorées par dessus une chemise blanche ainsi qu'un pantalon soyeux rouge et des bottes noires. Sur son bras, un manteau pourpre pendait inutilement et le fourreau d'une épée courte y était accroché. Quand il tourna son regard sur Drake, celui-ci sourit. Il était de retour chez lui.


Kess: Survie février ok.


lol

Drake
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Masculin Age : 24
Messages : 146
Je suis : le côté obscur
Localisation : Poit'-Poit'
Dans le RP
PAA : Mes Fesses
Métier : Flemmard
Situation : disparu

UE : 100
UEM : 50

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/personnages-f49/je-suis-de-retour-t193.htm http://www.youtube.com/watch?v=oHg5SJYRHA0

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bourgade] [RPM] [Insérer un titre ici]

Message par Drake le 28/2/2011, 20:49

Les gardes relevèrent leurs lances sans poser de question en les voyant arriver. L'homme qui semblait les attendre se releva et se campa devant eux. Dans cette situation, les mots étaient inutiles. Le regard suffisait. Il posa toutefois ses mains sur les épaules de son fils et dit d'une voix vibrante d'émotion :

-Tu es revenu.

Plus qu'un simple constat, cette phrase résumait tous les espoirs et toutes les attentes d'un père qui revoyait son enfant après un long moment. Drake sourit de plus belle mais n'ajouta rien. Rien de ce qu'il aurait pu dire n'aurait suffi à exprimer ce qu'il ressentait. Les bras puissants de son paternel lui coupèrent le souffle quand il se retrouva pressé contre lui et il lui rendit volontiers son étreinte. Un instant, il se crut revenu à une époque qui lui semblait appartenir à une autre vie. Il ne doutait pas un instant avoir brisé son attache dans sa ville natale, mais chaque retour était une expérience unique, le propulsant des années auparavant où il ignorait tout du monde. Là, il avait été choyé et quand la vie lui faisait du tort, il lui suffisait simplement de se réfugier dans la tendresse paternelle pour que tous ces soucis fondent comme neige au soleil. Une époque bien trop lointaine à son goût.

-Combien de temps ? Demanda-t-il après s'être dégagé, Un an ? Deux ans ?

-Trop longtemps pour que je puisse m'en rappeler, répondit son père, De nombreuses choses ont changées depuis ta dernière venue et il est temps que tu en sois informé.

-Messire Lucien !, appela une voix qui provenait de l'intérieur du pavillon, Messire Lucien !

Un homme à la calvitie naissante et au visage parcheminé déboula d'un escalier et manqua de s'étaler de tout son long quand il arriva au niveau des deux hommes. Une simple jaquette et une chemise noire sur un pantalon de la même couleur composait ses habits et pourtant, il se tenait droit comme s'il avait eut un tuteur collé sur le dos en permanence. Il prit à peine de temps de reprendre son souffle et baissa la tête :

-Dame Urielle vous demande. Une affaire … de la plus haute importance selon elle.

Lucien soupira à pierre fendre et congédia le domestique d'un geste de la main. Ce dernier avait à peine relevé les yeux qu'il était reparti en courant.

-C'était Jasper, non ? S'étonna Drake.

-Oui. Le pauvre ne sait plus où donner de la tête depuis qu'Ur … ta mère s'occupe de l'administration. Je crains qu'il ne passe pas l'année à ce rythme infernal.

-Encore sa lubie du travail «bien fait» ...

-Ne sois pas aussi dur avec elle. Elle fait ce qu'elle croit le mieux pour me soulager un peu. Même si j'avoue que ses méthodes sont parfois … douteuses.

Il souffla de nouveau de fatigue et se reprit :

-Mais qu'importe. Tu n'es pas venu pour que je te parle de mes problèmes. Rentre donc et rejoins moi pour le diner quand tu te seras changé. Nous parlerons une fois le ventre plein.

-Une idée judicieuse, approuva son fils.

L'encas que sa sœur lui avait apporté avait tout juste éveillé son appétit. Et la perspective d'un bon repas chaud le stimulait d'avantage.

-Je pars faire mon rapport, informa Amélia en rejoignant ses gardes, On se rejoint demain pour les préparatifs !

Sans s'expliquer d'avantage, elle partit au pas de course et disparut au détour d'une ruelle. Drake suivit son père à l'intérieur du trois-mâts et le laissa pour se diriger vers sa chambre. L'intérieur du bâtiment était somptueux. De riches tapis aux couleurs chaudes étaient étalées au sol et les fenêtres laissaient juste ce qu'il fallait de soleil pour chauffer agréablement la pièce. Les cabines étaient situées de part et d'autre de ce véritable hall d'entrée et un escalier montant donnait sur la salle à manger. Quand Drake entra dans une d'entre elle, il soupira d'aise. Un lit à baldaquin couleur noisette arrosé d'une multitude de coussins en tout genre trônait au centre de la pièce, flanquée par des étagères en bois rare et un bureau dont la chaise invitait au calme et au repos. Une odeur de camomille emplissait l'air et dégrisait les narines des invités, de quoi les mettre à l'aise dès leur entrée. Percée à même le plancher et séparée par une cloison, une baignoire remplie d'eau fumante attendait patiemment qu'on veuille bien s'y rendre.

Drake ôta son sac de voyage et se déshabilla rapidement avant d'entrer en vitesse dans le bain. Il lui tardait de se débarrasser de la poussière et de la crasse accumulée de ses voyages, d'autant qu'il se sentait vaguement étranger dans ce nouveau domaine après des mois passées dehors. L'eau était chaude comme il l'aimait et il se laissa flotter à l'intérieur durant plusieurs minutes avant de décider de se laver réellement. Il attrapa un pain de savon blanc et entreprit de se nettoyer méticuleusement à grand renfort de coup de brosse et de plongée en apnée. Finalement, propre comme un sou neuf, il saisit une serviette et s'épongea avant de se diriger vers la penderie. Il n'avait plus l'habitude de s'habiller comme la «mode» l'exigeait et il batailla pendant une dizaine de minutes contre vestes et chausses devant son miroir sans avoir progressé le moins du monde. Sceptique, il se demanda en premier lieu s'il ne s'était pas trompé de chambre, mais dut convenir que ce n'était pas le cas. Les piles s'entassant sans le moindre succès, il abdiqua en appelant un domestique. Cela le dépitait d'être ainsi privé de ses moyens par de simples bouts de tissus, mais mieux valait qu'il ne paraisse pas pour le dernier des souillons au repas de famille. Après quelques instants, Jasper entra dans la pièce et s'inclina respectueusement.

-Monsieur a demandé ?

-Ah te voilà Jasper. Je désespère avec tous ces habits. Tu ne voudrais pas me donner un coup de main ?

-Certainement, monsieur.

Le valet s'approcha mécaniquement et mesura les mensurations de Drake avec un rouleau de papier gradué. Ses rides se creusèrent d'avantage quand il dut se pencher pour faire le tour de la cuisse et de la sueur gouttait de son front. Le moindre effort, si infime fut-il, semblait lui paraître une torture.

-Monsieur a encore forci, commenta-t-il en s'épongeant à l'aide d'un petit mouchoir, Vous devriez faire attention où vous serez bientôt méconnaissable.

-Merci pour ta remarque, ô combien pertinente. Je peux m'habiller maintenant ?

-Je vais devoir rattraper votre tenue avant. Voyons …

Tandis que Jasper partait à la recherche de vêtements plus convenables, Drake observa son profil dans le miroir. Ce qu'il voyait, c'était une masse musculaire, et non graisseuse. Passer sa vie à chasser ne faisait pas prendre de poids, au contraire. Oui, il n'avait pas prit tant que cela.

-Je pense que le blanc fera ressortir la couleur de vos yeux, dit le domestique la tête fourrée entre les manteaux, mais je préfère le garder pour la venue de Dame Louise.

-Pardon ? Dame Louise … C'est elle qui vient avec la Tribu de l'eau ?

-Bien sûr, monsieur. Vous croyiez qu'elle manquerait le mariage de votre sœur ?

Cette fois-ci, Drake manqua de s'étouffer simplement en avalant sa salive. Les surprises s'accumulaient à un rythme un peu trop fort pour lui.

-De mieux en mieux, soupira-t-il, Et qui est l'heureux élu ?

-Un certain Nathan. De la famille Drusel. Un brave homme selon moi.

Drake approuva en silence. Nathan et lui avait fait leurs classes ensemble et même s'il était plus âgé que lui de quelques années, il n'aurait pu espérer meilleur époux pour sa sœur. Et si l'amour n'était pas au rendez-vous, le rapprochement de deux familles était assurément un avantage suffisant pour stimuler les deux parties. Cela dit, Amélia n'aurait surement pas consenti à lier sa vie avec lui si seuls les intérêts familiaux étaient concernés.

-Ce mariage devrait permettre d'assurer la position de votre famille au Conseil, monsieur, continua Jasper comme pour le rassurer, Les Drusel ont toujours été un soutien de poids pour votre père.

Passant du coq à l'âne, le valet sortit de l'armoire avec un manteau en daim bleu et quelques compléments comme une chemise crème et un pantalon d'un tissu plus sombre.

-Voilà qui devrait être mieux. Allons enfiler ça, monsieur. Je ferais les retouches ensuite.

Après avoir enfilé l'ensemble des habits, le domestique rattrapa les irrégularités par quelques points de croix et autres coups de ciseaux précis, témoignant de sa longue expérience en la matière. Alors qu'il piquait son aiguille pour ajuster le tour de bras, Drake, pour éviter de ruminer sur ce qu'il venait d'apprendre, relança la conversation :

-Quand Dame Louise doit-elle arriver ?

-D'ici trois jours si mes souvenirs sont bons. Cela nous laisse le temps de tout préparer afin que tout soit parfait.

Il ajusta son dernier fil et jugea d'un regard critique son travail.

-Vous devriez penser à vous raser quand j'y pense. Votre tatouage va finir par être totalement occulté par cette masse de poils rebelles.

-Merci encore une fois de tes précieux conseils Jasper.

-Je suis là pour ça, monsieur. Maintenant, si vous voulez bien m'excuser, je vais devoir me retirer. Votre mère doit ronger son frein à attendre les dossiers que je lui ai promis.

-Oui, bien sûr. Avant, fais venir quelqu'un pour vider la baignoire. Il y a suffisamment de terre dans le fond pour y planter des patates.

Le domestique s'inclina et se dirigea vers la porte, mais Drake le retint en lui posant une main sur l'épaule :

-Tu devrais prendre quelques jours de repos avant le mariage. Le surmenage n'est jamais un bon allié.

-Il y a trop de travail. S'il y avait d'autres que moi pour s'en charger, peut-être, mais là …

-J'insiste. Tu as beaucoup trop de cheveux blancs pour ton âge. Profites-en pour voir ta femme et tes enfants et leur passer le bonjour de ma part.

Jasper acquiesça d'un bref signe de la tête :

-J'apprécie votre sollicitude, monsieur. J'en toucherais surement deux mots à votre mère.

-Surtout pas ! Tu la connais aussi bien que moi et tu sais qu'elle ne tolèrerait pas le moindre traitement de faveur. Qui plus est en ce moment. Fais en sorte de l'éviter et si besoin, dis lui que c'est moi qui t'y aies autorisé. Je me chargerais de la paperasse.

-Mais vous risqueriez de …

-Ne t'en fais pas. Je ne suis pas à ça près, si tu vois ce que je veux dire.

Le valet sourit de toutes ses dents à l'entente de cette affirmation. Lui aussi savait très bien les mots que la maîtresse de la maison avait employés juste avant son départ. Ce n'était pas le genre de chose qu'on pouvait oublier venant d'une mère s'adressant à son enfant. Sa tension dissipée, il se courba en une énième révérence et quitta la pièce. Drake s'étira et se campa devant la fenêtre. Le soleil n'était déjà plus visible depuis longtemps derrière les hauts murs d'Helior, et le ciel se dégradait dans des nuances rosées du plus bel effet. Il se passa une main dans les cheveux et soupira :

-Trois jours ...



Edit jerome : +50UEM


lol

Drake
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Masculin Age : 24
Messages : 146
Je suis : le côté obscur
Localisation : Poit'-Poit'
Dans le RP
PAA : Mes Fesses
Métier : Flemmard
Situation : disparu

UE : 100
UEM : 50

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/personnages-f49/je-suis-de-retour-t193.htm http://www.youtube.com/watch?v=oHg5SJYRHA0

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bourgade] [RPM] [Insérer un titre ici]

Message par Drake le 1/4/2011, 00:01

Drake resta assis en face d'une large fenêtre à contempler l'extérieur jusqu'à ce qu'un domestique vienne l'avertir que son père l'attendait dans la salle à manger. Il lui fallut un certain temps pour réagir et il ne se priva pas de quelques minutes supplémentaires sans bouger avant de finalement se décider à quitter sa chambre. Les gardes le saluèrent au garde-à-vous et il se dirigea vers la pièce principale du trois-mâts. Flanquée d'épaisses colonnes de hêtre ou d'orme noir tapissées de somptueuses parures en tout genre, Drake se serait cru transposé dans un monde qu'il n'avait que trop longtemps quitté. Une telle opulence le laissa dubitatif dans un premier temps, avant qu'il ne reprenne ses marques. Après avoir monté un escalier couvert d'un tapis pourpre, il s'engagea dans un couloir dont la lumière n'était assurée que par quelques chandeliers accrochés au mur. De nombreuses pièces, pour la plupart des chambres d'hôtes, jalonnaient cet immense hall et tout au bout, une porte donnait sur la salle la plus grande du bâtiment. Au plafond, un lustre de cristal daignait répandre ses lumières sur ceux qui entraient en ce lieu, tandis que des candélabres plus modestes baignaient l'atmosphère d'une lumière chaude et accueillante. Une longue table était dressée au centre de la pièce, couverte d'une nappe blanche parsemée de motifs délicats, et les couverts d'argent attendaient patiemment que les convives les utilisent. Lucien attendait patiemment son fils, assis sur le siège central, avec une infinie bonté dans le regard. Drake le rejoignit et attendit que son père ne se lève avant de s'assoir. Au moins n'avait-il pas oublié l'étiquette.

-Au diable le protocole, Drake !, s'exclama Lucien comme s'il venait de sortir d'une profonde méditation, Nous sommes seuls aujourd'hui alors ne nous embarrassons pas de politesses inutiles. Assieds-toi donc.

Drake s'exécuta non sans cacher son soulagement. Il aurait bien été incapable d'attendre pour manger tellement son ventre criait famine. Deux domestiques franchirent une porte latérale, les bras chargés de plats dorés, et déposèrent le tout devant les deux hommes qui salivaient d'avance. Une odeur d'épice et de viande rôtie empli l'air quand les couvercles furent levés. Sur un lit de salade frisée, une poule faisane relevée au vin doux lançait un regard torve à son accompagnement composé de bolet et de cèpe, comme si elle espérait pouvoir s'enfuir à tire d'aile de cet endroit où sa vie avait pris fin. Une sauce de truffe à la crème était disposée dans un bol juste à côté d'une miche de pain blanc et d'un pot de sel et de poivre. Drake s'enivra des arômes qui se dégageait du repas et du festin qu'il allait pouvoir faire d'ici peu. Son père rompit le pain et, comme d'usage, ils mangèrent tous deux dans la même assiette. La première bouchée avalée, succulente et fondante à souhait, laissèrent Drake sans voix et ce fut son père qui brisa le silence :

-Voilà. Rien de tel qu'un bon repas pour terminer la journée.

-Il manque quand même quelque chose, souligna Drake, Essentiel je dirais.

-Et de quoi s'agit-il ?

-Un bon verre de vin pour faire passer le tout !

Lucien ria de bon cœur et fit apporter une bouteille d'un rouge de l'année où Drake avait quitté la demeure familiale. Un très bon cru, si ses souvenirs étaient bons.

-De la plaine de Yunnan, commenta Lucien, Une des seules qu'il me reste de ses producteurs. Je devrais penser à en faire ramener d'autres, elles sont excellentes. Enfin plus tard bien sûr.

Il s'essuya le coin de la bouche et reprit :

-Je suis heureux de voir que tu t'es déplacé pour le mariage de ta sœur. Elle aurait été très déçue si tu n'étais pas venu.

-Ça aurait pu. Jasper m'a tout juste prévenu pour Amélia et Nathan.

-Vraiment ? Bon sang. Je me demande à quoi cela sert-il que je m'échine à envoyer des messagers aux quatre coins du continent si aucun n'est capable d'accomplir son travail correctement.

-Quand sont-ils partis ?

-Il y a au moins trois bons mois. Certains sont même allés jusqu'à Ba Sing Se avec l'espoir de te trouver. Quand je t'ai vu arriver, j'avais presque perdu espoir qu'ils aient réussis.

Drake fouilla dans sa mémoire pendant un temps pour tenter de se rappeler du lieu où il était à cette époque.

-Je devais probablement être en chasse, dit-il en piquant un morceau de viande, Je n'ai pas beaucoup le temps de m'arrêter pour signaler à tout le monde où je vais à chaque fois que je traverse un village.

-Tu as choisi une vie difficile. Mais je suis content de savoir que la chance ne nous a pas totalement abandonnée. Au moins, la famille sera réunie pour un temps.

-Garett aussi ?

-Évidemment. Il est arrivé il y a une semaine en ville. Que croyais-tu ?

-Eh bien je ne sais pas … Depuis qu'il est parti, j'ai l'impression qu'il ne prend plus beaucoup de nouvelles. La dernière fois que je suis passé, c'est tout juste s'il m'a adressé la parole.

-Son entrainement chez les maîtres de la Terre lui prend beaucoup de son temps, expliqua Lucien après une gorgée de vin, Il n'a qu'une idée en tête pour l'instant, c'est d'ouvrir son propre dojo. Mais n'imagines pas qu'il ait oublié son honneur familial pour autant. C'est son devoir d'aîné d'être présent pour le mariage de sa sœur.

Il laissa un bref silence le temps d'avaler une portion de champignon, et continua :

-Et puis je te conseille de ne plus l'appeler comme ça désormais. Tu sais comme moi qu'il trouve que son prénom fait trop … typique de notre ville. Il préfère le prénom de Ling Tao.

-Parce que ce n'est pas typique non plus ? Je n'aime pas l'idée qu'il change de nom sous prétexte qu'il a quitté la nation du feu. C'est comme s'il reniait notre maison.

-Cela facilite peut-être son insertion auprès des maîtres de la Terre, répondit Lucien sans conviction, ou alors c'est un besoin qu'il a pour se construire sa propre vie. Je ne peux pas lui en vouloir après ce qu'il s'est passé.

Drake approuva en silence. Le départ de son frère avait causé plus de houle que n'importe quelle crise économique parmi la noblesse. Que l'aînée d'une puissante maison d'Helior soit d'un maître de la terre était un véritable affront, et qu'il puisse accéder à la tête de cette maison plus encore. Les autres nobles lui avaient bien fait comprendre qu'il n'avait nullement sa place au Conseil, ce qui avait renforcé sa volonté de quitter la capitale pour le Royaume de la Terre, laissant à son cadet le soin de reprendre les rênes le temps voulu.

-Mais laissons les sujets désagréables de côté pour le moment, fit Lucien plus jovial, J'aimerais quand même que tu me racontes ce que tu fais ici puisque tu n'étais pas au courant pour Amélia.

-Le mal du pays peut-être. J'avais besoin d'un peu de stabilité.

-Pas de missions surprises, donc ?

-Peut-être une, oui. Mais rien n'est fixé. J'ai à peine croisé mon employeur et il me paraît pour le moins … étrange.

-Le monde est ainsi fait, mon fils.

Ils terminèrent le repas en échangeant des banalités, d'un côté sur les quelques aventures de Drake, et de l'autre sur les intrigues politique d'Hélior. Un moment très souvent banalisé et qui pourtant, signifiait beaucoup pour les deux hommes. Un échange complice entre eux et l'assurance que rien au monde ne pourrait les séparer. Lorsque le dessert fut apporté, un moelleux aux amandes et aux nectarines blanches, Drake terminait tout juste de raconter une anecdote qu'il avait entendue au détour d'une taverne.

-... Mais tu imagines si tu te retrouves dans cet état alors que toute une bande de malfrat est sur le point de te faire la peau ?

-J'imagine surtout la tête de sa femme quand elle l'apprendra. Une chose est sûre, elle ne laissera surement rien passer sur un tel sujet.

Et ils trinquèrent une nouvelle fois en riant.

-C'est bien que tu sois revenu Drake, soupira Lucien, Il commençait à s'installer un vide ici.

-Parce qu'Amélia est devenue sergent ? Allons, avec Jasper, il restera toujours quelqu'un pour veiller sur vous.

-Ce n'est pas ce que je voulais dire ...

Drake cessa de sourire en avisant de l'air sérieux de son père. Quelque chose le tourmentait, c'était évident.

-Ça ne va pas ? Tu as l'air soucieux.

-La fatigue je suppose. Un peu trop de surmenage ces-derniers temps. Je crois que rien qu'une semaine en forêt comme tu peux le faire me ferait du bien.

-Ça peut toujours s'arranger.

-Hélas, je n'ai ni le temps, ni les possibilités de me dégager ne serait-ce qu'une seule petite heure pour moi.

Il tourna ses yeux bleus vers son fils et dit avec le plus grand sérieux :

-Il faut que tu viennes me voir demain. En matinée de préférence. Des choses ont bougées depuis ta dernière venue, comme je te l'ai dit, et il serait dangereux que tu n'en sois pas informé. A commencer par ...

Il termina la dernière part de son gâteau et se frotta le front.

-... Ta barbe ! Bon sang, Drake, personne ne te prendra au sérieux si tu arrives au mariage avec cette épaisseur de poils collée au visage ! Je compte vraiment sur toi pour rectifier le tir.

Face à l'air désabusé de son interlocuteur, il rit de plus belle. Les gardes eux-mêmes se déridèrent en un sourire amusé. Drake souffla intérieurement. Pendant un temps, il avait vraiment cru à quelque chose de grave.

-Trêve de plaisanteries ! , s'exclama Lucien en se levant, Il est tard et je suis fatigué. Tu viendras tout de même demain voir ton vieux paternel. Et s....

-Eh bien, railla une voix mordante, Si je ne l'avais pas vu de mes propres yeux, je n'y aurais pas cru.

Ce ton, ce timbre et cette expression ravivèrent en Drake des souvenirs pour le moins désagréables. Il leva les yeux vers l'embrasure de la porte pour y apercevoir une femme au port altier et aux cheveux blonds cendrés qui le fustigeait du regard. Sa mère.




Edit Yuke: survie mars validée.


lol

Drake
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Masculin Age : 24
Messages : 146
Je suis : le côté obscur
Localisation : Poit'-Poit'
Dans le RP
PAA : Mes Fesses
Métier : Flemmard
Situation : disparu

UE : 100
UEM : 50

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/personnages-f49/je-suis-de-retour-t193.htm http://www.youtube.com/watch?v=oHg5SJYRHA0

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bourgade] [RPM] [Insérer un titre ici]

Message par Drake le 30/4/2011, 23:43

Toute la chaleur de la pièce sembla s'être envolée en l'espace de quelques secondes. La gaité disparue, comme si elle n'avait jamais existé, les gardes resserrèrent leur poigne sur leurs lances et se crispèrent. Drake soutint un moment le regard d'acier de sa mère, ce regard qu'il n'avait vu que trop de fois par le passé et qu'il espérait rayer de sa mémoire, ce regard dédaigneux et hautain qui lui donnait envie de creuser un trou béant et de s'y enfermer pour ne jamais en ressortir. Durant toute sa vie, il n'avait jamais tenu plus de quelques secondes face à ses yeux bleus et aujourd'hui, il ne dérogea pas à la règle. C'était plus fort que lui. Tant une marque de respect que de résignation face à l'amertume concentrée de toute une vie.

-Bonjour mère, parvint-il à dire la gorge serré.

-Urielle ?, s'étonna son père en se rapprochant, Je croyais que tu devais ...

-Pas de ça avec moi, Lucien, coupa sèchement sa femme, Je ne suis pas une domestique que tu peux congédier à ta guise.

Elle tourna les yeux vers son fils et le jugea d'un regard mauvais.

-La prochaine fois, je ferais installer un panneau qui interdit formellement aux mendiants d'entrer dans la demeure. On va finir par croire que la maison Cornvald offre le gîte et le couvert à quiconque le demande.

-Drake est ici pour le mariage de sa sœur, intervint Lucien, Tu devrais être fière que ton fils ait un minimum de considération pour les membres de sa famille.

-Le seul moment où je serais fière de lui sera quand il quittera cette maison pour ne plus y revenir. Je pensais avoir été claire sur ce sujet.

Elle essuya une salissure imaginaire au coin de ses lèvres et secoua sa main pour la chasser en direction du sol. Drake tressaillit et sa mère ne manqua pas de le remarquer.

-Si cela ne tenait qu'à moi, ajouta-t-elle sinistrement, je te ferais expulser sur le champ de cette ville.

-Dans ce cas, je suis heureux que cela ne dépende pas que de vous.

Drake utilisa le vouvoiement pour marquer sa distance entre eux deux mais aussi et surtout par pur principe de précaution. Qui sait de quoi sa mère était capable.

-Je suis lasse de ce genre de rencontre. A chaque fois que tu remets les pieds ici, c'est le même problème. Tu te parjures un peu plus devant les esprits et tu ne veux pas le reconnaître.

-Il n'y a donc plus rien à ajouter.

-Seuls les sots osent profaner ainsi la mémoire de leurs ancêtres.

-Bonne nuit, mère.

Urielle releva le menton sans répondre mais resta fermement plantée devant lui. C'était simplement une réaction typique qu'elle avait pour montrer que si elle voulait partir, c'était parce qu'elle l'avait décidée et non pas parce que quelqu'un le lui avait proposé. Finalement, probablement satisfaite de son effet, elle traversa la pièce en direction de la chambre commune sans un bruit, laissant les deux hommes dans un silence pesant.

-Je suis désolé, Drake, souffla Lucien, Je ne pensais pas qu'elle reviendrait si tôt de sa réunion.

-Ce n'est rien. Tu sais que j'ai l'habitude.

-Mais la force de l'habitude n'en rend pas la douleur moins supportable, pas vrai ?

Drake acquiesça simplement d'un bref signe de tête. Qu'aurait-il pu ajouter de plus ?

-Je vais me rendre dans les archives. J'ai plusieurs choses à y faire.

En réalité, il voulait plutôt éloigner ce moment déplaisant de son esprit. Il souhaita une bonne soirée à son père en lui promettant de venir le voir dès que possible le lendemain et quitta la salle. Une courte nuit l'attendait et il n'avait pas envie de passer plus de temps que nécessaire loin de son lit.


Edit Kess: survie avril ok


lol

Drake
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Masculin Age : 24
Messages : 146
Je suis : le côté obscur
Localisation : Poit'-Poit'
Dans le RP
PAA : Mes Fesses
Métier : Flemmard
Situation : disparu

UE : 100
UEM : 50

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/personnages-f49/je-suis-de-retour-t193.htm http://www.youtube.com/watch?v=oHg5SJYRHA0

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bourgade] [RPM] [Insérer un titre ici]

Message par Drake le 31/5/2011, 22:48

Drake se réveilla en sursaut quand quelqu'un frappa à la porte. Avachi sur le bureau de la salle des archives, il se frotta les yeux et grogna.

-Entrez.

Jasper passa la tête par l'entrebâillement et fit les yeux ronds. La scène avait en effet de quoi surprendre. C'était comme si un ouragan était passé durant la nuit. Une grande partie des livres de la pièce était par terre, la plupart ouverts en vrac, et des dossiers trainaient un peu partout dans un total désordre. On distinguait à peine un début de rangement dans un coin, où une pile de feuilles tenait dans un équilibre précaire. Un rien aurait suffi à la faire tomber.

-M-Monsieur va bien ? Demanda le domestique en passant le pas de la porte.

-Je crois que je me suis assoupi en travaillant, répondit Drake en se frottant les yeux.

-Cela fait bien cinq minutes que je frappe à la porte. Vous avez le sommeil lourd.

-Ce n'est pas une nouvelle.

Drake se passa une main distraite sur le visage et observa l'étendue des dégâts. Il avait passé une grande partie de la nuit à terminer le travail de Jasper, comme il lui avait promis. La tâche s'était révélée plus rébarbative que prévue. Il s'agissait simplement de classer les différents dossiers par ordre alphabétique, mais force était de reconnaître que cela n'avait pas été fait depuis un bon moment. Par la suite, Drake avait vaguement recherché quelques informations sur le Corvus, mais rien n'était ressorti. Il avait dû s'endormir après un énième document passé au crible. Jasper pointa une assiette qui trainait sous une chemise noire.

-Et … qu'est-ce donc ?

-Ah, ça. J'ai eu un petit creux cette nuit. Je suis allé me chercher quelque chose dans la cuisine.

Le domestique souleva le plat et en mesura rapidement la circonférence à l'aide de ses bras.

-Eh bien c'était un sacré appétit, monsieur. Reste de porc au sucre, si je ne m'abuse ? Avec un fond de veau pour rehausser le tout.

Drake fit la moue mais ne répondit pas. Que pouvait-il y faire si le repas de la veille ne lui avait pas suffit ? Il préféra changer de sujet.

-Je crois que j'ai à peu près trié le tout. Il ne reste qu'à … ranger.

-Vous pensez vous y retrouver dans tout ce fatras ?

-J'imagine. Il faudra bien de toute façon. Au fait, que fais-tu ici ?

-Ah, oui. Votre père vous fait mander. Apparemment, votre frère et lui sont dans le bureau et il souhaite vous entretenir de quelques affaires.

-Il me «fait mander», hein.

Jasper se montra tout aussi surpris.

-Oui il … il vous appelle. Il veut que vous le rejoigniez.

-J'avais compris l'idée, sourit Drake, Mais pour le coup, tu vas devoir t'occuper de la suite du rangement. Tu penses t'en sortir seul ?

-Après tout ce temps passé à votre service, monsieur, je suis prêt à bien plus que cela.

Le sourire de Drake s'élargit et il quitta la salle des archives. Au moins, le plus gros du travail avait été fait. Il ne restait plus qu'à tout consigner. En passant devant l'entrée principale, il avisa une fenêtre et se rendit compte que la journée était déjà bien avancée. Il était surement plus de midi.
Le hall d'entrée était calme, tout comme la salle à manger. La table avait été nettoyée et il n'y restait qu'un bouquet composé de fleurs aux couleurs vives. Drake traversa rapidement la pièce et en sortit par un palier sur la droite. Un couloir donnait sur une unique porte de chêne massif aux finitions dorées. Deux gardes surveillaient l'entrée d'un regard distrait et, reconnaissant son tatouage, ils le laissèrent passer sans lui poser de question. L'intérieur était tout aussi somptueux que le reste du bâtiment. Un large bureau ciré était situé au fond de la pièce, et une multitude d'étagères flanquaient les murs, pleines de dossiers et de parchemins en tout genre. Quelques tapisseries et un unique pot d'une variété de plante à feuilles dures égayaient la pièce, mais la décoration restait assez sobre. Sur le côté droit, face à une unique baie vitrée, il y avait un canapé blanc sur lequel était assis Garett, le frère de Drake. Plus trapu que son cadet, il avait les même cheveux blonds que sa mère et une chemise brune sans manche typique des villages de la terre, faisant ressortir ses bras musculeux. Il fixait le nouvel arrivant de ses deux yeux aciers et Drake hésita un instant avant d'entrer. Une sensation étrange le saisit quand il croisa le regard de son frère. Une lueur fugace suffisant à le faire douter. Mais l'impression fut vite chassée par Lucien qui, assis derrière le bureau, s'exclama de sa voix puissante.

-Ah, Drake ! Te voilà enfin. J'ai cru que tu avais oublié notre rendez-vous.

Drake se retint bien de souligner que c'était effectivement le cas et que, sans la présence de Jasper, il ne serait tout bonnement pas là, mais il se contenta de sourire :

-Oui, désolé pour le retard.

-Tu viens juste de te réveiller, hein ?, ria Garett, La dernière fois que j'ai vu cette tête, c'était juste après cette soirée bien mouvementée chez les Drussel.

L'aîné de la famille se redressa de toute sa hauteur et serra vigoureusement son frère dans ses bras. Apparemment, son entrainement chez les maîtres de la terre avait encore renforcé sa poigne.

-Content de te revoir aussi, Garett. Comment se passe ta formation ?

Garett grimaça mais s'abstint de tout commentaire à l'évocation de son nom.

-Plutôt bien. Mon maître a décidé de me laisser quelques jours le temps du mariage. Le temps que j'évacue la pression avant la dernière ligne droite.

-La dernière ligne droite ?

-D'ici la fin de l'année, j'aurais terminé mon apprentissage. Il ne me restera plus qu'à récolter les fonds pour ouvrir mon propre dojo.

Garett semblait sincèrement heureux à cette idée, mais cela ne faisait que confirmer les doutes de Drake : il serait seul héritier de la famille.

-Et nous serons là pour t'épauler, assura Lucien, Mais pour l'heure, il est temps de parler de la raison de votre présence ici.

Il ferma le livre qu'il tenait ouvert et croisa les bras. Les deux frère se placèrent devant lui en silence. Tous deux se doutèrent de cette raison, mais ils préférèrent laisser à leur père le loisir de s'expliquer.

-Avant d'envisager quoi que ce soit pour l'avenir, il convient de clarifier notre position. Les nobles me harcèlent de questions quant à ma succession et je dois avouer que j'ai bien été incapable de leur donner une réponse convenable. Vous n'êtes pas sans ignorer que nous avons une place prépondérante au sein du Conseil, et le temps avançant inlassablement, nous ne pourrons pas éternellement esquiver ce problème.

-Quel problème ? Intervint Garett piqué au vif, Je croyais pourtant que tout était clair. Je ne veux pas prendre ta place. Drake peut très bien convenir.

L'intéressé se sentit dans l'obligation d'intervenir.

-Eh bien, oui mais …

Les deux hommes ne l'interrompirent pas, lui laissant le temps de rassembler ses idées avant de se lancer.

-Je ne peux pas non plus prendre la place de Papa au Conseil.

Lucien baissa les yeux mais Garett ne se laissa pas démonter.

-Quoi ? Comment ça tu ne peux pas ? Dis plutôt que tu n'en as pas envie.

Drake se passa une main dans les cheveux. Il ne pourrait pas éluder ce fait bien longtemps, même s'il savait que son frère n'apprécierait surement pas.

-Mère m'a déshérité, dit-il enfin d'une voix monotone, Elle a rédigé sous serment la déclaration qui affirme que je ne suis plus son fils. Un membre du Conseil l'a fait validé alors je ne peux plus prétendre à la succession.

-Elle … Tu as été déshérité ?

-Il faut croire.

-Depuis quand ?

-Depuis que j'ai quitté la maison. Elle m'a montré le papier ce jour là. C'est pour ça que tu n'es pas au courant. Tu étais déjà parti.

Ce que Drake se réservait bien de dire, c'est qu'il soupçonnait sa mère d'avoir rédigé la déclaration bien avant son départ, et d'avoir attendu le moment propice pour la lui montrer. Une chose qu'il n'était pas prêt d'oublier.

-Et personne ne m'a rien dit ?, s'emporta Garett, On a préféré me laisser dans l'ignorance ? Si j'avais su …

-Tu n'aurais rien pu faire, tempéra Lucien, Crois-moi, que toute la nation du feu soit au courant ne changerait rien au problème. Et puis, peu de gens le savent Amélia elle-aussi l'ignore.

L'aîné croisa les bras mais continua de taper du pied sur le sol. On aurait dit un buffle prêt à encorner tout ce qui se trouvait devant lui. Au moins, certaines choses ne changeraient pas.

-Et tu n'as rien à dire ? Enfin quoi, tu es son père !

-Le problème avec la loi, c'est que même si on la trouve injuste, on ne peut pas s'y soustraire. Dans le cas présent, les textes stipulent que si l'un des deux parents est contre le déshéritage d'un de ses enfants, alors l'autre parti peut faire appel à un tiers reconnu pour assurer sa décision. Et là, il s'agit …

-D'un membre du Conseil, acheva Drake, Ils sont les seuls habilités à prendre ce genre de décision. C'est le précédent seigneur du feu qui a donné le pouvoir au Conseil de trancher dans le but «d'éviter des procédures couteuses et fastidieuses». Avant, sans l'accord des deux parents, le déshéritage était impossible.

Garett se passa une main sur le visage. Plus que calmé, il était visiblement dépité.

-C'est ridicule …

-Ridicule mais hélas, vrai. Je n'ai pas le pouvoir d'y changer grand chose malgré toute la volonté du monde.

-Et qui est celui qui a fait ça ? Qui a donné son accord ?

-C'est sans importance, répondit Drake, las, Ce qui est fait est fait.

-Toutefois, souligna Lucien, je ne suis pas resté les bras ballants en apprenant la nouvelle ...

Un sourire farouche se dessina sur son visage, lui donnant un air faussement enjoué. Drake reconnaissait cette expression. Une expression qui annonçait les ennuis.

-… A force d'étudier les archives, j'ai fini par trouver une faille. Mais avant que je vous explique, il faut que je sache une chose.

Il tourna son regard vers Drake.

-Est-ce que tu es prêt à prendre ma place le moment venu ? Je n'irais pas plus loin sans ton accord.

-Je ne sais pas, hésita son fils, mais je suis prêt à écouter ce que tu as à dire. Je ne te promets rien.

-Et toi, Garett ? Tu renonces à ton droit de succession ?

-Plutôt deux fois qu'une, grogna l'aîné.

-Dans ce cas, il est temps que vous sachiez de quoi il retourne. Asseyez-vous et écoutez bien.

Les deux frères prirent place dans le canapé se penchèrent en avant. L'histoire promettait d'être intéressante.


Edit Kess: survie mai ok


lol

Drake
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Masculin Age : 24
Messages : 146
Je suis : le côté obscur
Localisation : Poit'-Poit'
Dans le RP
PAA : Mes Fesses
Métier : Flemmard
Situation : disparu

UE : 100
UEM : 50

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/personnages-f49/je-suis-de-retour-t193.htm http://www.youtube.com/watch?v=oHg5SJYRHA0

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bourgade] [RPM] [Insérer un titre ici]

Message par Drake le 30/6/2011, 21:33

Pendant plus de deux heures, Lucien expliqua à ses deux fils l'ensemble de ses découvertes et comment il comptait exploiter le conservatisme des membres du Conseil à son avantage. L'ensemble de sa stratégie reposait sur une unique erreur, une unique contradiction dans les textes de lois qui allaient provoquer un chambardement tel qu'Hélior n'en avait pas connu depuis des années. Mais durant ce long exposé, Drake ne pouvait s'empêcher de penser à deux choses. Premièrement, que rien de tout ceci ne serait arrivé si sa mère ne l'avait pas renié. De là, il pouvait très bien se blâmer tout seul puisqu'il était la cause du problème. Ensuite, s'il faisait abstraction du passé, il s'interrogeait sur l'avenir. Si le plan mis en place par son père venait à réussir, il se retrouverait catapulté à la tête d'un des maisons les plus influentes d'Hélior et il devrait dire adieu à sa vie nomade. Rien que d'y penser, il en avait des frissons. Alors, il avait gardé le silence, assimilant les informations qu'il entendait, même si parfois il avait du mal à faire le liens entre les différents éléments que son père lui présentait. Finalement, à la fin de l'explication à proprement parlée, Lucien leur avait remis un carnet avec toutes les instructions. Drake en avait rapidement feuilleté le contenu et il s'était avéré qu'il n'avait pas grand chose à faire, si ce n'était de ne pas quitter la ville pour ses habituelles pérégrinations. Une tâche plus lourde à réaliser que tout autre travail physique. Garett, lui, devait se charger de préparer le terrain. Prévenir les rares alliés des Corvald pour s'assurer de leur soutien en délivrant quelques messages, entre autre. Toujours est-il qu'un sourire satisfait ne quittait plus ses lèvres depuis qu'il avait le carnet en main, comme s'il venait d'obtenir l'assurance que sa vie allait être la meilleure du monde.
Une fois sorti du bureau de leur père, Drake laissa Garett pour se diriger dans sa chambre. Il fouilla dans les tiroirs pendant quelques instants et finit par trouver ce qu'il cherchait. Plusieurs portraits miniatures qu'il fourra rapidement dans sa poche. Puis, il quitta le trois-mâts en silence et rejoignit son frère, penché sur la balustrade, afin de profiter d'un courant d'air iodé pour s'aérer l'esprit. Quelques passants se promenaient sur les planches de bois en vaquant à leurs occupations tandis que d'autres se détendaient, perchés en équilibre sur les cordes sèches des bateaux, à l'abri des soucis du monde. Une atmosphère bien paisible en comparaison avec ce qui allait suivre pour le mariage d'Amélia. Car il était de notoriété publique que les marins d'Hélior était de très grands fêtards et surtout, de très grands consommateurs d'alcool. Il valait donc mieux profiter de ce calme avant que les choses ne deviennent plus corsées, surtout pour la garde.

-C'était quelque chose cette présentation, fit remarquer Garret après un moment, Papa avait l'air d'un vrai possédé quand il expliquait les détails. Une chance qu'il ait remarqué cette incohérence, pas vrai ?

-Une chance, oui.

-Tu n'as pas l'air très enthousiaste. Plus que d'habitude en tout cas.

-Peut-être. Si tout se passe comme prévu, dès son annonce au Conseil, je devrais de nouveau pouvoir prétendre à la succession. Ça me laisse peu de temps pour l'assimiler, tu comprends.

Garret approuva d'un hochement de tête.

-C'est vrai que tout s'est un peu précipité depuis que tu es arrivé. Mais si tu avais vu les préparatifs comme je les ai vu, tu aurais fait demi-tour si tôt la porte de la ville franchie. Un vrai capharnaüm. Mais quoiqu'il en soit, tu auras tout le temps qu'il te faut pour te préparer. Papa y veillera.

Drake préféra laisser planer le silence le temps de réfléchir. Il savait pertinemment que tant que son père était vivant, il ne «risquait» rien. C'était plutôt l'annonce officielle qu'il reprenait ses droits d'héritage qui le chamboulait. En à peine deux jours, il venait de se rendre compte que son statut de noble ne le quitterait pas, quoiqu'il en face. Et d'une façon assez brutale. Ce remue-méninge l'amena à un point qu'il voulait évoquer avec son frère.

-Quand j'y pense, dit-il en se grattant la barbe, tu n'as toujours pas dit pour quelle raison tu ne voulais pas reprendre les rênes de Papa. Tu es l'aîné après tout.

-Ah bon ? Je pensais pourtant avoir été clair depuis tout ce temps. Je ne veux pas. Mon but est de devenir maître de la terre à part entière. Et je suis prêt à faire une croix sur mon ascendance pour cela.

-Tout de même … Moi aussi je préfèrerais m'y soustraire.

Garret posa ses bras massifs sur ses hanches, l'air bourru.

-Ah ! Je vois clair dans ton petit manège, Drake. Tu sais très bien pourquoi je ne veux pas être à la tête de la maison Cornvald. Seulement, tu veux t'assurer que mes raisons ne sont pas meilleures que les tiennes, qu'il ne s'agit que d'un caprice égoïste. Je me trompe ?

-Eh bien …

-Ça va, je te taquine, pouffa le futur maître en donnant l'accolade à son frère, Si tu veux une raison, je crois que tu la connais aussi. Je suis un fils de la terre. Que je le veuille ou non, ce simple fait est comme un mur entre moi et la place qui me revient de droit. Mais ne t'en fais pas, j'ai fini par m'y faire. Et même, j'en tire largement avantage. Ça me dégage de mes responsabilités tout en me permettant de vivre ma vie.

Pensif, Drake ne répondit pas. Il venait d'avoir la confirmation de ce qu'il avait déduit de sa discussion avec son père. Il voulait seulement l'entendre de la propre bouche de son frère. Ce dernier ne pouvait pas être le successeur de son père à cause d'un fait immuable : son don pour la maîtrise de la terre. Et il avait fini par s'y faire, en tirant son épingle du jeu. Une chose que Drake ne pouvait espérer, à moins d'un miracle. La seule conclusion qui s'imposait à lui, c'était de laisser couler. Peut-être finirait-il aussi par l'accepter après tout.

-Bon, s'exclama Garret en le ramenant à la réalité, il est temps pour moi d'aller voir les Drussel.

-C'est peut-être un peu prématuré, non ? Tu ne veux pas plutôt venir te balader avec moi en ville ?

-Je préfère les prévenir le plus tôt possible, histoire qu'ils aient le temps de s'organiser.

-Très bien. Je serais au marché.

L'aîné de la famille salua donc son frère et s'élança sur les pontons vers le domaine des Drussel. Drake se passa une main sur les cheveux tout en regardant le ciel. L'après-midi était bien entamée, mais rien d'insurmontable. Il aurait bien fait un petit somme, mais il y avait trop de choses à faire. D'un pas serein, il descendit du trois-mâts et se dirigea vers le quartier du Soleil Pourpre.




Edit Yuke: survie juin ok


lol

Drake
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Masculin Age : 24
Messages : 146
Je suis : le côté obscur
Localisation : Poit'-Poit'
Dans le RP
PAA : Mes Fesses
Métier : Flemmard
Situation : disparu

UE : 100
UEM : 50

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/personnages-f49/je-suis-de-retour-t193.htm http://www.youtube.com/watch?v=oHg5SJYRHA0

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bourgade] [RPM] [Insérer un titre ici]

Message par Drake le 31/7/2011, 20:41

Le quartier du Soleil Pourpre était le centre économique de la ville d'Hélior. Il tenait d'ailleurs son nom du bâtiment qui amenait des revenus substantiels dans les coffres de la ville : l'auberge du Soleil Pourpre. Mais hormis la taverne, il y avait de nombreux autres artisans qui exposaient le fruit de leur travail. Des ébénistes, des tailleurs de pierre, des forgerons, mais aussi des enlumineurs, des fabricants de bougies ou encore des alchimistes vendant des décoctions aux couleurs inquiétantes à prix d'or. Tous n'avaient qu'une idée en tête : trouver l'emplacement idéal à travers la cacophonie ambiante. Car même si l'espace aménagé était suffisamment grand pour garantir un nombre assez convenable d'échoppes tout en permettant la libre circulation des passants, il y avait certaines places qui étaient bien mieux situées que d'autre. Notamment celles le plus proche du centre de la ville. Ainsi, tous les matins depuis l'ouverture du premier marché, les vendeurs se précipitaient à l'embouchure du quai et bataillaient férocement pour accéder au meilleur emplacement possible. Et le manège se répétait inlassablement tous les jours, les échoppes flottantes étant contraintes de quitter la ville pour la nuit et d'amarrer à côté du port, dans le but de donner une chance à tous d'atteindre le cœur même d'Hélior. Ce remue-méninge pouvait parfois dégénérer en conflit ouvert, mais était le plus souvent réprimandé par la garde, toujours aux aguets.
Drake se rendit vite compte de l'endroit où débutait le marché. C'était comme si une ligne de démarcation invisible le séparait de la ville. Une masse compacte de gens s'affairaient bruyamment devant lui, tandis qu'à sa gauche et sa droite, il n'y avait absolument personne. Prenant une grande inspiration, il s'avança et fendit la foule à l'aide de ses bras. Il fut vite avalé par la cacophonie qui régnait et il manqua de trébucher la première personne passée. Reprenant ses appuis, il observa rapidement les alentours mais abandonna vite l'idée de s'orienter à vue. Une forte odeur de cuisson assaillit ses narines et il dut faire un effort colossal uniquement pour ne pas se laisser guider par son nez. Au lieu de ça, il se montra le plus courtois possible envers ceux qui restaient obstinément sur son passage et continua son chemin. Après quelques enjambées calculées au dernier moment, Drake avisa un sculpteur qu'il connaissait bien, un peu plus en retrait. L'homme, répondant au nom de Tzu, était un habitué du marché, et un excellent artisan Son travail était d'une rare finesse et terminé dans des temps records, et tout le monde cherchait à s'acheter ses services, malgré le caractère bien trempé de l'homme. Écartant un client qui tentait désespérément de rejoindre sa femme à l'autre bout du ponton, Drake s'approcha du stand de Tzu et lança par dessus le vacarme.

-C'est fou ce qu'il y a comme monde ici.

Le vieil homme releva la tête de son atelier où il était en train de travailler l'ébauche d'une jambe sur un petit bloc de marbre à l'aide d'une gouge. Ses petits yeux profondément enfoncés dans leurs orbites s'illuminèrent quand il reconnut son interlocuteur. Chassant la poudre blanche qui maculait sont son tablier usé et ses cheveux poivre-sel, il se redressa de sa chaise et tendit une main calleuse.

-Tiens, Drake Cornvald. Je croyais que vous aviez fini par m'oublier depuis tout ce temps. C'est un plaisir de vous revoir ici.

-Pour moi aussi, Tzu. Comment vont les affaires ?

Le marchand se rapprocha encore un peu et désigna la foule d'un geste vague.

-Avec ce monde ? J'ai l'impression de me noyer littéralement dans les commandes. Même pas le temps de faire un travail convenable.

-Et tu aurais un peu de place pour un autre travail que je te confierais ?

-Un autre ?, répéta-t-il en haussant le ton, Un autre ? J'ai déjà assez de mal à finir ce que je commence, alors vous comprenez bien que je n'ai pas le temps de contenter les caprices sa Majesté Royale. Si vous voulez quelque chose, faites la queue, comme tout le monde.

Drake ne releva pas. Il avait l'habitude des piques que lui envoyait le marchand, et il ne s'en offusquait jamais. C'était une sorte de rituel pour lui de tester où pouvait aller la patience des nobles.

-Oh allez, insista-t-il, tu peux bien faire une petite concession. Juste cette fois.

-Dois-je vous rappeler que c'est tout le temps la même rengaine avec vous, les nobles ? A chaque «petite concession» que je fais, je perds un bon client et l'occasion de me remplir les poches.

-Ma famille sait se montrer très généreuse envers ceux qui l'aident. Je suis sûr que tu t'en rappelles aussi bien que moi.

Tzu fit la moue et croisa les bras. Lors du dernier passage de Drake à Hélior, il avait dû tailler une fontaine pour le jardin personnel des Cornvald en un temps record, et avait vivement protesté jusqu'à ce qu'il jette un œil sur la fiche de la commande qui affichait un paiement assez rondelet. Pourtant, cette fois, il restait silencieux, comme s'il refusait. Drake tenta une autre approche.

-Très bien, fit-il en feignant la déception, je suppose que je n'ai plus qu'à aller voir ailleurs. Il y a surement d'autres très bons artisans qui sont prêt à être payé grassement pour une commande spéciale.

-Une commande spéciale ? S'enquit Tzu, sa curiosité piquée au vif, Quel genre de commande ?

-Du genre qui rapporte beaucoup d'argent. Surtout si elle est faite rapidement.

Le petit homme s'humidifia les lèvres en se triturant les doigts. Il balaya distraitement les environs à la recherche d'une quelconque idée, hésita, ouvrit silencieusement la bouche plusieurs fois à la manière d'un poisson dans un bocal, et finit par lâcher dans un râle.

-Très bien, maudit noble. Qu'est-ce que vous voulez ?

Drake ne fit pas durer le suspens. Il sortit les portraits de sa poche et les tendit au marchand. Ce dernier les contempla rapidement.

-Hum … C'est une très jolie dame que voilà. Attendez, ne me dites rien. C'est votre sœur, c'est ça ? Vous avez le même nez. Mais je suis censé en faire quoi au juste ?

-Une surprise, mon ami, une surprise.



Edit Yuke: survie juillet ok.


lol

Drake
Chi Yin
Chi Yin

IRL
Masculin Age : 24
Messages : 146
Je suis : le côté obscur
Localisation : Poit'-Poit'
Dans le RP
PAA : Mes Fesses
Métier : Flemmard
Situation : disparu

UE : 100
UEM : 50

Compétences :
détails:
Art pratiqué: Aucun.
Patrimoine :
détails:
Aucun.

http://thelastairbender.forumactif.com/personnages-f49/je-suis-de-retour-t193.htm http://www.youtube.com/watch?v=oHg5SJYRHA0

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bourgade] [RPM] [Insérer un titre ici]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum